À propos

Au cours des années soixante-dix, deux systèmes de représentations ont paru dominer le champ médico-psychologique : celui d'une psychiatrie sociale qui, s'arrachant au ghetto asilaire, allait épouser enfin son siècle ; celui d'une psychanalyse qui proposait un modèle indépassable d'exploration du sujet.
Pendant que ces débats bruyants occupaient le devant de la scène, de nouvelles technologies s'installaient et prenaient date. Que nous entrions, d'une certaine manière, dans l'après-psychiatrie et dans l'après-psychanalyse ne signifie évidemment pas que les pratiques qu'elles inspirent encore soient périmées ou dépassées. Mais elles sont entrées en crise, leur systématicité se fissure, l'imaginaire qui les supportait s'affaisse, et leur apport est désormais banalisé au sein d'une nouvelle configuration qu'elles ont cessé de maîtriser. La psychiatrie rentre dans le giron de la médecine et la psychanalyse se noie au sein d'une culture psychologique généralisée qu'elle a contribué à promouvoir.
Un réseau beaucoup plus complexe d'activités d'expertises, d'évaluations, d'assignations et de distribution des populations, mais aussi de travail sur la normalité est maintenant à décrire. Il représente une nouvelle formule de gestion du social organisé autour d'un pôle centralisé de prévention des risques et d'un pôle apparemment convivial de prise en charge des fragilités. À la limite, un couple fonctionnel informatisation-psychologisation. L'ordre post-disciplinaire qu'il dessine passe moins par l'imposition des contraintes que par la programmation de l'efficience. Une subjectivité travaillée par les nouvelles psycho-technologies n'a plus d'autre objectif que sa propre culture et se trouve de ce fait disponible pour toutes les planifications technocratiques. C'est sans doute le nouveau plan de gouvernementalité néolibéral qui se dessine ainsi.

Cet ouvrage est paru en 1981.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Ecoles / Courants / Thèmes


  • Auteur(s)

    Robert Castel

  • Éditeur

    Minuit

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Date de parution

    19/05/2016

  • EAN

    9782707337634

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    225 Pages

  • Poids

    348 Ko

  • Diffuseur

    C.D.E.

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    2.0.1

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Robert Castel

Issu du music-hall,Robert Castel débute sa carrière cinématographique à l'âge de 26 ans dans Un témoin dans la ville d'Edouard Molinaro. Dès lors, et bien que toujours cantonné dans des seconds rôles, il va enchaîner les comédies les unes après les autres pendant près de quarante ans, tournant avec les cinéastes les plus en vue de l'époque : Serge Korber (Un Idiot à Paris, 1967), Gérard Pirès (Elle court, elle court la banlieue, 1972, et Attention les yeux, 1975), Jean Girault (Le Permis de conduire, 1973),Robert Dhery
(Vos gueules, les mouettes !, 1974), ou bien Georges Lautner dans Il était une fois un flic (1971).
Délaissant un genre qu'il affectionne et qui le consacre, il s'aventure néanmoins parfois dans des projets plus ambitieux comme L' Insoumis d'Alain Cavalier ou encore Deux hommes dans la ville, de José Giovanni, qui raconte l'histoire d'un truand cherchant à se réinsérer, avec Jean Gabin et Alain Delon. Il n'empêche,
au même titre qu'un Jean Lefebvre, la popularité de Robert Castel réside essentiellement sur des films burlesques et cocasses tels que Le Grand Blond avec une chaussure noire (Yves Robert) ou Je suis timide,mais je me soigne (Pierre Richard).
Enfin, personne ne peut oublier sa composition dans Dupont la Joie (Yves Boisset).
En 2002, et à 69 ans, il est à l'affiche de 3 zéros de Fabien Onteniente.

empty