L'univers Denoel

  • Ecrire, mode d'emploi - a l'usage des auteurs en herbe et autres amoureux de la litterature Nouv.

  • Dans les profondeurs du temps Nouv.

    Il y a plusieurs milliers d'années, la Terre a envoyé de nombreuses équipes dans l'espace en vue de terraformer de nouveaux mondes et de donner un futur à l'humanité. Arrivés à proximité d'une de ces planètes, les scientifiques à bord du vaisseau de terraformation baptisé l'Egéen découvrent, contre toute attente, qu'elle abrite déjà une forme de vie. Vont-ils surseoir à l'exécution de leur mission ou, envers et contre tout, rendre la planète habitable pour l'homme alors que la Terre n'a plus donné signe de vie depuis bien longtemps ? L'un d'entre eux, Disra Senkovi, est convaincu que des poulpes qu'il a élevés à la conscience pourront les aider à accomplir leur tâche au mieux.
    Et peu importent les conséquences. D'une inventivité rare et déployant tous ses talents de conteur, Adrian Tchaikovsky parvient à donner une suite brillante à Dans la toile du temps (prix Arthur C. Clarke 2016).

  • Un été exceptionnel Nouv.

    Quand Alma apprend la maladie de son fils, le temps s'arrête, son existence entière bascule. Elle essaie de faire face et navigue à vue entre la froideur des couloirs d'hôpitaux et l'ardeur des beaux jours. Au-dehors, l'été bat son plein et la vie continue, malgré tout. Alma se réfugie dans la petite maison rouge près du lac. Entourée d'une nature omniprésente, tantôt brutale, tantôt réconfortante, elle tente de trouver un exutoire à sa colère, un apaisement à sa peine, un sens à ce qui n'en a pas.
    Voyage émotionnel dans le coeur d'une femme, cet été exceptionnel, au-delà de tout autre, est avant tout un roman d'espoir, vivant, essentiel.

  • Depuis l'enfance, Keiko Furukura a toujours été en décalage par rapport à ses camarades. À trente-six ans, elle occupe un emploi de vendeuse dans un konbini, sorte de supérette japonaise ouverte 24h/24. En poste depuis dix-huit ans, elle n'a aucune intention de quitter sa petite boutique, au grand dam de son entourage qui s'inquiète de la voir toujours célibataire et précaire à un âge où ses amies de fac ont déjà toutes fondé une famille.
    En manque de main-d'oeuvre, la supérette embauche un nouvel employé, Shiraha, trente-cinq ans, lui aussi célibataire. Mais lorsqu'il apparaît qu'il n'a postulé que pour traquer une jeune femme sur laquelle il a jeté son dévolu, il est aussitôt licencié. Ces deux êtres solitaires vont alors trouver un arrangement pour le moins saugrenu mais qui leur permettra d'éviter le jugement permanent de la société. Pour combien de temps...

  • À Marvel Creek, petite ville reculée du Texas, racistes et fanatiques font la loi... jusqu'à l'arrivée de Hap et Leonard.
    Hap Collins, ouvrier texan idéaliste devenu enquêteur, est heureux : il se marie enfin avec sa compagne Brett, qui dirige l'agence de détectives où il travaille avec son vieil ami, Leonard, noir, gay, républicain et bagarreur. Mais en pleine noce surgit une famille d'intégristes religieux, qui leur demande de retrouver leur fille fraîchement disparue, surnommée Jackrabbit.
    Fusillades, bastons et humour sont au rendez-vous dans cette nouvelle aventure de Hap Collins et Leonard Pine, mais le regard que porte Joe R. Lansdale sur la profonde fracture de la société américaine actuelle, et sa culture de la violence, n'a sans doute jamais été aussi tranchant.

  • Au volant de sa MG, un homme, la petite quarantaine, roule de Paris vers la Bretagne où il se rend pour le déjeuner. Tandis qu'il chemine en regardant le paysage, il pense à un ami perdu, à l'heure à laquelle il arrivera à Rennes, à la femme qu'il aime, à celle qu'il a épousée, quand soudain la voiture percute inévitablement un camion bloqué en travers de la route. Arrivent alors les secondes d'éternité, juste avant, quand on se dit qu'il est encore possible d'éviter l'accident, puis celles d'après, quand il est déjà trop tard.
    Alors, à demi conscient, les yeux clos, les sensations affluent, plus fortes que jamais, et avec elles les souvenirs : tout ce qu'on pourrait laisser derrière soi, tout ce qu'on a aimé, tout ce qu'on pourrait retenir, changer et faire, encore.
    Variation superbe et poétique sur le temps qui passe et sa mémoire, Les Choses de la vie est un récit d'une rare justesse. Paul Guimard livre une magnifique déclaration d'amour à la vie et à ses choses qui nous façonnent. Une lecture bouleversante qui donne envie de profiter de la vie, d'aimer, d'écrire et de dire, tant qu'il est encore temps.

  • Mai 1939. L'écrivain Isaac Babel est incarcéré à la prison de la Loubianka. Il y sera interrogé et torturé durant huit mois avant d'être secrètement exécuté le 27 janvier 1940, sur ordre de Staline. Pour tenir, il écrit à sa fille Nathalie, réfugiée en France avec sa mère. La lettre du condamné à mort prend la forme d'un examen de conscience. Comment ses idéaux de liberté, son refus des dogmes, son humanisme l'ont-ils écarté de cette révolution à laquelle il a cru ? Les visions qui lui reviennent sont celles de sa jeunesse à Odessa, la ville turbulente, affranchie, éclatante de vie, de couleurs et de drames des bandits juifs emmenés par le "Roi" Bénia Krik, qu'il a peinte dans ses premiers récits.
    Les images du scénario qu'il a tiré de ces contes pour S. M. Eisentein et que le cinéaste, accaparé par son Potemkine, n'a jamais tourné, affluent à sa mémoire. Relatant les hauts faits de l'indomptable Bénia, anarchiste associé aux bolchéviques puis trahi par eux, elles s'imposent soudain comme la parfaite prémonition de son propre destin...

  • Natsuki n'est pas une petite fille comme les autres. Son meilleur ami est un hérisson en peluche qui la somme de sauver les Terriens, et elle passe tous ses étés à la montagne avec son cousin Yû, espérant qu'un vaisseau spatial la ramène d'où elle vient vraiment. Quand un événement menace de séparer les cousins pour toujours, ils se font une promesse : survivre, quoi qu'il arrive.
    Des années plus tard, Natsuki est mariée et semble mener une vie normale. Mais les ombres de son enfance refont surface et la jeune femme se réfugie chez Yû. Parviendront-ils à tenir leur promesse ? Pour cela, ils devront se reconnecter à leur âme d'enfant et s'engager dans une aventure extraordinaire.
    Voyage cosmique exaltant, Les Terriens interroge notre perception du bonheur et de la conformité.

  • L'amélioration de la santé humaine est une anomalie à l'échelle de l'évolution.
    Pendant des dizaines de milliers d'années, les humains ne vivaient pas plus de trente ans en moyenne. La grande extension de notre espérance de vie a commencé autour des années 1750 en Occident. Lente mais continue, elle est principalement due à la désinfection et à une meilleure alimentation. C'est ainsi que, en deux siècles, notre longévité a doublé. Depuis 1950, les progrès de la médecine et de la pharmacie ont permis de gagner encore vingt-cinq années de vie.
    Mais, en parallèle, les humains ont fait émerger deux énormes risques, environnemental et comportemental, qui causent les maladies chroniques et rendent possible une rétrogression de la santé humaine. La pandémie de Covid-19 n'est pas le fait du hasard. Elle est une illustration sévère des dysfonctionnements des sociétés humaines et notamment de leur rapport à l'environnement. Le SARS-CoV-2 est un produit naturel, mais son émergence et sa persistance sont des produits humains.
    Le grand récit de la santé humaine.

  • Requiem, complainte ou rêverie hallucinée, La nuit, le jour et toutes les autres nuits ressuscite le Paris populaire. On y croise Quenotte, fille d'un « charbon, vins, liqueurs » de la rue Saint-Jacques, tondue le dernier jour d'août 1944, et Myrette, la prostituée aux yeux couleur d'huître. On y retrouve la grosse Sophie Clodomir, ancienne championne de basket et joueuse de banjo, ou encore l'inénarrable Pamela de Sweerte, la femme du monde « aurifiée, emperlousée, sertie, damasquinée », dont le narrateur guette les fabuleuses apparitions.

    Une ballade autobiographique à travers Paris et ses personnages qui est aussi une promenade à travers la langue française. Michel Audiard plaçait la littérature au-dessus de tout, même du cinéma. Grand lecteur, ce fabuleux conteur, habile avec les mots et les images, se rêvait écrivain plutôt que scénariste.

  • L'Arabie saoudite rivalise avec la Corée du Nord en matière d'atteintes aux droits de l'homme ; d'absence totale de droits de la femme ; d'usage de la torture ; d'intolérance religieuse absolue ; d'interventions militaires extérieures (Bahreïn, Yémen) ; d'absence de liberté de conscience, de la presse et de liberté d'opinion, etc. Une spécificité supplémentaire propre à l'Arabie : la peine de mort pour « blasphème » et l'athéisme assimilé à du terrorisme.

    Longtemps le régime s'est recroquevillé dans sa superbe indifférence avant que la guerre au Yémen ou l'assassinat de Khashoggi ne l'obligent à soigner son image. La solution a donc consisté à contracter avec toutes les sociétés internationales de relations publiques et les cabinets de lobbying, en particulier aux États-Unis et en France.

  • L'armada de marbre

    Gareth L. Powell

    • Denoel
    • 14 Avril 2021

    Un an s'est écoulé depuis les événements de la Galerie et la réapparition de l'armada de Marbre, dont les vaisseaux sont restés en sommeil pendant cinq mille ans à l'intérieur d'un univers de poche. Grâce à elle, la paix entre les Extérieurs et le Conglomérat semble définitivement acquise.
    Pourtant, un vaisseau, le Fantôme de Lucy, aurait été la cible de mystérieuses créatures jaillies de l'hypervide. Le Chien à Problèmes et son équipage n'hésitent pas à répondre à son appel et à lui porter secours. Mais, malgré leur neutralité, ce qu'ils vont découvrir pourrait bien annoncer une nouvelle guerre entre les deux factions ennemies. Sans que l'on sache quelle sera alors la réaction de l'armada de Marbre.
    Les personnages hauts en couleur qui faisaient la force de Braises de guerre sont de retour pour de nouvelles aventures riches en rebondissements et en batailles spatiales enlevées.

  • Ses proches l'avaient prévenue. Ophélie devra jongler entre sa carrière, sa vie d'épouse et de mère. Mais personne ne lui avait dit qu'il faudrait jongler avec les fragments de son existence morcelée.

    Perfectionniste et investie, Ophélie renvoie une image parfaite : mère épanouie, médecin accompli, épouse dévouée. Pourtant, face au miroir, elle ne se reconnaît plus. Où est-elle ? Qui est-elle ?
    Au fil des mois, Ophélie s'enlise. Il n'y a que dans le reflet de l'eau qu'elle semble s'apaiser, se reconnaître, au risque de s'y perdre.

    A travers le parcours d'Ophélie, mère tragique tiraillée entre souffrances intimes et désir d'excellence, se dessine le portrait saisissant d'une femme des temps modernes.

  • "Personne ne peut expliquer vraiment qui il est ni ce qu'il aime. Il y a trop de paramètres cachés et mystérieux. Pour créer, je me sers de ces choses qui sont terriblement secrètes et ancrées en moi, de souvenirs très importants. Plus j'avance, plus je reviens en arrière, plus j'aime l'intouchable que j'étais". Les souvenirs bruts et incandescents de la plus singulière étoile de la chanson française.
    Enfant d'une famille italienne aimante mais chaotique, jeune dragueur de Saint-Germain-des-Prés, fan d'Elvis et de John Lee Hooker, version frenchy de James Dean, dandy moustachu en smoking crème, fou de bagnoles, chasseur de sons aux verres fumés, Christophe a traversé avec élégance les époques sans jamais se démoder. Du Golf-Drouot à la salle Pleyel, du hit-parade au frisson underground, ses souvenirs dessinent une autre histoire de la chanson française.
    Esthète, obsessionnel, anticonformiste, Christophe s'apprêtait à publier le récit sans filtre de son existence quand la mort s'est interposée.

  • Et si les animaux n'étaient que de malheureuses sentinelles.

  • Muscle

    Alan Trotter

    Dans une ville où les escrocs, les arnaqueurs et les racketteurs sont légion, deux durs à cuire déambulent et Boîte. Ce sont des hommes de main tout en muscles qui réfléchissent rarement à deux fois et posent très peu de questions. Entre deux missions, ils passent leur temps dans des tripots peuplés d'individus si ce n'est louches du moins atypiques. Les mauvais coups s'accumulent et les cadavres s'empilent sans qu'il ne soit possible de faire machine arrière...
    Ce texte singulier qui mêle codes du roman noir des années 1930 et fantastique est aussi une réflexion salutaire sur l'ennui et la violence qu'elle engendre.

  • « Nous sommes si étroitement liés à nos quartiers que c'est ainsi qu'on nous désigne : Abdoulaye d'Ourcq et Zak de Danube. Nous avons poussé là, à dix ans d'écart, dans ces deux cités qui ont connu des années de "rivalités interquartiers", comme disent les journaux - de guerre des bandes. Trop souvent se déroule sous nos yeux, encore et encore, la même tragédie. Les garçons continuent de mourir trop tôt, ici plus qu'ailleurs. Alors nous avons décidé d'écrire. » Quartier de combat, c'est l'histoire d'un arrondissement où vibre le pouls d'une époque. C'est une zone vive et rageuse, chargée de détresse et d'humour, où le trafic de drogue a tout balayé mais où l'on pratique l'entraide et la solidarité. C'est le récit de certains petits frères qu'on a vus basculer dans le terrorisme mais aussi celui de réussites éclatantes. En protégeant sa jeunesse d'elle-même mais surtout des inégalités, du racisme, de la discrimination, on verrait éclore une matière brute, or pur, diamant urbain.

    Abdoulaye Sissoko dirige une entreprise de sécurité, Zakaria Harroussi travaille à la Propreté de Paris. Ils sont tous les deux travailleurs associatifs dans l'arrondissement. Ils se sont confiés à la romancière et scénariste Pauline Guéna, auteure notamment de 18.3, Une année à la PJ (Denoël 2020).

  • Depuis la parution en 2011 de L'Art de voler dans la collection Denoël Graphic, les lecteurs conquis réclament souvent une édition de plus grand format qui rendrait mieux justice au travail graphique de Kim et autoriserait une lecture plus confortable des textes, souvent copieux. Considérant que ce titre, avec sa suite, L'Aile brisée, constitue désormais l'un des classiques modernes de la bande dessinée mondiale, nous avons décidé à la faveur de ce dixième anniversaire de satisfaire cette requête. Voici donc, rassemblés en un seul volume relié de 500 pages, d'un format supérieur aux parutions originales, les destins symétriques d'Antonio Altarriba père et de son épouse Petra, qui donnèrent naissance à Antonio Altarriba fils, l'auteur. Côte à côte, ils tracent une formidable fresque espagnole, l'épopée de ces sans-grade qui traversèrent avec une bravoure et une dignité désormais inconnues sous nos latitudes un siècle noir de guerres civile et mondiale, de souffrances, de privations, d'humiliations et d'espoirs jamais vaincus. Cet omnibus constitue en quelque sorte l'édition de bibliothèque définitive d'un diptyque dont se sont emparés aussi bien les lecteurs européens que les instances universitaires.

  • Adrián Cuadrado est conseiller en communication du Parti Démocratique Populaire, force dominante de l'échiquier politique espagnol vouée à la corruption, aux magouilles financières, aux coups tordus, à la manipulation des consciences et des suffrages. Roi du storytelling, Adrián est l'un de ces spin doctors chargés de produire la lumière qui illuminera le meilleur profil d'un candidat, en fera un produit désirable pour les électeurs. Menteur par vocation, par profession et par nécessité conjugale, il est l'heureux détenteur d'une double vie, entre son épouse et ses deux enfants à Vitoria, et sa maîtresse torride à Madrid. Pour l'heure, sa mission est de faire entrer dans le grand bain national le jeune élu local Javier Morodo, dont l'homosexualité assumée offrira un gaywashing au Parti, trop longtemps accusé d'homophobie. Tâche élémentaire pour Adrián, que vient compliquer la découverte inopinée de trois têtes coupées de conseillers municipaux artistement conservées dans des bonbonnes en cristal. Qui est derrière ces meurtres baroques ? Quel lien les rattache à une opération autour des palais en ruine qui constellent la cité basque ? Soudain, la vie d'Adrián l'imposteur se détraque, menaçant de faire mentir sa devise, selon laquelle « le menteur est un dieu dont le verbe crée des mondes ».

    Avec ce tome ultime, la très sombre « Trilogie du Moi » acquiert sa dimension finale. Celle d'une ode lovecraftienne à la ville où l'auteur vit depuis des décennies, où tous les fils se nouent, toutes les trajectoires se recoupent, tous les conflits se terminent (mal le plus souvent) pour tracer le portrait d'une Vitoria noire, gothique, mythique. Celle aussi, majestueuse, d'une cathédrale de papier dédiée à nos modernités perturbées.

  • Pourquoi a-t-on l'impression de devenir invisible au regard des hommes à partir de cinquante ans ? Comment ne pas déprimer quand nos enfants quittent la maison ? Comment profiter à fond de la deuxième moitié de sa vie ? Et pourquoi, dans une société où l'on vit de plus en plus longtemps, est-on considérée comme vieille de plus en plus jeune ?
    Attention, les « nouvelles vieilles » débarquent ! Elles sont fortes, dignes, libres et n'ont plus rien à prouver à personne.
    Amour, sexe, travail, santé, look, enfants, copines : un manuel plein d'informations, d'astuces et d'humour pour assumer son âge en toute fierté.

  • Depuis sa parution aux Etats-Unis en 1998, Les Monologues du vagin ont déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si divers... Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent ? Il s'agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine.
    Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d'oeuvre d'Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et à leurs craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d'une femme de la même manière. Qui lit ce texte ne pense plus au sexe de la même manière. Cette version augmentée, parue aux Etats-Unis en 2018 à l'occasion des 20 ans de la publication des Monologues, comprend onze nouveaux monologues et des poèmes.

  • Victimes

    Svernstrom Bo

    Lorsque le corps d'un homme affreusement mutilé est retrouvé dans une grange au nord de Stockholm, l'inspecteur Carl Edson et son équipe s'attendent - malgré la grande cruauté des faits - à une enquête pour meurtre assez routinière. Mais quand ils découvrent avec stupéfaction que la victime est encore en vie et qu'elle est achevée quelques heures plus tard à l'hôpital, ils comprennent qu'ils ont affaire à un ennemi redoutable...
    Aidé par une journaliste particulièrement pugnace et débrouillarde, Carl Edson sait qu'il doit agir vite. Car les victimes s'additionnent et le bourreau semble apporter un soin particulier à les faire souffrir. Ce thriller sous haute tension, porté par une narration surprenante, interroge notre perception de la victime et du bourreau.
    />

  • La chose en soi

    Adam Roberts

    • Denoel
    • 13 Janvier 2021

    1986. Charles Gardner et Roy Curtius sont isolés sur une base en Antarctique. Ils participent au programme de recherche d'éventuels signaux en provenance d'une intelligence extraterrestre. Si Charles est pragmatique et expansif, Roy est taciturne et, surtout, obsédé par la lecture de la Critique de la raison pure. Leur cohabitation forcée va virer à l'inimitié à cause d'une lettre : une de celles que Charles a reçues et qu'il a accepté de vendre, sans l'avoir lue, à Roy qui ne reçoit jamais de courrier.
    La tension est à son comble lorsque celui-ci prétend avoir résolu le paradoxe de Fermi grâce aux textes de Kant. Serait-il devenu fou ? Représente-t-il un danger, alors qu'une tempête éclate à l'extérieur et qu'aucun secours n'est envisageable avant plusieurs jours ? La vision récente du film The Thing, de John Carpenter, n'est pas pour rassurer Charles... A la fois roman d'aventures drolatique et tour de force littéraire érudit, La Chose en soi nous emporte dans un voyage effréné à travers le temps et confirme l'immense talent d'Adam Roberts.

empty