Michel Imbert

  • Curieux de l'évolution de sa discipline, les neurosciences de la vision, l'auteur s'est intéressé aux différents moments qui ont jalonné l'émergence des principales théories de la perception visuelle. En remontant cette histoire de l'Antiquité au Moyen Âge, on rencontre de grands savants, philosophes, médecins, mathématiciens. Notamment un génie arabe né à Bassorah (Irak actuel) au tournant du dixième siècle, Al-Hassam ibn al-Haytham (965-1039). Auteur d'une oeuvre scientifique considérable, il compose, à l'ombre de la mosquée al-Azhar du Caire, un ouvrage majeur, le Kitab al-Mana?ir, ou Livre de l'Optique. Inconnu jusqu'à la fin du treizième siècle, ce livre exercera une influence décisive sur les doctrines de la vision au cours des siècles suivants.
    L'oeuvre d'Ibn al-Haytham marque une rupture radicale, lumière et vision, indissociables dans l'Antiquité, sont désormais séparées : l'oeil n'illumine plus les objets, il en reçoit la lumière qu'ils réfléchissent. Cette découverte rendit possible les théories modernes initiées par Képler au début du XVIIe siècle.
    C'est cette page brillante de la science arabe que cet ouvrage se propose de raconter. Que connaissait Ibn al-Haytham de ses prédécesseurs (Aristote, Euclide, Galien, et Ptolémée notamment)? En quoi sa contribution propre a-t-elle été une véritable révolution scientifique? Quelle en fut la réception dans l'Occident chrétien?

  • Pékin,29 juillet 2008. On frappe à la porte de latelier dartiste de Han Zuo : cest Fa Lina, son amour de jeunesse. Cette femme, cétait le souvenir des odeurs de sang et de poudre, les clameurs de la foule, le grincement des chenilles de tanks. En mai 1989, tous deux faisaient partie des étudiants en rébellion sur la place Tiananmen. Aujourdhui, Lina lui apprend que lun dentre eux vient dêtre découvert assassiné et que la police soupçonne leur ancien leader, qui vient tout juste dêtre libéré, de sêtre ainsi vengé dun ancien traître. Les Jeux Olympiques approchent, la chasse aux dissidents est ouverte. Les anciens membres du groupe se sentent menacés. Han et Lina vont chercher la vérité de ce qui s'est vraiment passé en 1989.

  • En 1935, un fils de paysan fuit son village pour rejoindre les rangs de l'Armée rouge. Son père, injustement accusé d'un crime, a été exécuté, sa famille décimée. Entraîné par le vent de l'histoire, Baoyi va participer à la Longue Marche, simple soldat qui deviendra héros révolutionnaire. Avec lui on relit pas à pas l'histoire de la Chine, on se fraie péniblement un chemin dans la neige, l'effroi des combats et aussi les mensonges de la propagande. Avec lui on partage le rêve d'une société plus juste et, par-dessus tout, celui de prouver l'innocence d'un père. Un roman d'aventures où l'on tue et sauve des vies, traversé d'escarmouches et de trahisons, de belles espionnes et d'illusions perdues.

    "Ça, c'était l'histoire, celle avec un grand H, comme on dit. Celle qu'aucun sans doute n'avait réellement vécue. Il imaginait les êtres comme des cafards sur une carte, incapables d'avoir une vision d'ensemble, si peu juste soit-elle, de cette monstrueuse illusion qu'on appelle l'histoire. Il allait voir un de ces cafards. Un vieux, oui, un très vieux cafard qui l'intriguait..."

  • Un juge, un membre de la sécurité, quelques jeunes policiers frais émoulus, un sordide trafic de jeunes filles droguées jusqu'à la moelle et un doigt coupé retrouvé dans une poubelle : de quoi faire un excellent polar - chinois, qui met en cause aussi bien un pauvre paysan lambda que les plus grandes huiles du régime...
    Li Jianjia est juge au tribunal populaire à Pékin. Un procès pour vols de camions le conduira, ainsi que son ami l'officier de police Peng, sur la piste d'un trafic bien plus important... Quelques années à peine après la mort du Tyran, ils doivent ressusciter les vieilles lunes maoïstes et les défunts héros de la révolution culturelle, distinguer à travers les eaux bourbeuses du passé l'origine de crimes bien peu idéalistes !
    La Chine de Mao n'est pas celle des empereurs : les crimes pour vols sont chose rare puisque la propriété n'existe plus. Loi et raison sont soumises à la théorie politique comme de simples wagons accrochés derrière la machine des idées pures. Il est déjà bien loin le temps des idéaux, et si le juge doit faire face à une corruption omniprésente, il doit de surcroît consacrer une partie de son temps au travail des champs... pour mieux lui ancrer les pieds dans la terre ?

  • Traite du cerveau

    Michel Imbert

    Quelles ont été jusqu'à aujourd'hui les grandes conceptions du cerveau et les découvertes clés qui ont permis de mieux le connaître ? Quels sont les défis auxquels la science du cerveau se heurte oe
    Comment se forme-t-il ? Quels sont ses composants ? Comment fonctionne-t-iloe
    Quels sont les mécanismes de la vision, de l'audition, du goût, de la douleur oe
    Comment le cerveau assure-t-il nos mouvements oe
    Quels sont les processus qui permettent la mémoire, l'apprentissage, la communication ? Voici tout ce qu'il faut savoir sur le siège de nos sensations, de nos émotions, de nos pensées et de nos actes les plus élémentaires. Un instrument de travail indispensable.

  • Rien ne va plus à l'école des Filaos : voici que Lucien (du latin Lux, lumière), un garçon plutôt lumineux qui, il faut bien le dire, jouait un peu au caïd, est tout ratatiné sous le préau. Il ne veut plus parler à personne ! Et voilà Léa, la petite fille si discrète, qui intervient à sa façon. Il semblerait que même les ombres aient leur mot à dire dans cette histoire. Bizarre, bizarre...

  • Pékin, 1953. Accusé d'un crime atroce pour couvrir un vétéran de la guerre de Corée revenu serial killer, un médecin est interné dans le terrible goulag chinois, le laogaï. Devenu l'ami d'un autre détenu, il va se trouver malgré lui mêlé à d'autres crimes et tenter d'en identifier les auteurs, avant de prouver son innocence.

  • Si l'Afeaf a déjà été accueillie à deux reprises dans le Sud-Ouest de la France (Agen en 1992 et Conques en 1997), jamais encore ses colloques n'avaient abordé dans son ensemble cette aire géographique de plus de 86 000 km2 aujourd'hui couverte par les deux régions administratives d'Aquitaine et Midi-Pyrénées. Cette lacune est désormais comblée avec le XXVIIIe colloque de l'association, tenu à Toulouse en mai 2004 et dont le présent volume constitue les actes.
    Cette vaste région, très contrastée au plan de sa géographie physique, traversée par la Garonne de sa source dans les Pyrénées à l'estuaire de la Gironde, présente en effet de multiples intérêts pour l'étude des civilisations protohistoriques, du fait de sa position privilégiée au carrefour des grands ensembles culturels : méditerranéen, aquitain et "celtique" continental. Région ouverte par excellence, zone de brassage des cultures et des hommes, l'évolution des civilisations des deux âges du Fer s'y révèle complexe à suivre et à saisir dans ses différentes composantes.
    Les communications et posters réunis ici montrent la richesse de cette documentation et le dynamisme de la recherche actuelle. L'ensemble de l'âge du Fer y est représenté. Au côté des thématiques traditionnelles pour le Sud-Ouest (mais riches d'enseignements nouveaux tels que les pratiques funéraires du premier âge du Fer ou les oppida de la vallée de la Garonne...) le colloque de Toulouse aura été l'occasion de consacrer l'émergence du phénomène bien connu aillers en Gaule des établissements ruraux du second âge du Fer, mais jusqu'ici ignoré dans la région.

empty