Intervalles

  • Saisons en friche

    Sonia Ristic

    Saisons en friche est un grand roman sur l'univers des squats. À travers des personnages attachants, Sonia Ristic restitue la saveur d'une période qui fut fondatrice dans son parcours littéraire. Elle plonge surtout le lecteur dans un tohu-bohu plein de charme où l'aventure se conjugue au collectif et où l'humain est au coeur de tout.
    Sonia Ristic a puisé dans ses souvenirs la trame de ce roman sur un collectif d'artistes tiraillé entre les mille contradictions qui ont jalonné le quotidien de la plupart des squats. Si on y croise aussi les questionnements qui nervurent aujourd'hui la société française dans son ensemble, sans naïveté ni résignation, c'est peut-être tout simplement parce que la vie y est vécue plus intensément qu'ailleurs. C'est cette énergie militante, joyeuse et d'une vigueur inouïe qui émane de ce roman tumultueux et plein de tendresse.

  • Mai 1981. Tandis que le pays fête ou pleure l'élection de François Mitterrand, dans un immeuble du boulevard Barbès, Summer, Douma et JC, âgés de trois ans, s'enlacent pour la première fois. Devenus inséparables, ils forment une drôle de créature à trois têtes.
    Les Fleurs dans le vent est une fresque sur l'amitié. C'est aussi un portrait pointilliste ou pixellisé de la France des années 1980 aux années 2000.
    Les Fleurs dans le vent donne à voir les difficultés que l'on rencontre pour se construire lorsque l'on est perçu comme différent, que ce soit par son histoire familiale, sa couleur de peau ou son orientation sexuelle. à travers ces personnages touchants d'ardeur ou de maladresse s'écrit un roman pénétrant sur la force que l'on puise auprès de celles et ceux qui constituent nos familles choisies, celles dont l'acceptation est inconditionnelle et où l'on vient s'abriter de toutes les tempêtes.

  • La belle affaire

    Sonia Ristic

    Comme l'héroïne de Breton dont elle porte le nom, Nadja est légèrement étrange. Un peu "off", diraient les Américains dans cette université du Vermont où elle enseigne l'écriture durant le semestre d'été. Etrangement absente à elle-même et au monde, déracinée, comme déconnectée de son corps, de sa carrière d'auteur et de sa vie de mère et d'épouse. Pour un peu, on dirait que ces enveloppes superposées d'elle-même sont restées à Paris.
    Durant ces quelques semaines de canicule et d'orages, dans ces instants charnières à l'approche de la quarantaine et à l'heure des premiers bilans, dans cette Nouvelle Angleterre follement cinématographique, les souvenirs d'une première passion adolescente ressurgissent, réveillés par une rencontre amoureuse impromptue. Et Nadja de plonger dans une danse de la mémoire, valsant entre souvenirs et présent, entre trois hommes qui ont marqué sa vie de femme, trois moments de vérité, trois continents.
    Que reste-t-il de ce premier amour vécu sur la terre rouge et ocre qu'elle foulait pieds nus sous des pluies diluviennes ? Si le bonheur ne succède pas forcément à la disparition de la douleur, est-ce à l'écriture de construire ce voyage initiatique au coeur d'une mémoire, de ce qui nous construit, nous détruit, nous constitue ?

empty