Langue française

  • Lorsque la frégate La Couronne quitte Toulon pour Salonique, le 17 février 1876, le jeune officier de marine Julien Viaud (1850-1923), surnommé Loti depuis un voyage en Océanie en 1872, ne sait pas encore que ce voyage sera déterminant pour son avenir.
    Il est séduit par la Turquie au point d'en adopter les coutumes, d'en porter le costume et d'en apprendre la langue... Il se sentait l'" âme musulmane ". La culture intellectuelle l'intéressant peu - il affirmait lui-même qu'il ne lisait jamais -, c'est plutôt par la sensation. l'impression, le rêve ou l'imagination que Pierre Loti découvre Istanbul. guidé par Aziyadé - en réalité Hakidjé - qui inspirera son premier roman.
    Analysant le parcours de cet officier amoureux de l'Orient, Danièle Masse nous entraîne à sa suite et nous aide à percer les secrets d'Istanbul, la magnifique. Cette cité du désir. du fantasme et du mystère. nous est ici enfin révélée.

  • Quelle tâche ! Quelle ambition ! Comment recréer un monde et une époque encore enfouis sous les sables pour en faire le roman d'exception qu'est devenu Salammbô ? A travers la très riche correspondance que Gustave Flaubert entretient avec ses amis.
    François Vicaire décortique la lente et douloureuse construction de ce royaume de Carthage dont la fille d'Hamilcar sera la souveraine. Pour mieux s'imprégner de l'étoffe de sa fatale héroïne et s'initier aux mystères de l'Antiquité. Flaubert est parti en Tunisie. Ce long et beau voyage au coeur du métier d'écrivain incite vivement à lire ou relire ce chef-d'oeuvre qui aurait dû valoir à son auteur la couronne de " roi de Carthage ".

  • Voici la maison : une minime chambre ouvrant sur l'atelier dont tout le pignon bée à la lumière.
    Mais le portrait ornementé retient : il s'entoure de scènes frustes et précises, expliquées de légendes et frottées de couleurs mortes ; en tête : la Maison du Jouir. A gauche et à droite deux panneaux où procèdent des figures d'ambres aux lèvres de chair bleutée, en des poses convulsées ou lentes, et qui enseignent en lettres d'or : " Soyez amoureuses et vous serez heureuses. Soyez mystérieuses et vous serez heureuses.
    " Tahiti et les Marquises ont été à la fois le refuge et l'inspiration colorée de Paul Gauguin (1848-1943), Une riche iconographie inédite de ces lieux apparemment idylliques permet de le resituer dans ce décor qu'il a cherché et trouvé pour aller jusqu'au bout de lui-même, fuyant la vie parisienne qui ne comprenait guère sa recherche picturale sans concession.


  • relier la méditerranée à la mer rouge et l'orient à l'occident était un rêve déjà caressé par les pharaons.
    le projet d'un canal, partiellement réalisé au cours des siècles, fut accompli dans sa totalité par un homme hors du commun : ferdinand de lesseps. diplomate de formation mais surtout entrepreneur génial et pugnace, il sut aller au bout de son rêve malgré les nombreux obstacles semés sur sa route. en effet, il se heurta non seulement aux difficultés naturelles d'une telle entreprise : creuser en plein désert un canal de cent cinquante kilomètres, mais également il affronta les oppositions anglaise et turque qui assimilaient ces grands travaux à une mainmise de la france sur l'egypte.
    il lui fallut quinze ans de lutte acharnée pour arriver à ses fins. danièle masse retrace l'épopée moderne d'un projet fou.

  • Jules Verne a été réduit, par une famille reconnaissante et une critique éblouie, à l'image bienséante d'un sage bourgeois casanier.
    La réalité est toute autre : frère jaloux, étudiant bohème, père maladroit, mari volage... d'idées parfois anarchistes et antimilitaristes, le "littérateur-géographe" a toujours revendiqué sa liberté. La mer, oui la mer est son vrai refuge. C'est un navigateur authentique, capitaine de trois Saint-Michel, yachts qu'il emmène toutes voiles dehors en Norvège ou à Alger. Basé sur des documents inédits, ce livre trace peu à peu le portrait d'un homme différent de sa légende, mais toujours aussi attachant.
    Philippe Valetoux, marin lui-même, suit un sillage qui hume bon la poésie du grand large. Il tord ainsi le cou à d'injustes affabulations et rend hommage à ce "capitaine des mots" qui a toujours eu le coeur en mer.

  • Il y a quatre cent ans, le jeune dessinateur Samuel de Champlain (1570-1635) embarquait pour la Nouvelle-France.
    A son retour, avec les cartes et les croquis commandés par le roi, il rapportait un projet ambitieux, presque un rêve... Quelques années plus tard, ce génial géographe posait les fondations du Québec. Ni les terribles hivers canadiens, ni les peuples belliqueux n'épargnèrent les premiers colons. Mais Champlain était l'homme d'une idée fixe et, pour fonder un empire français qu'il n'imaginait nulle part ailleurs, il lutta sans trêve pendant trente ans.
    Contre la réticence circonspecte du Conseil royal, contre les intérêts marchands, contre les puissances étrangères conquérantes, il sut imposer sa vision et déclencher un mouvement irréversible. Le Québec d'aujourd'hui se souvient de cet homme d'exception.

  • Maupassant, aventurier et solitaire, fait plusieurs voyages en Algérie autour des années 1880.
    En bateau, il fuit Paris pour retrouver le soleil et une certaine douceur de vivre en Afrique du Nord, sa seconde patrie après la Normandie. Il voyage loin, en homme libre. Grand reporter pour le journal Le Gaulois, il décrit la société française coloniale, avec ses grandeurs et ses travers, et es Algériens, sur lesquels sa plume s'applique avec la même acuité, parfois sévère, souvent chaleureuse.
    Avec cinquante gravures, illustrations et photographies d'époque, pour la première fois, ce recueil exceptionnel rassemble tous les écrits que Maupassant a consacré à l'Algérie : contes et récits, papiers et lettres intimes composent un guide d'une formidable modernité.

  • Francisque Poulbot (1879-1946) s'est installé dans le "maquis" de Montmartre à son retour de service militaire en 1901, et ne l'a plus quitté.
    Artiste protéiforme, il s'est rendu célèbre en créant le personnage du gosse montmartrois, frondeur et sensible en dépit de sa misère. Sa renommée s'est étendue lorsqu'il s'est engagé dans les combats pour la sauvegarde de la Butte et de son esprit qu'il a incarné pendant un demi-siècle. Il est devenu un symbole. A travers la vie et l'oeuvre de cet arpenteur infatigable, et les portraits de ses nombreux et talentueux amis, nous découvrons les charmes et les secrets du Montmartre de légende.

  • C'est son voyage à l'île Maurice et à al Réunion en 1768 qui a été le grand révélateur de son oeuvre.
    C'est là qu'il a puisé son inspiration créatrice et appris la science de l'observation de la nature, au contact des plus grands botanistes et scientifiques de son temps, souvent des navigateurs curieux et intrépides. Dans ce livre, Elisabeth Audoin redonne une place plus juste à cette personnalité brillante et éclairée, dont la modernité est troublante.

  • Akhmatova, Balzac, Blok, Biely, Brodsky, Casanova, Céline, Diderot, Dostoïevski, Dumas, Gautier, Gide, Gogol, Guitry, Maïakovski, Maistre, Mandelstam, Nabokov, Nekrassov, Nerval, Pasternak, Pouchkine, Sarraute, Soupault, Staël, Voltaire...
    Les plus grands auteurs russes et français, célèbrent ensemble le tricentenaire de la ville idéale voulue par Pierre le Grand, le tsar fondateur, née en 1703.

  • Espion (?) suisse-allemand, Johan-Ludwig Burckhardt (1784-1817) découvre l'Orient, engagé par la mythique African Association britannique pour explorer l'intérieur du continent africain et découvrir de nouvelles routes commerciales.
    Connaissant parfaitement la langue et la civilisation arabes, il s'habille en bédouin, parcourt le désert et fréquente les tribus nomades sous le nom de Sheikh Ibrahim. Il est le premier Européen à accomplir le pèlerinage à La Mecque et redécouvre des lieux oubliés, enfouis sous les sables depuis des siècles : Pétra, en Jordanie, et le magnifique temple d'Abou Simbel en Égypte. Par sa curiosité insatiable hors des modes orientalistes, Burckhardt est aussi notre contemporain : c'est l'un des rares voyageurs du XIXe siècle à poser un regard d'expert objectif sur le monde arabo-musulman.

  • La répression de la Commune ne s'est pas achevée sur le carnage de la " Semaine sanglante " : le 23 mars 1872, le gouvernement déporte les communards survivants en Nouvelle-Calédonie.
    Le voyage forcé à bord de la Virginie de Louise Michel (1830-1905), est le prélude à l'incroyable engagement d'une pionnière en faveur des Canaques. L'exil sur une terre encore sauvage révèle à Louise Michel sa vocation d'ethnologue. Elle s'intéresse aux moeurs canaques, à leur langue, apprend leurs légendes et leurs chants, avant de leur consacrer deux ouvrages qui représentent aujourd'hui de précieux documents ethnographiques.
    Mais la politique n'est jamais loin. Lorsque les Canaques se soulèvent contre les colons français, les déportés se rangent du côté de la répression. Pour Louise au contraire, le combat des Canaques s'apparente à celui de la Commune. Au nom des insurgés de tous les pays, elle leur fait don de l'écharpe rouge. Poète et visionnaire, Louise Michel ouvre une ère nouvelle, où droits et libertés s'acquièrent peu à peu comme les biens inaliénables de l'humanité.

  • Victor Hugo découvre la Normandie pour la première fois en 1835 au cours d'un voyage romantique avec Juliette Drouet.
    Dans les bras de sa maîtresse, cet aventurier inlassable décrit les villes qu'il traverse et les paysages qu'il contemple. Il raconte ses impressions à Adèle, sa femme restée à Paris.
    Victor Hugo sur les routes de Normandie reprend des lettres, des poèmes, des fragments d'oeuvres et de discours de ce poète génial. On y retrouve ses pérégrinations amoureuses avec Juliette à Rouen, à Etretat, à Jumièges, à Caen, à Cherbourg et dans les villages du bocage ; sa description du Mont-Saint-Michel ; le drame familial de Villequier ; son discours visionnaire sur la défense du littoral normand devant la chambre des Pairs en 1846 ; son long exil volontaire - dix-huit ans - à Jersey et - , Guernesey, conséquence de son idéal de liberté et source féconde de sa force créatrice...
    C'est un long et beau voyage initiatique au coeur de la Normandie éternelle, largement illustré par dus photographies exceptionnelles et des documents d'époque.
    Victor Hugo devient ici le guide inspiré de cette région de France qu'il a parcouru pendant près de cinquante ans, et tant aimée.

empty