Tertium

  • Caselles du Quercy

    ,

    • Tertium
    • 19 Juillet 2011

    Les caselles («cabanes» ou «gariotes») sont des édifices architecturaux particulièrement remarquables dans le paysage quercynois. A l'écart du riche patrimoine bâti lotois, disséminées sur les causses du Quercy ou en bordure des vallées, se dressent les caselles, petits bâtiments en pierres sèches, anciens abris pour hommes ou animaux où la modestie de la construction n'empêche pas l'harmonie des formes et l'élégance des proportions. Les auteurs, anciens enseignants, sont partis à la recherche de ces constructions. C'est un voyage à travers le temps et l'espace auquel ils nous convient. Roger Sénat décrit minutieusement chaque édifice et parsème son étude d'histoires drôles ou émouvantes. Gérard Canou, pour sa part, arpente inlassablement la région en photographiant chaque caselle à portée d'oeil et nous amène à mieux les reconnaître. Voici un livre qui situe chaque caselle par rapport à sa fonction, son emplacement et son importance. Gageons qu'après l'acquisition de ce livre vous ne serez plus tout à fait le même promeneur ou si vous avez la chance de posséder une de ces constructions, vous l'observerez différemment ! Un livre attachant entièrement dédié au petit patrimoine quercynois et que de nombreuses familles auront à coeur de posséder !

  • "Je vivais dans le quartier de Musrara, sur la ligne séparant Jérusalem-Ouest de Jérusalem-Est, cité israélien.
    Une vieille maison arabe dont le couloir central était une ancienne ruelle de souk. (...) J'achetais les pitas chez le boulanger palestinien de l'autre côté du boulevard, chaudes et moelleuses comme une peau d'enfant sortant du sommeil, et les bagels saupoudrés de sel chez un vendeur de falafels israélien de la rue Hanevi-im, la rue des Prophètes." Jérusalem, un lieu unique où les passions se déchaînent, où la vie brûle plus que partout ailleurs.
    Une ville ambiguë où l'Histoire est au coeur de chacun, où l'on s'interpelle parfois par des "shalom habibi !" ("salut" en hébreu, "chéri" en arabe), ultime espoir de paix. Au-delà de celles et ceux qui la peuplent et l'animent, cette ville concentre les fureurs et les vénérations d'une bonne part de l'humanité.

  • Paul a 15 ans lorsque son père quitte, du jour au lendemain, le foyer familial sans raison apparente. Il va alors entreprendre, avec sa mère, un véritable road movie, un voyage entre liberté et fugue, lucidité et fuite. Après bien des péripéties qui les conduiront jusqu'à Brest, Paul finira par imaginer son propre monde.

  • Traduire la singularité et la richesse des paysages du Quercy historique, campagnes façonnées par l'homme, habitat traditionnel, architecture des cités - en privilégiant l'émotion du lieu - qui mieux que Gilles Lades et le photographe Guy Kunz-Jacques pouvaient croiser le verbe et l'image pour nous convier à une aventure exaltante, irremplaçable : sa perpétuelle redécouverte ?
    Le Quercy historique, rappelons-le, inclut l'actuel département du Lot, mais aussi Moissac, Montauban et Caussade, jusqu'aux rives de la Garonne, du Tarn et de l'Aveyron. Des confins de l'Auvergne à la plaine aquitaine, le Quercy renouvelle son socle et ses profils : le Ségala granitique et schisteux, où les ravins multiplient les ruisseaux, les Causses, rocailleux et boisés, scandés de falaises et de l'éclatant damier des vallées, le Quercy Blanc, lumineux de craie, les Serres tarn-et-garonnaises, vouées aux longs labours sous les bosquets des crêtes, enfin la plaine du sillon garonnais.
    L'écriture comme la photo soulignent les contrastes du territoire, épousent ses insensibles variations ; les auteurs se sont également attachés à traduire les résonances nées de sa contemplation, à manifester son pouvoir sur l'imaginaire. Tout paysage, et celui du Quercy en particulier, nous façonne, nous communique sa vie profonde et nous invite au voyage intemporel.

  • Les chevaux du paradis

    Michel Cosem

    • Tertium
    • 6 Novembre 2007

    Pour mieux rêver ou aimer un lieu n'est-ce pas agréable de l'imaginer dans un autre temps - temps du passé, temps de l'avenir - avec d'autres gens, d'autres préoccupations, mais surtout avec les mêmes couleurs, les mêmes contrastes, les mêmes senteurs ?

    Michel Cosem parle du Quercy où il vit une partie de l'année, cette région si diverse de la Vallée du Célé où des chevaux en liberté s'ébattent et symbolisent un peu l'imaginaire et l'attachement à une terre nourricière.

  • La malédiction s'est abattue sur le village de Kirigi car un maudit chasseur a tué un crocodile. En signe de protestation, le vieux sorcier Youbou s'est réfugié dans une grotte. Aïssatou, une jeune fille, originaire du camp des Fixés, viendra vivre non loin de lui. De leurs bouches vont naître des histoires invraisemblables. Celle d'Oruluba, le chasseur, qui devra quitter Kirigi. Celle du grand-père d'Aïssatou, le voleur génial. Celle du hibou dont Aïssatou mangea le coeur, car ce hibou l'avait rendue gravement malade. Celle des singes qui faillirent tuer son propre père, Adugou. Celle du lion qui avala Aïssatou et qu'elle avala elle-même à plusieurs reprises. Celle du cobra cracheur que rapporta Youbou afin qu'Aïssatou puisse effacer la malédiction qui sème la misère dans cette région du pays de Bandiagara.

  • Babou Sher, jeune musicien, vit au nord du Pakistan dans une vallée de l'Himalaya.
    Un matin, une nouvelle éclate : un tournoi exceptionnel de polo va avoir lieu à 4000 mètres, sur le plus haut terrain du monde. Le "polo sauvage" est le sport préféré des cavaliers d'Asie Centrale. Babou Sher rêve de faire partie du voyage pour accompagner le galop des chevaux au son du hautbois. Mais sera-t-il capable d'en supporter les épreuves ?

  • Impliqué dans un hold-up, Roland est condamné à 20 ans. Mais on vient de découvrir que l'univers est habité. On lui propose alors de partir pour la constellation 61 du Cygne et de rencontrer la mystérieuse Mirim. Un aller-retour de 60 ans, avec un robot pour seul compagnon ! Ce qu'il va vivre dépasse l'imagination : une étrange boucle dans l'espace-temps avec, à la clef, une fabuleuse histoire d'amour.
    Dans ce récit palpitant et envoûtant, Christian Grenier conjugue mieux que jamais la science et la poésie, la réflexion et l'imaginaire.

  • Le chat, le pré, le chêne, la forêt, la roche, les nuages. Le regard monte, circule, cherche, s'arrête, repart. Qu'est-ce qu'un paysage sinon cet échange ? Cette pénétration du dedans par le dehors et l'inverse. Au point qu'il n'y a plus, du corps à la ligne de crête, que ce continu de mots, de formes, de rêves, de couleurs, de souvenirs et d'air qu'on appelle l'espace.

  • La vertu essentielle de ces récits est de ré-enchanter notre territoire, de donner âme et vie aux lieux, de les emplir de cette profondeur historique que pierres et paysages évoquent sans révéler d'emblée. L'autre qualité de ces textes est de permettre, sous les auspices de l'abbé, de mieux imaginer cette société rurale d'avant-guerre, en ses veillées, son travail ordinaire, ses rites, mais aussi et peut-être surtout, en ce qui a pu la faire rire et rêver, en ses croyances et ses songes qui parfois, deviennent des contes. Cette description d'un imaginaire et de représentations du monde nous est sans doute précieuse, dans un monde devenu rationnel et parfois désenchanté.
    Certains de ces textes sont des contes pour la plupart répertoriés mais ces versions inédites ont l'avantage d'être localement situées, à la manière des légendes et autres récits, ces racontes qui font partie de « ce qui se raconte » et que l'on tient pour vrai.
    Les occitanistes sauront reconnaître sous la plume de l'abbé, une langue riche, subtile, nuancée et les amateurs de littérature orale sauront apprécier, dans une traduction en français de Guilhem Boucher et une adaptation de Martine Bergues, la diversité et la saveur d'histoires bonnes à transmettre.

  • Au sud de la rivière, entre la Vallée de la Dordogne et le Causse de Gramat, à la croisée d'univers souterrains mais aussi réellement mystérieux, la gastronomie révèle d'autres émotions, les cabanes et caselles conduisent à nos aïeux. Les sites d'Autoire, Carennac, Loubressac, le Moulin du Saut, Rocamadour, le gouffre de Padirac, les résurgences de Saint-Sauveur et Cabouy sont autant de lieux pour la randonnée.
    Autant de détours à redécouvrir ce qui nous environne, du passé à aujourd'hui, quitte à croiser aux détours d'un chemin les Dracs qui hantent ces lieux !

  • Silhouettes familières des Causses du Quercy, les cabanes en pierre sèche demeurent les témoins de l'ancienne vie rurale sur ces plateaux calcaires. Elles disent l'âpreté du pays, où les terres cultivables étaient conquises en débarrassant le sol, année après année, des pierres qui le rendaient stérile. Les caselles, érigées en pierre sèche sans aucun ciment, utilisent une des plus vieilles techniques architecturales du monde, l'encorbellement. Ce procédé consistant à donner à chaque assise une légère saillie par rapport à l'assise inférieure permet de créer une voûte qui constitue le toit de la pièce unique. Ces constructions, qui servaient rarement d'habitat permanent, furent utilisées comme abris pour les bergers et les cultivateurs, ou comme bâtiments annexes dans les fermes. Elles incarnent le souvenir d'un temps où, sur les Causses, vivait une communauté paysanne nombreuse, qui exploitait chaque parcelle de terre.

  • Planète Brasilia

    Jean-Yves Loude

    • Tertium
    • 25 Septembre 2008

    Oscar Niemeyer aura cent ans cette année, ce livre lui est dédié.

    « Je m'apprête à quitter Brasília et je ne sais toujours pas ce qui est le plus beau pour moi : la ville ou son histoire, les monuments érigés ou l'épopée de leur construction. Je reste étonné.
    - Tu peux aller à Brasília, tu peux aimer ou ne pas aimer, mais tu ne peux pas dire que tu avais déjà vu avant une chose pareille !
    C'est l'opinion d'Oscar Niemeyer, l'architecte héros de la ville, et je la partage : oui, je n'ai jamais vu une chose pareille. »

  • Pour les curieux d'histoire, pour les passionnés de patrimoine, pour tous ceux qui s'interrogent sur l'origine du nom de leur village... voilà un livre qui saura vous éclairer. Certaines explications vont de soi quand la géographie ou la nature font immédiatement sens mais certaines vont puiser dans les trames de l'histoire. Vayrac par exemple avec son nom qui claque aux oreilles comme une promesse d'ailleurs était une grande ferme au temps des romains d'un certain Varius puis s'ajoute sa terminaison en -ac de la langue d'oc. Est-ce que Cantaloube signifie qu'on chantait au loup ? Belcastel est-il un beau château anglais ? Et à Bretenoux y avait-il des Bretons ?
    Découvrez la signification des villes, villages et hameaux du Lot : Cahors, Gourdon, Figeac, Saint-Céré, Gramat, Martel... mais aussi Bio, Théron, Rixou, Peyrilles, Malvy....
    Un livre d'aujourd'hui qui se lit comme une porte sur l'histoire. Un livre à garder et à offrir.

  • En vancances en Dordogne, deux garçons explorent une grotte, découvrent des peintures rupestres, s'endorment et se réveillent. il y a plus de 15 000 ans. C'est le début d'une aventure où règne le dieu " Mammouth " au milieu des clans en guerre. Inquiet, le chef de la tribu chasse les deux garçons mais la fille du chef les aide à survivre.
    Six jours plus tard, ils tentent d'expliquer leur absence à leurs parents et aux gendarmes sceptiques.

  • Ce livre invite chaque enfant à comprendre et à apprivoiser la nuit, à se réconcilier avec elle pour grandir et aller confiant vers l'avenir, en prenant sereinement place dans le cycle de la vie, rythmée par l'alternance du jour et de la nuit.
    Que chaque lecteur, petit ou grand, ouvre les yeux vers les étoiles et enrichisse sa nuit des mots du poème.

  • Dans le jardin d'une maison berlinoise, Franz et Venceslas construisent un mur. Sur le tracé où se dressait quelque quinze ans plus tôt le fameux mur de Berlin, détruit le 9 novembre 1989. Quelles sont leurs véritables intentions ? Rétablir le temps où ils étaient tous deux des citoyens profitant du système de l'Allemagne de l'Est ? Refuser la nouvelle société qui a succédé au communisme ? Ou au contraire élever une barrière qui freine le déferlement des souvenirs douloureux en éloignant de leur vue la femme qu'ils ont tous deux aimée ?
    Les deux amis s'affrontent en se passant les briques l'une après l'autre. Ce sont des personnages absurdes, mi-comiques, mi-tragiques, hantés par un secret qu'ils ont promis de taire. Ils sont massifs, brutaux, maladroits, mais quelque chose en eux, qui a la violence et la douceur d'une musique obsédante, les fait vaciller comme Bach joué par Rostropovitch a fait chuter le mur de Berlin.

  • Tout change dans la vie d'Auguste Modeste, lorsqu'un soir de Noël, il reçoit l'étrange visite de sa grand-mère. "La gloire, ça t'intéresse ?" lui demande-t-elle un DVD à la main ? Quand Auguste visionne la vidéo, quelle surprise ! Il est le héros des évènements qui vont survenir dans l'année. La renommée lui est promise mais pour l'atteindre, le garçon ne doit rien révéler, sous aucun prétexte... sinon ! Pourra-t-il résister aux sarcasmes de son frêre, à la curiosité de sa petite soeur ? Auguste est-il en train de rêver ? Un roman plein d'humour et de talent.

  • Pétra en Jordanie, n'est pas une ville tout à fait comme les autres. Héritage des Nabatéens, cette cité mythique, d'une beauté époustouflante, s'est perdue, durant six siècles, cachée, quelque part entre le Nil et l'Euphrate, aux portes du désert et de l'Islam, jusqu'à ce que Johann Burckhardt ne la retrouve il y a précisément 200 ans.
    C'est un livre de poète, un livre de rencontres avec le temps où se sont précisément croisées quelques-unes des plus grandes civilisations.

  • La paix seulement !

    - Epanya Loude

    • Tertium
    • 15 Janvier 2009

    A Cambrai le génie de la ville est un géant noir du nom de Martin. Sa participation a sûrement influencé ce jumelage poétique entre des enfants du Cambrésis et l'Afrique.
    Avec l'aide des enseignants, des documentalistes, des responsables de centres sociaux, convaincus du rôle essentiel du livre dans la construction des êtres, un chemin de mots relierait l'Afrique à Cambrai pour appeler la paix.

    Jean-Yves Loude a donné la consigne à tous les participants de créer un texte à la manière d'un conte bref africain, nourri de cette sagesse exemplaire des génies et des griots de la savane. Chaque groupe de jeunes chercheurs de la paix se vit attribuer une des 26 lettres de l'alphabet. Car, le monde brûlant d'aujourd'hui méritait bien la douceur et l'humour d'un "Abécédaire de la paix".
    Christian Epanya a, en complicité avec les mêmes jeunes acteurs, donner à ce dictionnaire de la tolérance la dimension d'un grand album.

empty