Langue française

  • L'île mystérieuse

    Jules Verne

    • Actes sud
    • 2 Mars 2005

    [...] Vers l'ouest, une bande nuageuse, nettement dessinée à l'horizon, accroissait les ténèbres, et l'oeil ne savait découvrir si le ciel et l'eau s'y confondaient sur une même ligne circulaire.
    Mais, en un point de cet horizon, une vague lueur parut soudain, qui descendait lentement, à mesure que le nuage montait vers le zénith.
    C'était le croissant délié de la Lune, déjà près de disparaître. Mais sa lumière suffit à dessiner nettement la ligne horizontale, alors détachée du nuage, et l'ingénieur put voir son image tremblotante se refléter un instant sur une surface liquide.
    Cyrus Smith saisit la main du jeune garçon, et, d'une voix grave : "Une île !" dit-il, au moment où le croissant lunaire s'éteignait dans les flots. [...] (extrait)
    L'Île Mystérieuse est l'un des plus grands succès de Jules Verne et constitue la dernière étape du triptyque formé avec Vingt mille lieues sous les mers et Les Enfants du capitaine Grant.

    Professeur émérite à l'université Paris-VII, Jean Chesneaux nous montre dans sa préface combien ce roman peut-être considéré comme « un hommage à des hommes industrieux ».

    Ouvrage en coédition avec la ville de Nantes


  • Un Capitaine de Quinze ans

    Jules Verne

    • Actes sud
    • 14 Février 2005

    [...] Cependant, le vieux Tom, à la vue de ces fourches, de cette chaîne brisée, était resté immobile, comme si ses pieds se fussent enracinés dans le sol. Les yeux démesurément ouverts, les mains crispées, il regardait et murmurait ces incohérentes paroles : "J'ai vu" déjà vu ces fourches tout petit j'ai vu !
    Et, sans doute, les souvenirs de sa première enfance lui revenaient vaguement. Il cherchait à se rappeler ! Il allait parler ! [...] (extrait)
    Lorsque Jules Verne écrit Un Capitaine de 15 ans, en 1877, il habite de nouveau la ville de Nantes pour des raisons qui vont se confondre avec l'idée même du livre en nous offrant notamment une véritable dénonciation de l'esclavagisme.

    Agnès Marcetteau-Paul est archiviste-paléographe, conservateur général des bibliothèques et directrice de la bibliothèque municipale et du musée Jules Verne à Nantes. Sa préface nous montre combien ce roman s'appuie sur une inspiration largement autobiographique.

    Ouvrage en coédition avec la ville de Nantes


  • Le Chancellor

    Jules Verne

    • Actes sud
    • 1 Octobre 2004

    [...] « Tout est perdu ? ai-je demandé de nouveau.
    - Non ! monsieur, me dit Robert Kurtis, non ! Et, tant qu'une planche de ce navire résistera sous mon pied, je ne désespérerai pas ! »
    Cependant, la violence de l'incendie redouble et les eaux de la mer se teignent d'une clarté rougeâtre. Au-dessus, les nuages bas reflètent de grandes lueurs fauves. De longs jets de feu fusent à travers les écoutilles, et nous nous sommes réfugiés sur le couronnement, à l'arrière de la dunette. [...] Quelle nuit épouvantable, et quelle plume saurait en retracer l'horreur ! [...]
    Dans ce chef-d'oeuvre du suspense, et peut-être son roman le plus noir, Jules Verne nous entraîne dans une terrible aventure maritime inspirée de la tragédie du radeau de la Méduse. Combat contre la folie d'un capitaine, lutte contre le feu qui a pris à bord, Le Chancellor tient en haleine son lecteur en repoussant jusqu'aux dernières limites une fin qui semble inexorable.
    (Texte intégral conforme à l'édition originale Hetzel)


  • Sans dessus dessous

    Jules Verne

    • Actes sud
    • 14 Février 2005

    [...] L'auditoire était haletant. Personne ne songeait à interrompre l'orateur pas même à l'applaudir. Tous étaient subjugués par cette idée à la fois si ingénieuse et si simple : modifier l'axe sur lequel se meut le sphéroïde terrestre.
    Quant aux délégués européens, ils étaient simplement abasourdis, aplatis, annihilés, et ils restaient bouche close, au dernier degré de l'ahurissement. [...] (extrait)
    Cet ouvrage est exceptionnel à plus d'un titre. Dans cette histoire fantastique où nous retrouvons les héros de De la Terre à la lune et de Autour de la lune, Jules Verne dénonce l'impérialisme, le colonialisme et la puissance d'un complexe militaro-industriel, en s'alarmant des catastrophes écologiques engendrées par les activités humaines.

    Journaliste, chroniqueur à France Inter, Dominique Bromberger montre dans sa préface combien ce roman, écrit à la fin du XIXe siècle, connaît aujourd'hui une nouvelle actualité .

    Ouvrage en coédition avec la ville de Nantes


  • Voyages et Aventures du Capitaine Hatteras

    Jules Verne

    • Actes sud
    • 2 Mars 2005

    [...] Hatteras était debout, immobile, les bras croisés suivant son habitude, muet et regardant l'avenir dans l'espace. Sa figure avait repris sa fermeté habituelle. A quoi pensait cet homme extraordinaire ? Se préoccupait-il de sa situation désespérée ou de ses projets anéantis ? Songeait-il enfin à revenir en arrière, puisque les hommes, les éléments, tout conspirait contre sa tentative ? [...] (extrait)
    Dans ce roman, décrit par Théophile Gautier comme étant l'absolue sensation de la réalité, Jules Verne nous fait vivre une extraordinaire aventure dans les régions glaciales du pôle Nord. Ecrit juste après le succès de Cinq semaines en ballon, ce roman est en réalité le véritable ouvrage fondateur de la série des « Voyages extraordinaires ».

    Olivier Sauzereau est astrophotographe, membre du comité de rédaction de la revue Jules Verne et guide-conférencier au musée Jules Verne de Nantes. Dans sa préface, il nous montre combien la force de ce roman est d'être écrit comme le véritable journal de bord d'hommes confrontés à l'extrême rigueur des régions hyperboréennes.

    Ouvrage en coédition avec la ville de Nantes


empty