Littérature traduite

  • Detroit, le musée des Transports. Assis dans un vieux bus, un vieil homme noir raconte à son petit-fils la ségrégation raciale dans l'Amérique de sa jeunesse : à l'école, dans les bars, dans le bus. Il lui raconte aussi comment, le 1er décembre 1955, une femme, Rosa Parks, refusa de céder sa place dans le bus à un Blanc, lançant le mouvement pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis.
    Une histoire que le grand-père connaît bien :
    Il se trouvait lui aussi dans le bus, ce jour-là.
    Assis à côté de Rosa.
    Mais il n'a pas eu son courage.

  • Le grand Maurizio Quarello signe son premier album chez Marmaille ! Considéré comme l'un des illustrateurs les plus talentueux d'Europe, il traduit ici l'univers de l'album à succès en Italie et en Espagne de Jorge Ibarguengoitia. Maintes fois récompensé en France et à l'étranger, notamment aux États-Unis par la Société des Illustrateurs ou en Belgique avec le prix Versele.

    Des peintures dans la pure tradition mexicaine, violente et directe par l'un des maîtres de l'illustration italienne Maurizio Quarello.
    Une histoire qui permet de comprendre et de mieux appréhender les différences. Elle permet également de découvrir la jalousie, l'envie chez l'être humain à travers les yeux d'un enfant.

  • Vienne, Autriche annexée, au printemps 1938. Marcus, 9 ans, est fou de football et fan du capitaine de l'équipe d'Autriche. Son héros est Matthias Sindelar, l'un des plus grands champions de tous les temps. Marcus est dans les tribunes pour assister à un historique Autriche-Allemagne.
    Ce sera le dernier match entre les deux équipes qui, après l'annexion allemande, vont fusionner en une seule. Pour le dernier match Sindelar surnommé le Mozart du ballon, refuse de jouer la partition écrite par les autorités nazies. Le match est truqué par avance, l'Autriche doit perdre. Durant ce match mémorable il marque un but extraordinaire. L'Autriche gagne et Matthias refuse de faire le salut nazi devant la tribune. Il le paiera de sa vie...
    />

  • La Sorcière grince-dents est inspiré d'un conte populaire qui rappelle pêle-mêle Hansel et Gretel, Le Petit Poucet ou La babayaga, et met en scène trois enfants aux prises avec une vieille femme qui veut (forcément) les dévorer. C'est la débrouillardise du benjamin (évidemment) qui les sortira d'affaire, mais les images en gros plan de la sorcière aux traits caricaturaux, maquillée à outrance, restent longtemps en mémoire ; un album effrayant à souhait, qui ravira les jeunes lecteurs qui aiment se faire peur et les contes qui se terminent bien.

empty