Baudelaire

  • Enfer et nirvana

    Michel Faure

    L'amour, tel un vent coulis, s'est insinué en moi dès ma plus tendre enfance. Je n'ai rien demandé. Quoique??
    Il a déposé le grand mystère de la vie sur les premiers copeaux d'une âme naissante, les plus sensibles et secrets.
    Ce mystère demeure intact. J'espère qu'il ne sera jamais résolu.

    La femme est tôt venue, magie insaisissable. Attirance craintive. Timidité?: l'éloquente capacité à ne rien oser. Troubles rêveurs et insomnies voluptueuses.
    Ma première «?femme?» avait huit ans. Moi, six mois de plus.
    Ne jamais désapprendre nos premiers doigts croisés lorsque deux frêles mains s'intriquent chastement?: NIRVANA sans catéchèse.
    Sur l'autre plateau de la pesette enfantine, L'ENFER, lui, nous est promis par tous les catéchismes, en guise de monnaie d'échange, afin d'inhiber les atomes de ce qu'ils nomment nos «?émotions impures?».
    Ô la Vie?! Aide-nous à nous libérer de cet étau maléfique. Conduis-nous à la sérénité d'un équilibre paisible entre esprit et corps.

    La foi. Comme pour la foi en un Dieu, l'amour n'existe que si l'on veut y croire.
    Ce recueil évoque la femme, l'amour, la foi et, cependant, ne traduit que ma savante incompétence pour atteindre une quelconque vérité. Car toute vérité poursuivie nous nargue, tel l'horizon s'éloignant aussi vite que nous avançons vers lui. La terre est ronde, l'amour aussi. Cela ne nous empêche pas de lui courir après?!

empty