Littérature générale

  • Enfer et nirvana

    Michel Faure

    L'amour, tel un vent coulis, s'est insinué en moi dès ma plus tendre enfance. Je n'ai rien demandé. Quoique??
    Il a déposé le grand mystère de la vie sur les premiers copeaux d'une âme naissante, les plus sensibles et secrets.
    Ce mystère demeure intact. J'espère qu'il ne sera jamais résolu.

    La femme est tôt venue, magie insaisissable. Attirance craintive. Timidité?: l'éloquente capacité à ne rien oser. Troubles rêveurs et insomnies voluptueuses.
    Ma première «?femme?» avait huit ans. Moi, six mois de plus.
    Ne jamais désapprendre nos premiers doigts croisés lorsque deux frêles mains s'intriquent chastement?: NIRVANA sans catéchèse.
    Sur l'autre plateau de la pesette enfantine, L'ENFER, lui, nous est promis par tous les catéchismes, en guise de monnaie d'échange, afin d'inhiber les atomes de ce qu'ils nomment nos «?émotions impures?».
    Ô la Vie?! Aide-nous à nous libérer de cet étau maléfique. Conduis-nous à la sérénité d'un équilibre paisible entre esprit et corps.

    La foi. Comme pour la foi en un Dieu, l'amour n'existe que si l'on veut y croire.
    Ce recueil évoque la femme, l'amour, la foi et, cependant, ne traduit que ma savante incompétence pour atteindre une quelconque vérité. Car toute vérité poursuivie nous nargue, tel l'horizon s'éloignant aussi vite que nous avançons vers lui. La terre est ronde, l'amour aussi. Cela ne nous empêche pas de lui courir après?!

  • Dans l'histoire du surréalisme, une période pourtant cruciale était jusqu'alors passée sous silence : la survie du mouvement dans l'Europe occupée de 1940 à 1945.
    Avec deux ou trois amis fidèles issus comme eux des Réverbères (1938-1939), Noël Arnaud et Jean-François Chabrun vont s'attacher patiemment à réunir les forces vives du surréalisme, dispersées par la débâcle. Cette entreprise et son parti pris de maintenir une ligne théorique de stricte obédience bretonienne n'iront pas sans accrochages, condamnations, voire ruptures : tour à tour Paul Eluard, Georges Hugnet, Marc Patin seront exclus de la Main à Plume.
    Le véritable bilan de la Main à Plume, sans compter les périls quotidiens que représentent l'existence d'un groupe et son activité publique, se compose d'une dizaine de publications collectives, d'une trentaine de plaquettes individuelles - dont Poésie et Vérité 1942 d'Eluard où paraît, pour la première fois, le célèbre poème Liberté - mais aussi d'une omniprésence combative qui vaudra à huit membres du groupe de périr sous les balles ou dans les bagnes nazis.
    Au fil des années noires de l'Occupation, la Main à Plume affermira son unité et renforcera son orthodoxie ; elle étendra son audience progressivement jusqu'au vaste rassemblement du Surréalisme Encore et Toujours (août 1943). Dans cette publication, les grands maîtres de la plastique surréaliste restés en France, Dominguez, Hérold, Brauner, côtoient Picasso, très proche de la Main à Plume et qui l'appuie résolument, et des personnalités aussi diverses que les surréalistes belges, ou Maurice Blanchard, Léo Malet, André Stil, etc.
    André Breton, dont le groupe vient d'assurer l'intérim avec la rigueur et la foi exemplaires des jeunes gens de vingt ans, peut rentrer des Etats-Unis alors que les premiers soldats américains repartent d'Europe.

  • Perdu dans la foule anonyme des travailleurs, Eloi Julenon a su vaincre les obstacles de la pauvreté et de l'illettrisme, en contribuant par son engagement à la construction d'une vie plus juste. C'est un héros ordinaire comme tant d'autres inconnus qui ont participé aux grands évènements ayant marqué et transformé l'Ile de la Réunion du 20ème siècle.

    Son tousèl an parmi in foul travayèr san non, Éloi Julenon la guinye bate a tèr la mizèr èk lilétriss té i bar son shomin é, par son langazman, li la niabou galiz in vi pli ziss. Sé in moune vayan mé sinp kom in tralé d'ot dann fénoir la pranpar bann gran zévènman inportan la transforme l'Île La Réunion dann 20 ème sièk.

  • C'est un terrain vague livré à l'abandon et encombré de débris, situé dans un faubourg de Kaboul, au pied d'une montagne où s'entassent les bidonvilles. Sur ce terrain misérable, en quelques années, grâce à la conviction et à la générosité de quelques hommes et de quelques femmes, un rêve fou va devenir réalité : un hôpital aux normes internationales sera bâti pour apporter les bienfaits de la médecine et de la chirurgie du XXIe siècle aux enfants d'un pays économiquement attardé, politiquement écartelé et dévasté par trente ans de guerre. Aujourd'hui, malgré les bombes, malgré les attentats, malgré le fanatisme, malgré la corruption des élites, malgré le manque d'argent, cet hôpital sauve la vie de milliers de petits Afghans chaque année. On le sait peu, mais ceux à qui l'on doit ce miracle sont une poignée de Français. Leur aventure plonge ses racines dans la saga des French doctors, dont l'un des acteurs fut Éric Cheysson - à l'origine du projet et devenu le responsable de l'Hôpital français à Kaboul -, et se poursuit jusqu'à nos jours. Ce livre raconte l'histoire d'amour qui lie un homme à ce pays et, au-delà, le combat de tous ceux qui ont rendu possible un projet humanitaire hors du commun. Construit comme un roman choral, le récit d'Éric Cheysson entrecroise les destins de journalistes, d'artistes, d'entrepreneurs, de politiques qui se sont engagés pour donner corps à une idée folle, des médecins qui la font vivre tous les jours, et ceux de leurs patients. Ainsi Kate, l'infatigable infirmière écossaise, Alexander, l'angélique pédiatre allemand, ou Nadjeebullah, le sage chirurgien afghan, entre autres personnages plus grands que nature. Ainsi Yalda et Mozamel (atteints d'une malformation cardiaque), Afzal (à l'oesophage brûlé par l'acide) ou Hosaï (violemment avortée par les siens), ces enfants qu'un accident, une anomalie ou une maladie grave condamnaient irrémédiablement et à qui l'hôpital français va donner une chance de survivre. On suit le parcours heureux ou tragique de chacun d'eux (entourés de leur famille) alors que l'Hôpital finit de se construire dans une course contre la montre et contre la mort.

  • Quand Pierre parle de jardins, il parle d'amour. Et quand il parle d'amour, c'est à Iris que son coeur s'adresse. Et parce qu'en amour la meilleure stratégie est parfois la fuite, un jour il est parti. Parti sur les routes, avec pour seuls bagages sa soif de connaissances et ses mains de jardinier. Ses pas l'ont mené de jardin en jardin, de par le monde. « Iris et l'arc-en-ciel » est un parcours initiatique au long duquel Pierre se découvre à travers la solitude, les prisons de l'intégrisme ou encore la confrontation avec le point zéro de la bombe de Nagasaki. Il y devient cet universitaire apprécié pour son anticonformisme poétique et sa critique radicale de la société occidentale, et aussi ce grand maître jardinier que l'on s'arrache aujourd'hui. C'est cette histoitre d'amour que les auteurs ont voulu nous transmettre ; celle de Pierre et Iris. Pour nous rappeler que la vie est avant tout amour et que l'amour s'inscrit partout autour de nous, dans nos propres jardins...

  • LORD OF THE CHILDREN Le rêve celtique vous entraîne à la découverte d'un week-end type et des moments les plus marquants de l'été 2004 à l'été 2005 entre un Papa génial et passionné, redevenu célibataire malgré lui, et ses deux tendres enfants. L'arrivée fulgurante et éclatante, et la juxtaposition de l'Irlande font retentir l'espérance d'une vie meilleure pleine de tolérance, de compréhension, de convivialité, d'amitié et d'amour. Venez voyager dans le monde magique des danseuses de claquettes et des petites fées irlandaises mais méfiez-vous de ces petites et charmantes canailles de Leprechauns. Violons, tin whistles, uillean pipes, bouzoukis, accordéons, guitares, banjos, harpes celtiques et bodhrans vous transporteront au pays des Gaëls et peut-être découvrirez-vous votre KELTIC DREAM !!! Sinon, vous vous consolerez avec une bonne Guinness ou un Jameson !

empty