Pierre Salama

  • Avec la montée en puissance des économies émergentes, le centre de gravité du monde est en train de basculer. Une nouvelle carte du monde est-elle en train d´apparaître ? Une nouvelle Amérique latine est-elle en train de naître ?  L´Amérique latine change. En effet, qui aurait pu imaginer, il y a quelques décennies, que certains pays latino-américains deviendraient les économies émergentes de demain, capables de réduire leurs retards avec les pays avancés, de leur faire concurrence sur certains marchés, voire réduire, fût-ce légèrement, leurs inégalités de revenus et leur pauvreté ?  Comment penser que certains pays, parmi les plus importants, allaient renouer avec l´exportation de produits primaires, retrouvant ainsi partiellement leur spécialisation internationale de jadis, et attirer à eux les capitaux ?  Ce livre veut comprendre l´Amérique latine à l´aide des expériences asiatiques mais veut aussi éclairer la situation de l´Europe aux prises avec ses dettes souveraines et ses crises.  Pierre SALAMA, latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, docteur honoris causa des universités UAM et de Guadalajara (Mexique), docteur d´État, est professeur émérite des universités (université de Paris XIII), membre du CEPN-CNRS, (UMR7115), membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères et ancien directeur scientifique de la Revue Tiers Monde.

  • Les inégalités constituent un défi. Un défi pour le développement parce que leur accroissement, ou leur maintien à un niveau élevé, produit des sociétés excluantes et instables. Un défi intellectuel également, car les relations entre inégalités et croissance sont plus complexes qu'on ne le pense souvent : selon les conditions, la croissance peut être favorisée aussi bien par de faibles inégalités que par de fortes inégalités. Comparer sous cet angle les performances économiques de l'Asie et de l'Amérique latine, comme le fait avec rigueur Pierre Salama dans ce livre novateur, se révèle très instructif. Il montre ainsi que la relation entre inégalités et croissance ne peut être comprise sans prendre en compte d'autres variables (degré d'ouverture des marchés, niveau d'intervention de l'État, etc.). Et que ces variables sont dépendantes les unes des autres : l'ouverture contrôlée allant de pair avec une politique industrielle de l'État, moins d'inégalités peut signifier une politique sociale active des pouvoirs publics, plus d'inégalités peut accompagner le libre jeu des forces du marché et un retrait de l'État de l'économique et du social. Lire les principaux échecs économiques latino-américains à partir de ce qui semble être des succès en Asie montre qu'il n'y a pas de " voie royale " pour le développement. Et cela permet d'établir à quelles conditions, en Amérique latine, de nouvelles politiques pourraient relancer la croissance, diminuer la brèche entre citoyenneté politique et citoyenneté sociale et transformer ainsi la croissance en développement durable. Ces objectifs supposent de nouveaux compromis sociaux, car ils impliquent à la fois une politique sociale et industrielle plus cohérente et volontariste, et une défense plus déterminée des intérêts nationaux vis-à-vis des institutions internationales. C'est là toute la difficulté. (Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2006.)

  • This book analyses the issue of migration in Europe in its multiple dimensions, claiming that appropriate responses to the changing ways in which we live together will emerge only through the development of a new model of integration, based on the principle of equal dignity for each individual.

  • Cet ouvrage examine la question de la migration en Europe sous ses différents et multiples aspects et fait le pari que des réponses adoptées pour un vivre ensemble renouvelé ne pourront émerger qu'en imaginant un nouveau modèle d'intégration interculturelle, fondé sur le principe de l'égale dignité de tous les individus.

  • Présentés depuis une décennie comme les nouveaux géants de l'économie mondiale, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) offrent aujourd'hui une réalité plus contrastée. S'ils se sont imposés en produisant pour la plupart des biens à forte valeur ajoutée, ces pays montrent des fragilités structurelles susceptibles de contrarier leur développement. Place au débat analyse la situation sans omettre d'évoquer les nouvelles puissances émergentes (exemple de l'Argentine) et aborde des questions-clés (baisse de la pauvreté, émergence de classes moyennes, coûts environnementaux de la croissance, etc.). Une synthèse à la fois dense et accessible.

  • L'image courante d'un enfant squelettique et affamé n'est plus la seule image de pauvreté dans notre monde : les mal nourris existent dans les pays riches, la pauvreté aussi et l'obésité se développe particulièrement dans les catégories les plus pauvres des sociétés développées, elle est due à une nourriture de mauvaise qualité.

    La pauvreté est présente et s'impose avec l'urbanisation accélérée de nos sociétés et l'incapacité à crééer des emplois en nombre suffisant.

    La pauvreté a de multiples facettes, la mesurer c'est souvent la réduire et la méconnaître. La pauvreté est à la fois un fait et un sentiment et la synthèse en est difficile.

    Il importe également de multiplier les indicateurs dans la mesure de la pauvreté. Cette mesure est alors plus opérationnelle et permet d'établir une analyse de l'évolution de la pauvreté, du rôle des différents facteurs.

    Des mesures fondées sur divers critères et indicateurs permettent alors de construire une idée à la fois des efforts à faire (redistribution des revenus, mesures fiscales ...) et de la nature de ces efforts (programmes nationaux ou ciblés ...) pour atténuer la pauvreté.

  • Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) désignent des économies émergentes marquées par des histoires industrielles différentes mais une croissance soutenue depuis quelques années. Ce numéro thématique fait le point sur cette notion.

empty