Points De Suspension

  • Les dessins de ce carnet ont été réalisés dans des rues et des cours au Burkina Faso, puis associés entre eux, superposés, mis en écho à de motifs textiles de pagnes africains.
    Ils veulent montrer comment le visible nourrit le dessin et la création de motifs, et comment les motifs de ces tissus inspirent à leur tour de nouveaux dessins, des nouvelles histoires.
    L'envie est de partager avec le lecteur, enfant comme adulte, ce que peut être le dessin, et de lui permettre à la fois de déambuler, de voyager, de se placer à son tour dans une situation de création en coloriant, en complétant des dessins, en créant des motifs, en poursuivant l'inachevé, en s'inspirant du visible pour inventer quelque chose.
    Les images seules peuvent aussi provoquer une envie de dessin ou un geste spontané avec crayons, feutres, encres, peinture, collages...
    Maintenant enfants ou adultes, à vous de colorier, poursuivre, reproduire, réinterpréter, peindre ou gribouiller.

  • Cet album parle de l'inceste, il est aussi et surtout l'histoire d'une reconstruction. Comment une enfant parvient-elle à recontacter son coeur, ses mots, à réhabiter sa peau, son corps alors que son intimité n'a pas été respectée ? Le récit à la fois clair et métaphorique est adapté aux jeunes lectrices-eurs

  • Au retour des nombreux voyages qu'ils ont effectué au Burkina Faso, ensemble ou séparément, Véronique Vernette (auteur-illustratrice) et Arnaud Rodamel (auteur-photographe), se sont rendus compte, dans leur entourage ou lors de rencontres scolaires, qu'enfants et adultes avaient souvent une vision biaisée de l'Afrique de l'Ouest. Lors d'une fête du livre, Véronique fait part à Arnaud de son souhait de réaliser un abécédaire qui permettrait d'aborder une Afrique urbaine, bien loin des clichés véhiculés dans certains albums, romans ou encore dessins animés. Ce projet a mûri au fil du temps dans leur esprit... et quelques années plus tard, alors en voyage à Bobo Dioulasso, c'est avec un groupe d'amis burkinabés qu'ils commencent à lister tout naturellement dans un carnet de notes les mots ou expressions, qu'il leur semble judicieux de définir et d'illustrer... Cet Abécédaire est destiné à tous les curieux de 8 à 80 ans.

  • Deux garçons jouent au château de sable sur la plage. La discussion s'engage autour de leurs papas. Vite, c'est la surenchère des exploits de ces papas extraordinaires.

    Jusqu'au moment où un des jeunes garçons à court d'idée, cherchant toujours mieux pour épater son camarade de jeu dit : Moi, encore mieux... J'ai deux papas !

  • Hanté par le souvenir de la défaite de son arrière-arrière-arrière grand-père, battu à la course par une vulgaire tortue, son arrière-arrière-arrière petit-fils aura-t-il sa revanche ?

  • Un beau matin Gigi trouve une magnifique graine. De retour chez elle, elle la plante et en prend bien soin. Mais elle veut absolument la garder pour elle seule. Se faisant, elle se barricade et s'isole de tout son voisinage.
    Lorsque la graine devient une belle fleur, Gigi est bien seule pour en savourer la beauté.
    Elle change alors d'avis et se décide à partager avec ses amis les graines fournies par sa belle fleur.

  • L'histoire est celle d'un petit garçon, de ses doudous et d'un boa très gourmand qui chaque nuit avale tout ce qui passe à sa portée.

    Chaque matin le petit garçon fait l'inventaire de l'incroyable appétit de son boa doudou.

  • Il y a 22 000 ans à la période dite du Gravettien, les Cro-Magnons avaient une connaissance parfaite de leur environnement.
    Ils exploitaient toutes les ressources ; les animaux, comme nous l'a raconté Ava dans son Bestiaire mais aussi les plantes, comme vous allez le découvrir dans L'herbier d'Ava.
    Les saisons rythmaient la vie des chasseurs cueilleurs du paléolithique, comme elles rythment encore aujourd'hui notre vie.
    Cet album célèbre la nature, cette grande déesse qui fournit aux hommes ; le bois pour se chauffer, la nourriture pour vivre et les remèdes pour soulager douleur et souffrance.

  • Boubou se réveille et crie qu'il a faim, vraiment faim, très très faim.
    Maman se lève et ils préparent ensemble ce grand petit déjeuner.
    Mais la grande faim de Boubou serait plutôt une grosse demande d'attention et d'affection.

  • Un ours et un lapin : deux regards différents sur le monde, mais si l'on veut bien unir ses différences, alors le monde change. À nous deux, très ensemble, on devient beaucoup... Lui, un grand-petit quelqu'un. Et moi un petit-grand quelqu'un. C'est bien mieux que d'oursonner et lapinauder chacun de son côté.

  • Quand Papi René s'embarque sur le « Alzheimer » un navire pirate, il fait grand vent.
    Comment ne pas perdre sa trace entre les bourrasques du passé, un présent absent et un futur inconnu. Des temps de conjugaisons à percevoir, à inventer.
    Avec Mamie, le chemin du retour au présent se tisse avec des voiles lumineuses en patchwork de mémoire.

  • Pas facile de devenir un vrai magicien, notre petit personnage s'embrouille un peu dans les formules et le résultat apporte des transformations étonnantes, arrivera-t-il à retrouver sa forme initiale ?

  • Quand on a les cheveux frisés, ça fait des noeuds, ça tire, ça fait mal ! Et puis, les princesses de contes de fées ont toujours les cheveux longs et raides...mais tristes ! Les petites nanas de Chris Raschka, elles, sont mignonnes à croquer, elles aiment s'amuser et, par-dessus tout elles ont des bouclettes et des idées de fêtes plein la tête. Leurs cheveux, elles en ont fait un jeu et les transforment à volonté. Nattes, tortillons, locks, macarons, cheveux courts, cheveux longs... Les frisettes, c'est vraiment chouette ! Une galerie de portraits plus vivants et attachants les uns que les autres. Un coup de pinceau très personnel mariant couleurs vives et pastel. Des dessins tout en rondeur et douceur, du mouvement suggéré par un trait de crayon sobre mais efficace. Le texte se lit comme une petite chanson accompagnant des illustrations qui ondulent et pétillent au rythme des pages et des cheveux des fillettes dans un univers de joie de vivre et de fête.

  • L'histoire d'un petit gorille qui est comme tous les petits gorilles ou presque, et cela lui cause quelques problèmes.
    L'histoire d'un petit garçon qui est comme tous les petits garçons sauf qu'il n'aime ni le foot, ni la bagarre.
    Ces deux là sont-ils faits pour se rencontrer ?

  • Suite de l'album « Le corbeau et les trois poules » où nous avions laissé le corbeau s'envoler le fromage dans le bec, sous le regard espiègle du renard caché derrière un arbre.
    Nous retrouvons le renard installé dans une clairière, prêt à déguster le délicieux fromage.
    Hélas, des mouches, un monstre, un aigle, un taureau, des fourmis ... vont contrarier l'entreprise de notre renard.
    Suivez les péripéties du renard ou du fromage, car on ne sait qui mène ce road-movie, la seule chose à retenir est l'adage suivant :
    « Quand on vole un fromage, il faut s'attendre à un pénible voyage et n'avoir aucun avantage » Suite au prochain épisode...
    Car il y aura une suite.

  • Ce livre raconte le voyage d'une goutte d'eau nommée Kaplia (qui veut dire goutte d'eau en russe).

    Ce voyage va se révéler bien plus étonnant qu'on ne pourrait s'y attendre.
    Tantôt la voilà qui vole sur un nuage, tantôt qui se fait avaler par une baleine dans l'océan, tournoie au-dessus de la ville, devient arc en ciel ou rosée du matin...
    Chacun a besoin de la voir apparaître mais voilà qu'elle se fait parfois vapeur, brume ou boule de neige.

    Kaplia nous entraîne avec elle dans un drôle de parcours plein de joyeux rebondissements, dans le ciel et l'océan, en ville et sous terre...
    Un livre pour découvrir les états et les transformations de l'eau, son importance pour la nature et pour l'homme.

  • Par la petite lucarne du grenier, Céleste regarde le radeau d'Hyppolite s'éloigner à nouveau.
    Autour d'elle il y a un fatras d'objets, de caisses, de valises, de livres. Aux murs quelques tableaux... L'un d'eux attire le regard de Céleste, c'est un paysage. Elle hésite un petit instant et décide à son tour de partir.

  • Il s'agit là d'un recueil de poésie.
    Quatre poèmes où les quatre saisons sont personnifiées et cela commence par l'Automne, ce qui n'est pas habituel mais suivra le calendrier des écoliers.
    De chaque saison, on retrouve les couleurs, les sensations, les images fortes et le ressenti.
    Les illustrations au trait et aux crayons de couleurs accompagnent de manière légère, subtile et tendre le son du texte qui nous emporte de l'automne, à l'hiver, du printemps à l'été, dans cette ronde du temps, ballet farandole qui n'en finit pas de tourner...

  • Anne brouillard est née en 1967 à leuven en belgique.
    Elle vit actuellement à bruxelles. elle a publié une vingtaine d'albums, chacun d'eux étant une véritable invitation à une promenade imaginaire. son talent a été couronné par de nombreux prix, notamment à bologne en 1993 pour son album " le sourire du loup ", elle reçoit ensuite le prix de la pomme d'or à la biennale de bratislava, et enfin en 1994 le prix maeterlink.
    Son sens de la lumière et de la couleur nous emmène en douceur dans son univers.
    On se sent accompagné tout au long d'un parcours visuel qui imperceptiblement crée une atmosphère en parfaite harmonie avec le texte.

  • Bestiaire préhistorique.
    Ava, femme de Cro-Magnon qui a vécu entre la Loire et les Pyrénées, il y a 22000 ans, partage avec nous ses dessins et ses histoires d'animaux sauvages côtoyés au quotidien.

    Dans la veine de son coffret « Le journal d'Ava, femme de Cro-Magnon », l'auteur nous raconte, par l'intermédiaire d'Ava, des histoires d'animaux préhistoriques.
    A cette époque, les animaux sauvages étaient partout.
    Certains devaient nous faire peur, d'autres rassurants, annonçaient le printemps. Nous les avons chassés pour leur viande, leur graisse, leur peau, leurs griffes, leurs dents, leurs os...
    Nous avons pu supporter les hivers rigoureux emmitoufl és dans leur peau, nous nous sommes éclairés grâce aux lampes à huile en brûlant leur graisse. Les hommes ont utilisé leur parure pour séduire les femmes ou convoquer les esprits.
    Sans les animaux, il n'y aurait pas d'humanité.
    Dans ce livre entièrement le fruit de l'imagination de l'auteur, tout a été cependant, confronté à des ouvrages de spécialistes de la Préhistoire.

  • Picouli

    Clothilde Bernos

    L'histoire d'une rencontre et d'une amitié entre Picouli, petit oiseau solitaire et avide de câlins et Sam, un petit garçon disponible.

  • Chaque année la banquise fond de plus en plus, contraignant les ours à nager pendant des heures pour trouver de quoi se nourrir.
    Alors que les ours hibernent, Wakiza part seul à la recherche de nouveaux territoires de chasse.

    À bout de force, il est recueilli par Anaba.
    Ensemble ils tenteront de tracer de nouvelles pistes, donnant ainsi un peu d'espoir et de souffle de vie à leurs congénères.
    Un texte poétique accompagné de superbes images aux tons pastel, pour prendre conscience, réfléchir et discuter ensemble des conséquences désastreuses du réchauffement climatique.

empty