Littérature traduite

  • Ce livre est « un trésor spirituel ». Il transmet le témoignage de deux femmes aux cheminements différents mais profondément encourageants, Claire et Petra.
    Chacune rend grâce d'avoir été conduite à la plénitude de l'union avec Dieu. Soeur Rachel du Saint-Esprit (alias Ruth Burrows) nous partage le fruit de leurs échanges avec l'assurance et la puissance de conviction que l'on avait déjà pu découvrir dans le récit de sa vie Face au Dieu vivant (Éd. du Carmel).
    La valeur unique de ses propos tient d'abord à la singularité de l'expérience de Petra : alors que Thérèse d'Avila et Jean de la Croix décrivent le mariage spirituel comme précédé et accompagné de faveurs mystiques exceptionnelles, Petra déclare n'en avoir jamais bénéficié. Elle est toujours demeurée dans l'aridité et l'obscurité - expérience spirituelle proche de celle de Thérèse de Lisieux.
    À cet égard, Ruth Burrows déclare que sa pensée doit beaucoup au témoignage de la Petite Sainte, conduite à cette parfaite union d'amour avec Dieu en l'absence presque totale des faveurs mystiques, mais dont la voie d'enfance spirituelle est profondément mystique, au sens où elle est communion au mystère de Jésus, abandonné comme un enfant à son Père, et crucifié par amour.
    « Par cet ouvrage publié en 1976, un an après Face au Dieu vivant, et par la douzaine d'autres qui l'ont suivi, elle a touché le coeur et éclairé le cheminement spirituel d'un très grand nombre de lecteurs anglophones. Sa traduction en français est un profond motif de joie. » (J.-B. Lecuit)

  • L'ouvrage n'est pas un livre de plus sur Fatima. Ce que l'auteur creuse ici et met en évidence, ce sont les physionomies spirituelles des "bergers de Fatima". Au lendemain du centenaire des apparitions, il peut être bon de se pencher sur ceux qui ont bénéficié de ces apparitions afin de mieux les connaître, de comprendre l'impact sur eux d'un tel événement, d'écouter ce qu'ils ont à nous dire. L'auteur excelle dans l'art des "portraits" : en Italie, il a publié une quinzaine d'ouvrages de portraits de saints (c'est même une collection).

  • Carmélite depuis plus de quarante ans, Mary McCormack a été Présidente de l'Association des carmels anglais et prieure à plusieurs reprises.
    Elle s'est aussi profondément investie dans la formation des jeunes religieuses. A une grande expérience de la nature humaine ainsi que de la vie de prière, elle joint un sens profond de la transcendance du mystère de Dieu. Elle nous introduit ici dans la prière en suivant, quasiment pas à pas, une expérience fascinante d'entrée dans le silence, expérience inspirée par les années de lutte et de fidélité de sa vie de religieuse contemplative.
    Et elle évoque la fécondité de la prière autant pour la transformation de nous-mêmes que pour le bien du monde. Ce livre est précieux. Il est de surcroît remarquablement écrit, dans un style clair, lumineux, et lyrique, riche de ces lumières de grâce qui trouvent leur origine dans une longue vie de prière, de cette prière qui n'est rien moins qu'une relation vivante avec Dieu. Cet ouvrage a connu un grand succès en Angleterre depuis sa publication (2009).

  • La canonisation prochaine de la carmélite Elisabeth de la Trinité invite à approfondir son expérience et son enseignement. Le présent ouvrage, à côté des présentations succinctes de la nouvelle sainte se propose comme une réflexion sur son message, alliant profondeur des vues et accessibilité du propos. Suivant une trame biographique, il pose un regard à la fois théologique et spirituel sur l'expérience d'Elisabeth. Au fil des pages, le lecteur découvre la profondeur d'une existence apparemment très simple mais riche d'enseignements, qui depuis plus d'un siècle a aidé de nombreuses personnes à entrer dans une familiarité avec le Dieu Trinité qui habite en elles. Quant au lecteur déjà ami de la Sainte, il est frappé de la nouveauté des intuitions de l'auteur, et de leur actualité.

  • Si vous vous êtes intéressés aux écrits des mystiques mais que vous avez trouvé leurs oeuvres inaccessibles, ce livre est pour vous. Écrit pour les lecteurs d'aujourd'hui, ce guide dynamique vous offrira l'accès à un enseignement de sagesse souvent considéré comme trop lointain, alors qu'en fait, il est encore pertinent pour faire face à tous les problèmes qui se posent à nous en ce début de millénaire. Frederick Bauerschmidt nous rejoint là où nous en sommes : dans un monde désenchanté. En écoutant en écho les témoignages des mystiques et nos propres interrogations, il peut redonner un nouvel élan à notre existence et ouvrir des horizons souvent négligés de l'expérience chrétienne. Thérèse de Lisieux ou comment vivre dans un monde sans DieuIgnace de Loyola ou comment vivre dans un monde avec trop de dieux. Maître Eckhart ou comment recevoir Catherine de Sienne ou comment donner Hildegarde de Bingen ou comment être « vert » Julienne de Norwich ou savoir être malheureux Thomas Merton ou comment vivre et comment mourir.

  • Dom John Chapman (1865-1933), moine bénédictin anglais, est de la race des grands directeurs spirituels. Dans cette correspondance, il donne de précieux conseils à toutes les âmes d'oraison.

  • Anne de Saint Bartélemy est une des personnalités les plus attachantes de l'entourage immédiat de Thérèse d'Avila : bergère avant d'être la première soeur converse de la réforme carmélitaine, confidente, infirmière et secrétaire inséparable de la Fondatrice qui mourut dans ses bras. Désignée pour la fondation de Paris en 1604, puis prieure des carmels de Pontoise, Paris et Tours, elle passe en Belgique, et fonde le carmel d'Anvers où elle meurt le 7 juin 1626.

    Il a fallu attendre 2006 pour que soit publiée sa première biographie, qui allie sérieux historique - tout y est fondé sur des documents d'époque - et style alerte. Le présent livre en est la traduction, réalisée sous l'auspice des Amis de la bienheureuse Anne.

  • Élisabeth de la Trinité : spirituelle française, du Carmel, canonisée par le pape François en 2016. En suivant le charisme du Carmel autant que sa sensibilité propre et ses désirs, elle fait de la recherche de Dieu le centre de sa vie. L'expérience de la présence de Dieu en elle est un point fondamental de existence et ses écrits. Ceux-ci, simples mais intenses, ont franchi les limites du monde carmélitain.
    Fort de son expérience de bibliste, l'auteur commente la célèbre prière d'Élisabeth au travers des grands symboles qui la traversent (le foyer ; être habité ; le visage ; la lumière ; la nuit). Cette invocation à la Trinité est la synthèse et l'apogée de son expérience spirituelle.

empty