• Dans la haute société new-yorkaise de la fin du XIXe siècle, Newland Archer est tiraillé entre deux femmes, deux vies: sa fiancée, la jeune et pure May Welland, et la comtesse Olenska, une divorcée fraîchement revenue d'Europe, auréolée de mystère et d'une réputation sulfureuse.
    Le clan familial et son confort pèsent sur Newland Archer, qui ne sait s'il doit céder à la passion et renoncer pour toujours à la vie qu'il a connue jusqu'alors, ou s'il doit s'en remettre à la prudence et protéger son statut pour rester dans ce monde, au risque de vivre la vie d'un autre, brillante en apparence mais creusée par le regret. Un roman poignant qui éclaire avec finesse la tension entre le désir de liberté et l'attrait du quotidien familier.

  • À Nice, au début du XXe siècle, Kate Clephane lutte pour sa survie sociale. Issue de la haute société new-yorkaise, elle vit aujourd'hui parmi les parias : tous ceux qui, comme elle, ont failli aux yeux du beau monde. Alors qu'elle était une jeune mariée et une jeune mère, Kate a eu une aventure avec un artiste et, rejetée par tous, a fui New York pour la France. Mais, presque vingt ans après son départ, sa fille Anne lui écrit : le mari de Kate est décédé et la fille veut retrouver sa mère. De retour en Amérique, Kate se construit avec Anne un foyer idyllique, que seul un homme pourrait venir troubler...
    Dans ce roman de 1925, Edith Wharton revient sur un thème qui lui est cher : la tension entre les désirs d'un individu et le poids des conventions sociales. Comme dans Le Temps de l'innocence et Ethan Frome, elle dépeint des personnages en combat permanent pour trouver une place dans un monde qui devrait être le leur. La Récompense d'une mère est l'une de ces tragédies dorées.

  • Ethan Frome

    Edith Wharton

    • P.o.l
    • 6 Mars 2014

    Les montagnes du Massachusetts à la fin du XIXe siècle. Ethan Frome est un jeune homme pauvre qui aime les livres et rêve de voyages. Il a hérité d'une ferme et d'une scierie qui ne rapportent rien, épousé une vieille cousine hypocondriaque. Et, sans comprendre ce qui lui arrive, il tombe amoureux pour la première fois. En trois jours, sa vie va basculer. Même la mort ne voudra pas des héros de cette tragédie rurale, chef-d'oeuvre atypique d'Edith Wharton.

  • Le village de North Dormer, en Nouvelle Angleterre, abrite une communauté puritaine et étriquée au sein de laquelle la belle Charity vit et, surtout, s'ennuie. Adoptée enfant par le notable du village, le vieux Royall, Charity est née dans la « montagne », un endroit dont on parle tout bas et en se signant, un lieu sauvage qui a dû la marquer de son empreinte. Son insaisissable différence attire immédiatement l'attention de Lucius Harney, jeune architecte de la ville venu se perdre à North Dormer pour croquer des habitats traditionnels. Très vite, Charity s'éprend passionnément de lui...

    Admiré par Henry James, considéré par Joseph Conrad comme le plus beau roman d'Edith Wharton, parfois comparé à Madame Bovary, Été fit scandale à sa parution, en 1917.

  • «?Il se rendit compte avec un tressaillement pénible qu'il y avait, à l'arrière-plan de son existence, une page de sa vie toute différente de celle où il l'avait rencontrée pour?la première fois.?» Lydia a quitté son mari pour Gannett. Les deux amants voyagent à travers l'Europe et vivent librement leur passion, mais le poids des conventions sociales a vite fait de les rappeler à la réalité...
    Waythorn et Alice reviennent à New York après leur lune de miel. Si pour lui c'est un premier mariage, Alice en est à son troisième, mais Waythorn n'en a cure... jusqu'à ce que les ex-maris de sa femme se présentent à sa porte?!
    Edith Wharton peint avec humour et justesse les portraits de femmes libres et modernes qui défient la société.

  • Roman majeur d'Edith Wharton, généralement considéré comme son chef d'oeuvre, L'Âge de l'innocence remporte le prix Pulitzer en 1921, un an après sa sortie aux Etats-Unis, et sera adapté au cinéma par Martin Scorsese en 1993.
    « Faites New York ! » - telle est l'injonction qu'adresse, dès 1902, Henry James, son mentor et ami, à la romancière. L'Âge de l'innocence, oeuvre de la maturité, se présente comme le tableau évocateur, subtil et puissant d'un monde disparu qui est aussi celui de l'enfance d'Edith Wharton.
    Au début des années 1870, dans le petit univers élitiste et fermé de la bonne société new-yorkaise, Newland Archer s'apprête à épouser la pure et radieuse May Welland, incarnation « de tout ce à quoi il avait cru et qu'il avait révéré ». L'irruption de la cousine de sa future femme, la mystérieuse comtesse Olenska, qui rentre précipitamment d'Europe pour fuir un mariage malheureux, va donner une tournure inattendue à ses fiançailles. Alors que la comtesse fascine et scandalise tour à tour New York, Archer voit peu à peu le mélange de sympathie et de perplexité que lui inspire Ellen Olenska se changer en un sentiment plus troublant. Cette rencontre décisive ne sera pourtant porteuse d'aucune émancipation. Tout au plus Newland Archer prendra-t-il conscience de l'implacable étau dans laquelle cette société corsetée enferme les individus et du sort qu'elle réserve à ceux qui refusent de se conformer à ses règles. Peinture d'un amour impossible, d'une libération manquée et d'un monde voué à s'éteindre définitivement au sortir de la guerre de 1914-1918, L'Âge de l'innocence se teinte d'une flamboyante mélancolie.

  • Edith Wharton adorait la France et aimait aussi beaucoup les voyages en voiture. Avec son mari Teddy, entre 1906 et 1907, c'est dans une Panhard et Levassor 15hp achetée d'occasion à Londres qu'ils effectuent ce « tour de France », parfois accompagnés de Henry James.
    Évidemment, les Wharton ne conduisent pas eux-mêmes, ils ont un chauffeur, et leurs bagages arrivent par chemin de fer, avec quelques domestiques, aux étapes les plus importantes. On voyage avec style !
    Les Wharton sont des francophiles extrêmement cultivés et des touristes avertis. Partis de Boulogne, ils filent vers Amiens, Beauvais, puis Rouen. Ils continuent vers la Loire et l'Indre, puis font étape à Nohant sur les terres de George Sand. Paris, Poitiers, les Pyrénées, la Provence, l'Est... rien ne les arrête ! En route, ils admirent tout, les cathédrales, bien sûr, les paysages, les villages, mais aussi les Français, leur civisme, leur élégance, leur bonne humeur et leur façon intelligente de profiter de la vie...
    Avec ce récit en forme de carte postale, Edith Wharton nous fait revisiter et redécouvrir lieux et monuments avec une chaleur et un enthousiasme communicatifs.

  • In the upper-class New York of the 1870s, Newland Archer is happily engaged to marry the pretty May Welland. His perfectly harmonious existence is disturbed when he discovers passion after meeting "poor Ellen Ollenska" in his cousins' Opera box.

  • Ondine Spragg s'ouvre les portes de l'aristocratie newyorkaise grâce à son mariage avec Ralph Marvell. Son ambition l'amène à divorcer et à se lancer à la conquête des hommes susceptibles de lui apporter tout ce qu'elle désire, c'est-à-dire l'amusement mais aussi la respectabilité. Si elle échoue face au banquier Peter Van Degen, elle va trouver une nouvelle victime en la personne du Marquis de Chelles, grâce à qui elle va - espère-t-elle - trouver une place de choix dans le monde du Faubourg Saint-Germain. Mais c'est vers Elmer Moffatt, un ami d'enfance auquel elle avait été mariée secrètement, qu'elle finira par revenir et en compagnie duquel elle trouvera le bonheur.
    Les qualités d'analyse de la grande Edith Wharton et son brio font merveille dans cette vaste fresque qui dépeint une classe qui meurt et le monde du XXe siècle en pleine formation et trace avec audace et talent le portrait d'une femme moderne.

  • « Peu de vices sont plus difficiles à éradiquer que ceux qui sont généralement considérés comme des vertus. Le premier d'entre eux est celui de la lecture. » Dans ce texte paru en 1903 dans une revue littéraire américaine, la romancière Edith Wharton (1862-1937) dénonce l'obligation sociale de la lecture, nuisible à la littérature et fatale à l'écrivain.

  • Voyage au Maroc

    Edith Wharton

    « L'imaginaire », aujourd'hui dirigée par Yvon Girard, est une collection de réimpressions de documents et de textes littéraires, tantôt oeuvres oubliées, marginales ou expérimentales d'auteurs reconnus, tantôt oeuvres estimées par le passé mais que le goût du jour a quelque peu éclipsées.

  • Martin Boyne, un homme de quarante-cinq ans déjà fatigué et à qui rien n'arrive jamais, est en route vers la femme qu'il aime depuis des années, enfin libre de tout lien.
    Sur le pont d'un navire qui le mène vers l'Italie, la rencontre inopinée avec un groupe d'enfants hétéroclites mal élevés et tout à fait délicieux et de leur soeur ainée, le pousse à prolonger sa « traversée ».
    Dans ce roman rédigé dans un style primesautier, Edith Wharton interroge une fois de plus la notion du dilemme du héros entre Rose Cellars, une femme de son âge et de son milieu et la trop jeune Judith Wheather, soulignant la difficulté de capturer une jeunesse à jamais disparue.

  • Un court roman drôle et mordant, écrit par une femme, sur les femmes.
    Sept femmes, traquant la culture et l'érudition, forment le très sélectif Lunch Club dans la petite bourgade d'Hillbrigde.
    Elles ont alors l'honneur de recevoir la romancière en vogue Osric Dane, qu'il faut impérativement avoir lue. Cependant la rencontre ne se passe pas comme prévue et, très vite, le ridicule mondain de l'assemblée s'attire les foudres de l'auteure. Les conversations s'enlisent et la complaisance du club est mise à mal. L'intervention inattendue de l'une d'entre elles sur un sujet des plus déroutants, Xingu, renverse la situation. Tout le monde y va alors de son commentaire, espérant faire étalage de sa culture.
    Et vous, avez-vous déjà entendu parler de Xingu ?
    Une introduction jouissive à l'OEuvre d'Edith Wharton

  • «Les programmes de Mrs Manford étaient immuables. On en venait à douter que la maladie, ou même la mort, puisse les désorganiser. Tenter de modifier la mosaïque complexe de ses rendez-vous aurait été comme chercher à démolir la pyramide de Khéops...» Prise dans le tourbillon de la vie new-yorkaise, Pauline ne s'épargne pas. Guérisseurs, assistantes sociales, gourous et marchands d'art s'arrachent le temps de cette femme exemplaire qui préfère s'adonner aux exercices d'élévation de l'âme plutôt que de se plier aux aspirations intimes de son époux.
    Rien d'étonnant à ce que celui-ci soit sensible à l'extrême légèreté de Lita, sa belle-fille, à son profil d'ange primitif, voire à ses extravagances. Mais ce besoin d'évasion annonce un drame...

  • Les fantômes whartoniens se glissent dans ces interstices de silence oppressant, minéral ou granitique, dans " ce trou, béant, surgi soudain dans notre expérience ".
    Ils n'effraient plus, comme les fantômes anciens, par leurs apparitions spectaculaires et leur attirail gothique, mais par leur passage secret et discret, le frôlement furtif de leur " immense absence " et de leur palpable présence, en bas de l'escalier, derrière la porte de la bibliothèque, ou bien à l'autre bout de la table si près qu'on pourrait presque les toucher.

  • Le narrateur, de passage dans la petite ville de Starkfiel, Massachussets, y rencontre un homme étrange, peu bavard. On le lui présente comme étant Ethan Frome, un homme gentil, un peu ours, surtout depuis son accident. Intrigué, l'homme garde cette histoire en tête, mais ne parvient pas à en savoir plus. Quelque temps plus tard, alors qu'il doit se rendre dans la ville voisine pour affaires, Ethan Frome lui propose de l'emmener. Au retour, ils se retrouvent pris dans une tempête de neige ; étrangement, une intimité se crée entre eux et Frome lui raconte son histoire.

    Adoptée enfant par le notable du village de North Dormer, en Nouvelle-Angleterre, Charity est née dans la "montagne", un endroit dont on parle tout bas et en se signant, un lieu sauvage qui a dû la marquer de son empreinte. Son insaisissable différence attire immédiatement l'attention de Lucius Harney, jeune architecte de la ville venu se perdre à North Dormer pour croquer des habitats traditionnels. Très vite, Charity s'éprend passionnément de lui...

  • Lily Bart, 29 ans, fait tourner bien des têtes, et du meilleur monde. Quoique issue d'un milieu modeste, elle a toujours frayé dans la haute société. Incapable de vivre sans argent, trop honnête pour monnayer sa beauté, Lily le sait et l'admet : « façonnée pour être un ornement délicieux », quel autre destin pour elle que d'épouser un riche mari ?
    Rien ne serait plus simple à satisfaire que cette ambition, si la jeune femme n'était dotée d'un caractère farouche, qui lui interdit de céder au séduisant Lawrence Selden. Et si ses charmes ne suscitaient la jalousie des femmes. Son indépendance d'esprit détonne dans l'univers codifié, superficiel, de la bourgeoisie new-yorkaise. Et son désir de réussite se heurte aux règles d'un jeu sauvage dont elle refuse d'être le pion.
    Déchirée entre ses principes et ses aspirations, Lily Bart est-elle aussi libre qu'elle le pense ? Dans le New York de l'Âge d'or, Edith Wharton peint la satire d'une société étouffante qu'elle connaît mieux que personne, mais qui vit ses derniers instants.

  • Le miroir

    Edith Wharton

    Mrs Clingsland découvre avec désolation un matin l'image que lui renvoie son miroir ; celle d'une femme qui n'a plus vingt ans. Mrs Attlee, sa confidente, trouve un subterfuge pour la sortir de sa torpeur : elle lui transmet des messages d'amour d'outre-tombe du jeune Harry, noyé lors du naufrage du Titanic. Spiritisme, apparition de fantômes, messages de l'au-delà.Edith Wharton révèle avec un humour piquant que les fantômes ne survivent que dans l'imagination de ceux qui les évoquent.

  • Un classique de la littérature américaine.

    1870. Newland Archer, jeune avocat prodige issu de la haute société new-yorkaise, s'apprête à épouser la timide mais dévouée May Welland.
    C'est compter sans l'arrivée inopinée d'Ellen Olenska, rentrée à New York après une piteuse union avec un comte polonais. Farouchement indépendante et résolument libre, Archer tombe amoureux. Au point de compromettre son mariage.
    Tiraillé entre devoir et passion, Archer devra braver toutes les conventions pour parvenir à tracer sa propre voie. Et cela d'autant plus que la si sage May Welland est prête à tout pour récupérer son promis, quitte à user de toute son influence auprès de leurs fréquentations mondaines.
    Adapté en 1992 par Martin Scorsese, avec Michelle Pfeiffer, Winona Ryder et Daniel Day-Lewis, Au temps de l'innocence reste le roman le plus célèbre d'Edith Wharton, la radioscopie d'une société de nantis prise dans les travers de ses propres privilèges.

  • Découvrez Les Entremetteurs et autres nouvelles, le livre de Edith Wharton. Edith Wharton puise ici son inspiration dans le milieu qui l?a vu naître : la haute société américaine du début du xxe siècle, celle qui passait l?hiver sur la Cinquième Avenue, se précipitait l?été à Newport et voyageait en Europe. Derrière le ton léger de la plupart de ses nouvelles, elle montre les contradictions inhérentes à l?âme humaine, celles qui creusent un gouffre entre l?être intime et l?être social, trop souvent sujet à la pression du monde dans lequel il évolue. C. du P. et A. de M.Le recueil comprend : « Les entremetteurs » / « Giboulées de mars » / « Sables mouvants » / « L?art d?écrire un récit de guerre » / « La guérison » / « La mission de Jane » / « La descendance de l?homme » / « Les réfugiés ».

  • "Susy avait la même échelle de valeurs que ces gens; elle parlait leur langage, même si elle en comprenait d'autres; elle avait soif des mêmes plaisirs qu'eux, même si elle n'adorait pas leurs dieux. Mais, du jour où elle était devenue sa propriété, il avait élaboré au sujet de cette femme une conception qui répondait à un besoin de vénération profondément ancré en lui." Susy et Nick Lansing passent leur voyage de noces en Italie chez des amis plus fortunés. Leur mariage d'amour et le pacte qui les lie ne sauraient souffrir de concessions ou de bassesses. Mais les idéaux peuvent-ils se heurter à la dure réalité du couple et de la vie mondaineoe Lorsque Suzy accepte un marché peu moral qui lui permet de faire partie de la jet-set, le conflit larvé qui les mine déjà se déclenche...
    Dans ce roman flamboyant, passion et raison s'opposent toujours, orgueil et jalousie rencontrent inlassablement les caprices du destin.

  • « Elles incarnaient «la jeune fille américaine», ce que le monde avait réussi de plus parfait » : pour Mrs St. George, ces cinq jeunes filles fraîchement débarquées à Londres sont un ravissement. Mais pour le petit monde étroit de l'aristocratie anglaise, leur pedigree laisse à désirer, et leurs ambitions paraissent bien vulgaires - et puis quelle idée de fumer et de s'exhiber ainsi sans vergogne ? Les « boucanières » n'en ont cure : à elles la belle vie, les bons plaisirs et les beaux partis !

  • « L'imaginaire », aujourd'hui dirigée par Yvon Girard, est une collection de réimpressions de documents et de textes littéraires, tantôt oeuvres oubliées, marginales ou expérimentales d'auteurs reconnus, tantôt oeuvres estimées par le passé mais que le goût du jour a quelque peu éclipsées.

empty