Solitaires Intempestifs

  • Textes inclus dans ce volume :
    Sa gloire (Extraits)-(1938), Oedipe à l'aube (1942), Les Turcs au Frioul (1944), Les Enfants et les Elfes (Extraits)-(1944-1945), La Poésie ou la joie (1947), Un petit poisson (1957), Vif et Conscience (Projet de ballet)-(1963), Italie magique (1964-1965), 1946 ! Histoire intérieure (1947-1965), Projet pour un spectacle sur le spectacle (1965) De l'oeuvre théâtrale de Pier Paolo Pasolini, nous connaissions seulement ses grandes tragédies écrites dans les années soixante. Nous ignorions jusqu'ici, parce que restées pour la plupart à l'état de manuscrit, que dès 1938 il avait écrit de nombreuses pièces - comme son premier oedipe - dont cet ouvrage constitue la première édition intégrale. À la fois découverte nécessaire et événement dans l'histoire de la littérature italienne contemporaine, ce recueil permet de mieux comprendre quelles relations Pasolini, dès son plus jeune âge, entretenait avec le théâtre.

  • Le dada du sonnet, jamais publié du vivant de l'auteur et présenté dans sa traduction française pour la première fois, constitue le plus impressionnant ensemble posthume de toute sa production poétique. Inspiré par l'amour pour un jeune homme, Pasolini (comme Shakespeare avant lui) choisit la forme du sonnet pour s'adresser à lui. Mais, parce que le jeune homme a quitté le poète, les méditations sur l'amour font place aux réflexions sur la mort. La forme traditionnelle du poème d'amour est à la fois sublimée, sacralisée et profanée. Plus que jamais, Pasolini se présente à nous « plus moderne que tous les modernes ».

  • À travers ce recueil de textes choisis, présentés et contextualisés, tous inédits en français, on découvre le Pasolini politique « en version originale » : dans toute sa violence verbale mais aussi sa très dérangeante subtilité rhétorique.
    Dès les années soixante, c'est Pasolini qui « voit loin » quand il réfléchit sur le pouvoir de la prétendue télévision. Il y voit l'incroyable férocité d'un contrôle totalement intégré par tous ceux qui s'y prêtent, à commencer par ses plus proches amis, les artistes et les intellectuels de gauche.
    Peu après mai 68, et renversant sa propre caricature masochiste du vieux poète qui s'est mis du côté des flics prolos contre les étudiants « fils à papa », sa réflexion sur l'extrémisme et le système de passation des valeurs entre générations au temps du capitalisme triomphant prend une valeur universelle.
    « Mieux vaut être un ennemi du peuple qu'un ennemi de la réalité. »

empty