• Au XVIIe siècle, les Provinces-Unies, première puissance commerciale et maritime de l'Europe, débarquent en Afrique centrale deux siècles après les Portugais. Elles établissent des relations commerciales avec le riche et puissant royaume de Loango. Pour les besoins d'exploitation de leurs colonies du Nouveau Monde, les commerçants néerlandais emmèneront des milliers d'hommes et de femmes d'Afrique centrale pour servir de main-d'oeuvre servile au Suriname, la plus précieuse des colonies néerlandaises en Amérique. Les esclaves, embarqués depuis la baie de Loango, seront présents dans les mouvements de résistance contre le catéchisme colonial pour former la plus large et la plus concentrée des populations d'esclaves fugitifs (les marrons) dans le monde, se retrouvant jusqu'en Guyane française.

  • La méticuleuse recherche d'une route maritime pour le passage conduisant à la Chersonèse d'Or de la géographie de Ptolémée « l'Asie du sud-est », en passant par « Antilhas » comme relais, contournant les Arabes et les Turcs, fut un exercice majeur du XVe siècle. Ces exploits européens connurent la participation de navigateurs africains ou descendants d'Africains comme Estéban Gomez. La découverte et la colonisation de l'Amérique qui en ont résulté ont été l'entreprise la plus grandiose et la plus originale qu'un peuple d'Occident ait jamais menée outre-mer, celle aussi qui a laissé le plus durable héritage. La colonisation de la Nouvelle France, la fondation de l'Acadie, de Québec n'auraient pu se faire sans l'assistance infatigable du célèbre marin noir et polyglotte nommé Mathieu Dacosta.

  • Le passé d'Haïti est encore entouré d'obscurité à cause des contradictions sur l'origine de certains rebelles, sur la cérémonie de bois caïman et autres. Cet ouvrage se veut être une entreprise scientifique pour valoriser les origines et les rôles réels des Africains de la période esclavagiste à Saint-Domingue et définir l'origine du creuset de la culture haïtienne moderne.

empty