• Sara, Aurora et Mariana sont unies à travers les siècles par une chocolatière blanche d'une capacité de trois tasses et portant l'inscription « J'appartiens à Madame Adélaïde. » En trois actes, deux intermèdes et un final, la chocolatière et ses propriétaires nous entraînent - à rebours - dans l'histoire du chocolat et des bouleversements qu'il provoque, des extravagances des Temps modernes à sa grande vogue dans les cours royales, au XVIIIe siècle.
    XXe siècle. Sara est mariée à Max mais entretient depuis toujours une liaison avec Oriol. Car si Max incarne la stabilité d'une vie conjugale sans problème, Oriol, lui, est un aventurier charismatique, un amant fougueux et l'inventeur de trois chocolats étonnants qui ont fait sa renommée à travers le monde. Parfumés au piment, au gingembre et à la lavande, ils symbolisent leurs trois personnalités.
    XIXe siècle. En épousant Cándida, fille d'un fabriquant de machines, le chocolatier Antoni Sampons industrialise sa production. La part de rêve d'Antoni, par ailleurs assez ennuyeux, c'est l'opéra, dont il raffole, et sa jeune femme, Cándida. Mais cette écervelée, en quête de sensations plus fortes qu'un air de musique, s'enfuit avec un ténor napolitain.
    XVIIIe siècle. Le chocolatier Fernandes et sa femme Mariana ont inventé une machine à broyer les fèves de chocolat. Le roi de France et celui d'Angleterre envoient leurs sbires à Barcelone pour s'approprier la merveilleuse invention. La jolie Mariana, gardienne de la machine, devient la cible d'une série de complots, de trahisons et de coups bas. Heureusement, Beaumarchais, l'envoyé de la délégation française, et son jeune secrétaire, Victor Philibert, veillent au grain.

  • Violeta, la petite-fille du célèbre peintre Amadeo Lax, vient de quitter Chicago pour assister aux travaux de rénovation de la grande demeure familiale, quand un ouvrier découvre, derrière une fresque masquant un placard, le cadavre dissimulé d'une femme. Qui est-ce ? Qui l'a caché ?
    Violeta décide de remuer le passé trouble de ses illustres ancêtres, une des familles les plus prestigieuses de Barcelone qui, de leur palais moderniste du Paseo de Gracia, seront les témoins de la profonde transformation de la société à la fin du XIXème: révolution économique, politique et culturelle.
    À la fois roman policier et historique, ce récit ambitieux nous ramène dans les années 1930, âge d'or de Barcelone avant son déclin inexorable. Fascinés, nous suivons le quotidien mouvementé de l'élite de la ville Tous ont leur mot à dire, pour composer cette fresque : Conchita, la nourrice dévouée, doña Maria del Roser, aristocrate éclairée, ou Octavio Conde, l'ami d'Amadeo et le directeur des grands magasins El Siglo.
    Au cours de ses recherches, Violeta s'interroge sur sa propre histoire. Elle trouvera peut-être des réponses dans la région de Côme. Une Italienne l'y attend, avec des révélations à lui faire...

  • L'amour au-delà de la mort

    Care Santos

    • Seuil
    • 14 Octobre 2010

    Bel a tout pour être heureuse : un petit ami, Ismaël ; une meilleure amie, Amanda et des parents unis. Mais tout bascule. En rentrant chez elle un matin, tout lui semble inhabituel : sa chambre est bien rangée, son chien grogne après elle, sa mère est encore au lit... Bel ne reconnaît pas ses proches, devenus des étrangers. Elle n'a aucune idée de ce qui s'est passé mais veut tout mettre en oeuvre pour le découvrir. Au risque de perdre Ismaël, l'amour de sa vie, pour toujours...

  • Espagnol Deseo de Chocolate

    Care Santos

    • Booket
    • 21 Novembre 2020

    Tres mujeres, tres siglos y la misma chocolatera de exquisita porcelana blanca; Sara,propietaria de un apellido que en Barcelona es sinónimo de chocolate, se enorgullece de dar continuidad a la tradición heredada de sus padres.

  • Iris a trente-six ans et des idées noires plein la tête. Ses deux parents viennent de mourir dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d'un café auquel elle n'avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. A l'intérieur, il ne reste qu'une table libre, l'homme derrière le comptoir l'invite à s'y asseoir. Sans trop savoir pourquoi, Iris se laisse guider et fait bientôt une rencontre touchante, inoubliable, magique... Il s'appelle Luca, il est italien et, pendant six jours d'affilée, ils vont se retrouver dans cet endroit hors du temps, loin des soucis du quotidien. Petit à petit, Iris retrouve le sourire. Mais l'après-midi du septième jour, Luca ne réapparaît pas. Iris comprend qu'il ne reviendra plus mais, surtout, qu'il lui a ouvert une porte dont elle ne soupçonnait pas l'existence : celle du bonheur.

empty