Langue française

  • Lorsque la frégate La Couronne quitte Toulon pour Salonique, le 17 février 1876, le jeune officier de marine Julien Viaud (1850-1923), surnommé Loti depuis un voyage en Océanie en 1872, ne sait pas encore que ce voyage sera déterminant pour son avenir.
    Il est séduit par la Turquie au point d'en adopter les coutumes, d'en porter le costume et d'en apprendre la langue... Il se sentait l'" âme musulmane ". La culture intellectuelle l'intéressant peu - il affirmait lui-même qu'il ne lisait jamais -, c'est plutôt par la sensation. l'impression, le rêve ou l'imagination que Pierre Loti découvre Istanbul. guidé par Aziyadé - en réalité Hakidjé - qui inspirera son premier roman.
    Analysant le parcours de cet officier amoureux de l'Orient, Danièle Masse nous entraîne à sa suite et nous aide à percer les secrets d'Istanbul, la magnifique. Cette cité du désir. du fantasme et du mystère. nous est ici enfin révélée.


  • relier la méditerranée à la mer rouge et l'orient à l'occident était un rêve déjà caressé par les pharaons.
    le projet d'un canal, partiellement réalisé au cours des siècles, fut accompli dans sa totalité par un homme hors du commun : ferdinand de lesseps. diplomate de formation mais surtout entrepreneur génial et pugnace, il sut aller au bout de son rêve malgré les nombreux obstacles semés sur sa route. en effet, il se heurta non seulement aux difficultés naturelles d'une telle entreprise : creuser en plein désert un canal de cent cinquante kilomètres, mais également il affronta les oppositions anglaise et turque qui assimilaient ces grands travaux à une mainmise de la france sur l'egypte.
    il lui fallut quinze ans de lutte acharnée pour arriver à ses fins. danièle masse retrace l'épopée moderne d'un projet fou.

  • Ce livre raconte les exils nombreux et pénibles de 400 foyers du Péloponnèse qui, au XVIIe siècle, fuient la Grèce sous la domination ottomane et cherchent une terre d'asile pour sauvegarder leur culture, leur langue et leur rite orthodoxe menacés.

  • Espion (?) suisse-allemand, Johan-Ludwig Burckhardt (1784-1817) découvre l'Orient, engagé par la mythique African Association britannique pour explorer l'intérieur du continent africain et découvrir de nouvelles routes commerciales.
    Connaissant parfaitement la langue et la civilisation arabes, il s'habille en bédouin, parcourt le désert et fréquente les tribus nomades sous le nom de Sheikh Ibrahim. Il est le premier Européen à accomplir le pèlerinage à La Mecque et redécouvre des lieux oubliés, enfouis sous les sables depuis des siècles : Pétra, en Jordanie, et le magnifique temple d'Abou Simbel en Égypte. Par sa curiosité insatiable hors des modes orientalistes, Burckhardt est aussi notre contemporain : c'est l'un des rares voyageurs du XIXe siècle à poser un regard d'expert objectif sur le monde arabo-musulman.

empty