• Comment repérer une authentique vocation ? Comment y rester fidèle ? La riche expérience de l'auteur l'autorise à voir le centre de gravité de tout appel (à la vie religieuse ou conjugale) autour des questions d'idéal et d'idéalisation, et donc de dés-idéalisation. L'idéal est une réalité psychique qui peut être ambivalente, ce qui veut dire qu'elle recèle une énergie considérable qui peut honorer la vie ou se retourner contre elle.
    Les figures d'Abraham, de Samuel, Osée, Paul et d'autres nous aideront sur ce chemin subtil, à l'écoute de l'Esprit Saint. Nous nous glisserons aussi dans l'intimité entre Jésus enfant et la Vierge Marie qui nous montrera que le premier appel de tout enfant est celui de la vie et qu'il se conjugue en idéaux qui ne cessent de réclamer leur validation au tout long de la vie.
    Péché, culpabilité, pardon et miséricorde sur soi seront habilement dénoués pour se frayer un chemin de vie et de bonheur.

  • « Seigneur, tous mes désirs sont devant toi » : l'auteur du Psaume n'hésite pas à placer ces mots forts dans sa prière.
    Et pourtant, la récente révélation des abus sexuels le révèle tristement : l'Église catholique se montre le plus souvent sidérée, peureuse face à la question du désir, du sexe et du plaisir. Davantage, explique ici le prêtre et psychanalyste Jean-François Noel, elle se comporte à la manière d'un adolescent qui découvre avec effroi la réalité de la sexualité. Comment expliquer autrement sa réticence vis-à-vis des sciences humaines, sa manière de proposer des solutions supposées « spirituelles » à des crises qui relèvent d'un autre ordre, sa tendance même à se focaliser plus sur les pervers que d'avoir le souci des victimes ?
    Il est donc urgent pour l'Église de changer son regard sur le sexuel pour dépasser cet effet de peur et de sidération. Car si cette dimension est intégrée de manière positive, elle contribue à l'épanouissement de la personne. Comme l'écrit l'auteur en citant la Genèse : « "L'homme quittera son père et sa mère." Le sexuel génital est ce qui nous pousse à aller vers l'autre, à l'extérieur, sans quoi nous resterions bloqués dans une dépendance à notre famille qui, pour avoir été salutaire dans notre enfance, peut devenir mortelle. »

  • Colloque Approche chrétienne de la connaissance de soi le 11 mars à Paris au Forum 104.

  • Comment travailler à être soi ?
    On ne peut pas se trahir indéfiniment. Tôt ou tard, un faux pas, un sentiment de malaise ou le surgissement d'une angoisse vont réveiller des questions que l'on croyait résolues, des questions sur soi et sur la vie, qui vont s'imposer à la conscience au point de devenir incontournables. Ainsi commence l'amorce du retournement vers soi. Comme l'enfant prodigue qui, dans la parabole de l'Évangile s'apprête à revenir vers son père.
    Comment traverser ce moment de crise que beaucoup d'entre nous connaissent ? Avec sa double expérience de prêtre et de psychanalyste, J.-F. Noël propose des pistes en nous aidant à comprendre combien notre psychisme grandit par paliers. Le travail sur soi invite à ouvrir qu'il est possible le champ de la conscience, à mieux retourner à son intimité. S'arrêter de fur pour être plus présent à soi-même et aux autres. Être capable d'estime de soi et d'une vraie responsabilité.

  • Se changer, s'améliorer.
    Oui, mais commentoe sur quoi peut-on s'appuyeroe si ce n'est pas seulement une question de volonté, peut-on "croire" en l'inconscient ou faut-il s'en méfieroe l'expérience de submergement - pulsions, actes manqués. - que nous avons pu en faire nous inciterait plutôt à nous en écarter, ou du moins à essayer de le domestiquer. jean-françois noel n'est pas de cet avis. non, l'inconscient n'est pas "la part obscure" de nous-mêmes, et la difficulté ne tient pas au fait qu'il existe, mais plutôt à l'usage que nous en faisons, à la façon dont nous en tirons le meilleur profit.
    Et si cette interface joue avec le prochain, pourquoi cesserait-elle avec dieuoe devenu la part lumineuse de nous-mêmes, cet inconscient accueilli n'est-il pas ce que les anciens avaient désigné par le mot "âme"oe une ouverture spirituelle. et une autre manière de penser la relation de l'homme à dieu.

  • N'y aurait-il pas une secrète parenté justement entre notre écharde, nos blessures secrètes et ce que devrait être notre sainteté ? Comme ce que nous trouvons dans la vie de Mère Teresa par exemple qui supplie Dieu de lui redonner la lumière, ce qui n'entrave en rien - et même tout au contraire - la charité qu'elle déploie avec une aisance peu commune auprès des mourants de Calcutta. Ne dit-elle pas elle-même qu'elle n'avait aucun mérite vu le plaisir qu'elle trouvait à faire ce qu'elle faisait ? Une ligne nouvelle, qui va de l'écharde au plaisir, dessinerait alors un autre chemin d'accès à la sainteté, bousculant au passage nos pieux préjugés et nos évitements prudents. La sainteté ne tombe pas du ciel, elle naît de la réponse originale que l'homme invente en puisant dans ce qu'il est. Et pas seulement dans sa force, son courage, sa vertu, mais aussi, ce qui serait le plus incroyable, dans sa propre faiblesse. Loin d'être une sorte de récompense convenue d'une attitude vertueuse et stéréotypée, devient alors une réponse singulière, originale et inédite que cet homme ou cette femme va puiser au plus profond de son humanité, là même où, du fait de sa blessure, elle est plus que jamais humaine.

  • Conforme aux nouvelles orientations de l'enseignement des mathématiques en CAP, ce cahier traite en un seul volume le programme de mathématiques des classes de CAP tertiaires.
    Ces 45 leçons, correspondent globalement au nombre de séances réellement disponibles au cours des deux années de formation.
    Chaque leçon débute par une approche active de la notion étudiée, sous forme d'un questionnement à propos d'une situation concrète. Les résultats essentiels à retenir sont ensuite formulés dans un Mémo. Puis tous les problèmes qui peuvent se poser (dans les applications ou à l'examen) sont systématiquement traités, avec des réponses guidées. Quelques exercices d'application directe sont enfin proposés en recherche personnelle.

  • Le point aveugle

    Jean-François Noël

    • Cerf
    • 29 Novembre 2000

    Y a-t-il une psychanalyse chrétienne ? Cette question a-t-elle un sens ? Un croyant souffrant doit-il ou non s'assurer que son psychanalyste est lui-même croyant pour protéger sa foi ? Autrement dit, comment l'analyse intègre-t-elle ou modifie-t-elle une donnée religieuse ? Faire une analyse, c'est accepter de traverser le tragique de sa propre vie.
    En raison du dévoilement de la vérité que ce processus met en oeuvre, le patient voit se dégager devant lui la perspective d'un désir dont la nouvelle mesure est infinie. Ce désir avait été comblé par des objets qui, jusque-là, semblaient le satisfaire. Puis, le symptôme surgit, déstabilise, perturbe les petits arrangements que le patient s'était autorisés. Première ou dernière scène de son tragique ? Dans le huis clos théâtral qu'est la séance analytique, le patient-acteur reprend et parle toute son histoire.
    Comme à son insu, il se voit contraint de redéfinir ce qui donne sens à sa vie : sens religieux ? sens éthique ? Bref, tout ce qui échappe à l'analyse et que, paradoxe imprévisible, elle évoque et convoque... Pourtant, un point restera toujours aveugle pour lui, à l'instar d'Oedipe qui, les yeux crevés, poursuit son chemin. C'est peut-être en ce même point - tragique-aveugle - que l'homme reconnaît sous une lumière nouvelle que son histoire personnelle rejoint la détresse commune et ordinaire de toute l'humanité.

  • Faut-il éviter de parler de Dieu à son psychanalyste ? Dilemme du croyant qui entreprend une thérapie, mais également difficulté théorique et éthique du thérapeute que répondre à un patient qui parle de foi ?
    Le religieux, comme le psychique, le social, le moral, etc, ne serait-il pas une des dimensions qui fait que l'homme est homme ? Le religieux serait alors à comprendre comme une donnée de sa nature qui le pousse à reconnaître et désigner ce qui l'inquiète, le traverse et le transcende.
    Reste alors à définir la relation du psychique et de ce religieux, leur collaboration, voire leur concurrence.
    Et comment un travail thérapeutique peut réveiller ce religieux ou, au contraire, l'étouffer !
    Dans la Bible, Dieu ne s'offusque pas de se révéler au psychisme humain, quitte à être " imaginé ". Bien ou mal d'ailleurs.
    Le bigot, l'indigné, le superstitieux élaborent une petite image commode et sécurisante de Dieu, mais une image figée. Ils se refusent à une expérience qui dépasserait l'imaginaire et l'ouvrirait à un ailleurs : l'expérience symbolique.
    Ce que justement le bon larron, les pèlerins d'Emmaüs, l'enfant prodigue, le publicain et la Samaritaine vont être amenés à vivre... L'expérience symbolique, est-ce une autre manière de parler de guérison ?

  • Alors que la question de l'enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l'histoire de l'enseignement de la maternelle à l'université, de l'époque napoléonienne jusqu'à nos jours.
    Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d'activité enseignante.
    L'ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales.
    Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l'enseignement en France.

  • Au début du XXe siècle, à côté d'une ethnologie philosophique et sociologique et d'une anthropologie naturaliste et physique, se développe une ethnologie qui revendique l'observation d'un « concret » linguistique et technique, du matériel, de la technique, de leurs rapports avec le « social » et les « mentalités » des sociétés.
    Charles Parain (1883-1984), André-Georges Haudricourt (1911-1996) et André Leroi-Gourhan (1911-1986) ont été les représentants de cette manière d'analyser, d'observer et d'historiciser des sociétés qu'elles soient actuelles, lointaines, rurales, ou préhistoriques.
    Tous les trois ont cherché à penser la matérialité du phénomène technique comme caractéristique première et décisive de l'humanité et moteur de son histoire ; mais aussi comme point de nouage et dénouage du monde social, de la quotidienneté reconstruite jusqu'à la généralité des systèmes technologiques.

  • S'étant toujours réclamé comme quelqu'un de simple, sans bagage intellectuel, sans lettres, Saint François d'Assise fut pourtant l'un des plus grands serviteurs des pauvres, de ses frères et de l'Église. Cet ouvrage s'attache à étudier son ministère diaconal : la prédication, son attachement à l'Église, le service et l'eucharistie, pour tenter de saisir au plus près le sens de cette ordination et l'essence de sa diaconie. Premier ouvrage consacré au diaconat de François d'Assise, l'opus de François-Noël Deman révèle les fruits d'un travail rigoureux entamé voilà plus de vingt ans, solidement étayé, qui vient sonder l'âme du père de la famille franciscaine et appréhender son engagement divin.

  • Issues d'un colloque, ces contributions d'historiens témoignent de l'itinéraire, de la formation, du parcours intellectuel et de l'influence de R. Rémond, qui contribua au renouveau de l'histoire politique et religieuse française.

  • A la suite d'un colloque organisé sur ce thème en septembre 2007 à l'Institut catholique de Paris, ce livre propose un premier bilan sur la recherche consacrée aux écrits apocryphes chrétiens des premiers temps de l'Église.
    Littérature souvent méconnue, riche d'un imaginaire débordant et parfois fantaisiste, ces textes témoignent aussi de la réalité des différentes communautés chrétiennes anciennes. Mais que disent les apocryphes de cette diversité ? Comment les formes artistiques interviennent-elles dans la mise en valeur de ces récits ? Comment croiser les approches historiques, exégétiques, théologiques, littéraires ou iconographiques? Autant de questions abordées et débattues ici, qui invitent à leur manière à découvrir les textes eux-mêmes.

  • Des Droits des riverains des cours d'eau déclarés flottables, dans les départements de la Meurthe et des Vosges, par l'ordonnance du 10 juillet 1835, par M. Noël,...
    Date de l'édition originale : 1837 Appartient à l'ensemble documentaire : Lorr1 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Notice sur la vie et les ouvrages de feu M. J.-B. Le Chevalier... / par M. l'abbé Noël, son neveu Date de l'édition originale : 1840 Sujet de l'ouvrage : Le Chevalier, Jean-Baptiste (1752-1836) Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Ce jardin d'encre est un texte que Bernard Noël travaille quasiment quotidiennement depuis plusieurs années.
    Il indique lui-même que l'écriture de ce texte cessera avec sa mort ; il ne veut le voir fini.
    Comme souvent avec Bernard Noël, une collaboration avec un peintre : François Rouan, constitue une spécificité de la structure du livre. Le livre est alors composé de cinq séquences, dont les quatre dernières sont inédites, liées à des séries photographiques argentiques de François Rouan.

  • Cette seconde édition revue, corrigée et augmentée propose, en plus des parcours thématiques, des réseaux de concepts et des activités d'apprentissage. Ces deux grandes nouveautés renforcent la compréhension des concepts et des théories sociologiques et la faculté à porter un regard éclairé sur la société actuelle. Les activités pédagogiques peuvent être réalisées selon la planification de cours choisie par l'enseignant.
    Les contenus stimulants et accessibles de l'ouvrage valorisent l'apport de la sociologie dans l'appréhension des phénomènes humains. MonLab : Une plateforme d'exercices et d'évaluation en ligne qui donne accès à tout le matériel complémentaire. Multimédia : Une variété de ressources multimédias présentées dans un environnement convivial et intuitif. Pour l'enseignant et l'étudiant : Des réseaux de concepts animés et expliqués ; Des activités supplémentaires.
    Pour l'enseignant : Des évaluations supplémentaires ; Tous les corrigés des exercices du livre.

  • L'arche s'est écrasée sur une île mystérieuse perdue au milieu des astres.
    Zoé Zinzolin et ses deux frères Zan et Zef y découvrent un monde nimbé de brumes et peuplé d'une faune préhistorique, de trois-mâts en lévitation et de vieux pirates. remontant à l'enfance de l'histoire, Zoé pénètre dans le monde de ses propres rêves et se met à voler au dessus de ce monde perdu, celui de sa propre enfance.

empty