• Au coeur de l'enfance de l'auteure brille le sourire de Bongsun. Maltraitée et affamée, Bongsun s'est réfugiée chez eux il y a des années. Pour autant, elle n'occupe pas une place égale à celle des autres enfants de la famille, elle reste une subalterne, une petite bonne. Mais pour Jjang-a, c'est sa très chère grande soeur, qui dort dans sa chambre, la porte sur son dos partout où elle va. Surtout, elle est une porte ouverte sur un monde différent, comme si on franchissait une ligne interdite.
    Sincérité et émotion sont les deux forces traversant ce récit qui ne cache rien, n'enjolive rien. On est bien souvent bouleversé par la lucidité de ce regard d'enfant sur le monde des adultes et les injustices qui le déchirent. Et toujours rayonne la figure de Bongsun, généreuse et joyeuse, répondant aux malheurs par son fameux grand sourire.

  • Le roman de Gong Ji-young, c'est celui de sa douleur face à des faits qui se sont réellement déroulés en 2005 dans une institution pour enfants handicapés d'une petite ville de province coréenne.
    Un professeur nouvellement nommé dans l'école Ja-ae découvre rapidement les sévices et abus sexuels commis sur les enfants par des responsables, avec la complicité de membres de la police et des autorités locales. Ces enfants sont d'autant plus réduits au silence qu'ils sont atteints de surdité.
    Ce roman poignant a provoqué un séisme dans la société coréenne et un changement législatif : la loi Dogani, votée en octobre 2011, supprime le délai de prescription pour des agressions commis sur les enfants en dessous de treize ans et les femmes handicapées, et augmente les peines de prison.

  • Frère Jean se remémore l'année de ses vingt-huit ans, lorsqu'il vivait dans une abbaye bénédictine en Corée du Sud, décidé à consacrer son existence à Dieu. Mais il va connaître les vertiges et les tourments de l'amour humain, et tout va être bouleversé.
    «?J'ai voulu raconter l'histoire d'une âme pure qui cherchait des réponses aux questions fondamentales de l'errance, la mort, la douleur, la séparation, l'amour?», dit Gong Ji-young. Au coeur de son roman brille d'un éclat douloureux un épisode de la guerre fratricide qui déchira le nord et le sud du pays. En décembre?1950, le commandant d'un navire américain réussit à sauver des milliers de réfugiés, grâce à une échelle de corde qui leur permit de monter à bord depuis le fond des enfers.
    Cette histoire vraie que lui rapporte sa grand-mère, car elle fut l'un de ces réfugiés, sera pour frère Jean une clef pour se réconcilier avec lui-même, les hommes, et le ciel.

  • Nos jours heureux

    Ji-Young Gong

    Yujeong accompagne sa tante, une religieuse, à la maison d'arrêt de Séoul afin de rendre visite aux prisonniers. Elle y rencontre un condamné à mort et peu à peu ils se racontent avec sincérité leurs histoires.

empty