• Nos grand-mères, ménagères accomplies et très souvent excellentes cuisinières, avaient chacune "leurs recettes", "leurs secrets" pour fabriquer du vinaigre,assaisonner un pâté, conserver des haricots verts ou pour frire à la bonne température.
    Si quelques uns de ces conseils sont aujourd'hui un peu désuets et témoins d'une autre Epoque, la grande majorité d'entre eux nous sont encore très utiles pour cuisiner, apprêter les produits de la campagne ou du marché, réaliser des boissons apéritives ou des friandises pour le goûter des petits et des plus grands.
    La vie moderne nous fait souvent oublier ces astuces pleines de bon sens ou ces conseils tenant compte des saisons, du budget du foyer. Fort heureusement Amicie, l'arrière-grand-mère de l'auteur, avait tout noté sur ces carnets que Joëlle Grassin nous livre dans ce second tome. Un petit trésor pour la ménagère.

  • ces quelques pages vous invitent à une incursion dans le temps : nous nous trouvons dans la campagne en poitou dans la première moitié du xxe siècle.
    qui n'a dit ou répété : " quel dommage que ma grand-mère n'ait pas écrit les histoires qu'elle nous racontait enfant ou n'ait pas couché sur le papier la recette des caramels que j'aimais tant ! quand je toussais, elle me donnait à boire une tisane qui me soulageait instantanément, mais impossible de savoir ce qu'elle contenait. autant de souvenirs d'enfance mais aussi souvent autant d'interrogations ? " ces recettes de la vie de tous les jours dormaient dans de vieux cahiers oubliés.
    grâce à elles, nous retrouvons les préoccupations, les astuces, les économies réalisées par nos grand-mères qui savaient comment soigner un cheval atteint de colique, connaissaient les plantes qui guérissent, utilisaient des produits tout simples pour réparer une vieille assiette ou nettoyer une marmite en cuivre.

  • Ces quelques pages vous invitent à une incursion dans le temps ; nous nous trouvons à la campagne en poitou dans la première moitié du xxe siècle.
    Qui n'a dit ou répété : " quel dommage que ma grand-mère n'ait pas écrit les histoires qu'elle nous racontait enfant ou n'ait pas couché sur le papier la recette des caramels que j'aimais tant ! quand je toussais, elle me donnait à boire une tisane qui me soulageait ; instantanément, mais impossible de savoir ce qu'elle contenait. autant de souvenirs d'enfance mais aussi souvent autant d'interrogations ? " ces recettes de la vie de tous les jours dormaient dans de vieux cahiers oubliés.
    Grâce à elles nous retrouvons les préoccupations, les astuces, les économies réalisées par nos grands-mères qui savaient comment soigner un cheval atteint de colique, connaissaient les plantes qui guérissent, utilisaient des produits tout simples pour réparer une vieille assiette ou nettoyer une marmite en cuivre.

  • Loin des plats aseptisés et sans caractère - dans le Poitou, on dit " sans goût ni gouasse " -, la cuisine traditionnelle de nos campagnes réjouit ceux qui la préparent et enchante les papilles de ceux qui en profitent ! C'est une cuisine généreuse qui met en valeur le goût des ingrédients, tout en restant simple, économique, nourrissante et souvent festive ! C'est la cuisine de tous les jours et celle que l'on a envie de partager avec ses amis ! La cuisine de notre arrière-grand-mère poitevine suivait le rythme des saisons : les légumes frais du printemps, les herbes aromatiques de d'été, le gibier rapporté de la chasse en automne, les plats en sauce de l'hiver...
    Nous avons repris dans cet ouvrage toutes ces vieilles recettes, parfois oubliées, pour le plus grand bonheur de tous.

empty