• La bible d'amiens

    John Ruskin

    « Je voudrais donner au lecteur le désir et le moyen d'aller passer une journée à Amiens en une sorte de pèlerinage ruskinien. Ce n'était pas la peine de commencer par lui demander d'aller à Florence ou à Venise, quand Ruskin a écrit sur Amiens tout un livre.
    Sans doute le snobisme qui fait paraître raisonnable tout ce que Ruskin touche n'a pas encore atteint (pour les Français du moins) et par là préservé du ridicule, ces promenades esthétiques. Dites que vous allez à Bayreuth entendre un opéra de Wagner, à Amsterdam visiter une exposition, on regrettera de ne pouvoir vous accompagner. Mais, si vous avouez que vous allez voir, à la Pointe du Raz, une tempête, en Normandie, les pommiers en fleurs, à Amiens, une statue aimée de Ruskin, on ne pourra s'empêcher de sourire. Je n'en espère pas moins que vous irez à Amiens après m'avoir lu. » Marcel Proust Ce livre de Ruskin, consacré à Notre-Dame d'Amiens, a été publié en Angleterre en 1885 après un long voyage en 1880 pendant lequel l'auteur avait visité les cathédrales du nord de la France, Abbeville, Amiens, Beauvais, Chartres, Rouen, et puis à nouveau Amiens, où il passa la plus grande partie d'octobre. La Bible d'Amiens était destinée à être aux Sept Lampes de l'Architecture (1849) ce que Le repos de Saint-Marc (1884) était aux Pierre de Venise (1853).
    Il a été traduit, annoté et préface par Marcel Proust en 1904 (Mercure de France). La parution de ce volume faite suite à celle au mois de mai de Sésame et les Lys, dans la même collection, (PBR n°718).

  • En étudiant quelles sont les sept grandes lois régissant l'architecture (qu'il appelle sous un titre biblique " les sept lampes de l'architecture "), l'esthéticien anglais john ruskin entendait rénover l'architecture en lui dictant des règles rigoureuses, puisées notamment dans une conception de l'art subordonnant le beau à la nature.
    Parce que l'architecture est l'art qui peut le mieux rappeler la nature, il a ainsi voulu réserver dans chaque édifice, un coin du mur, un fragment des colonnes, oú l'architecte ne pouvait invoquer ni les lois mathématiques, ni les nécessités du bâtiment pour échapper à l'étude fidèle de la nature. de ce principe premier, il déduit que ces règles pratiques ne sont à chaque époque que l'expression passagère des lois éternelles qui gouvernent le monde moral, lois que doit respecter tout artiste, spécialement dans l'art de construire qui affecte le plus la vie de l'homme sous le rapport domestique, social, politique et religieux.

  • Les deux conférences de John Ruskin (1819-1900), réunies sous le titre Sésame et les Lys, ont été publiées en 1865.
    La préface Sur la lecture et la traduction de Proust ont été publiées en 1906.

  • John Ruskins insights into the need for individual artistic freedom, and his disdain for the mass-production art of the Victorian era, radically altered society's perception of creative design and remain powerfully relevant to our ideas of beauty today.

  • L'ouvrage dans lequel Ruskin explore les rapports entre la création artistique et la production industrielle, entre l'artiste et son matériau, et démontre le lien indissociable entre la formation des artisans, l'éducation esthétique du grand public et les chefs-d'oeuvre de l'art européen (première traduction française).

  • Traffic

    John Ruskin

    'You shall have thousands of gold pieces; - thousands of thousands - millions - mountains of gold: where will you keep them?' Two of Ruskin's most powerful essays: 'Traffic' and 'The Roots of Honour' Introducing Little Black Classics: 80 books for Penguin's 80th birthday. Little Black Classics celebrate the huge range and diversity of Penguin Classics, with books from around the world and across many centuries. They take us from a balloon ride over Victorian London to a garden of blossom in Japan, from Tierra del Fuego to 16th century California and the Russian steppe. Here are stories lyrical and savage; poems epic and intimate; essays satirical and inspirational; and ideas that have shaped the lives of millions. John Ruskin (1819-1900). Ruskin's Unto This Last and Other Writings is available in Penguin Classics.

  • Le critique John Ruskin a bousculé les idées de la société anglaise victorienne sur l'art et l'architecture. Il fut notamment le premier à soutenir que les oeuvres artistiques et architecturales devaient être préservées pour leurs liens mystiques et profonds au passé, et il défendit avant tous ses congénères l'importance du design créatif, non pour des raisons de gain financier mais favoriser la transmission de vérités essentielles. Le court traité où John Ruskin défend ces idées, Les Sept Lampes de l'Architecture, est ici édité en anglais dans un petit livre objet.

  • Le repos de Saint-Marc : histoire de Venise pour les rares voyageurs qui se soucient encore de ses monuments / Ruskin ; traduit de l'anglais, par K. Johnston Date de l'édition originale : 1908 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Longtemps épuisé après sa première publication en 1853, ce texte représente le plus fascinant des réflexions de Ruskin sur le chef-d'oeuvre de Giotto, une oeuvre qui, selon Ruskin, a changé le cours de l'histoire de l'art en 1303. A l'origine accompagnée d'une série de gravures sur bois en noir et blanc des panneaux de la célèbre chapelle, cette nouvelle édition présente chaque panneau en photographie en couleurs, ajoutant une aide visuelle utile aux descriptions lyriques de Ruskin.

  • En 1860, quand les quatre essais d'Unto this last paraissent en Angleterre, ils soulèvent un flot de critiques outrées. John Ruskin a eu l'audace de rejeter toutes les assertions de l'économie politique, autoproclamée «science de devenir riche». On ne pourfend pas impunément les économistes à la mode, John Stuart Mill, Adam Smith, David Ricardo et autre Malthus. La violente opprobre médiatique a contraint l'auteur des Pierres de Venise à suspendre provisoirement ses écrits d'économie. Mais John Ruskin a toujours considéré Unto this last comme son oeuvre capitale.
    Cet ouvrage questionne les fondements mêmes de l'économie : la définition de la richesse, de la valeur, la nature du travail, de l'échange, du prix, de la production et de la consommation. Toutes les certitudes de l'évangile mercantile en sortent ébranlés.?Dans une Angleterre victorienne en pleine célébration de sa puissance coloniale, militaire, industrielle et commerciale, John Ruskin pointe l'absurdité de la course à la production et attaque la puissance de l'argent. Contre un capitalisme prédateur, fondé sur l'exploitation et l'inégalité, Unto this last oppose une organisation sociale conviviale, basée sur la coopération, le partage, la justice.

    « L'esprit des économistes est focalisé en permanence sur l'alimentation des comptes en banque, plutôt que sur l'alimentation des bouches ; et ils tombent dans toutes sortes de filets et de pièges, éblouis qu'ils sont par l'éclat des pièces de monnaie, comme les volatiles par le miroir de l'oiseleur ; ou plutôt (car ils n'ont guère en commun avec les oiseaux) comme des enfants essayant de sauter sur la tête de leur propre ombre : le gain d'argent n'étant que l'ombre du véritable bénéfice, qui est l'humanité. » « Rien dans l'histoire n'a été aussi dégradant pour l'intellect humain que notre acceptation en tant que science des doctrines courantes de l'économie politique. » « La véritable science de l'économie politique - qui doit encore être distinguée de sa science bâtarde, comme la médecine de la sorcellerie, et l'astronomie de l'astrologie - est celle qui enseigne aux nations à désirer et travailler pour les choses qui conduisent à la vie, et à mépriser et détruire les choses qui amènent à la destruction.?» Unto this last n'a été publié qu'en 1902 en France. C'est une nouvelle traduction que nous proposons. Alors que le dogme des économistes révèle l'étendue de son désastre dans la «crise» omniprésente que nous vivons, il nous a paru important de diffuser ce livre, qui a inspiré d'illustres penseurs anticapitalistes comme Gandhi, William Morris ou Nicholas Georgescu-Roegen.

  • En 1856-1857, Ruskin décide de consentir à sa manière aux demandes de ses élèves, et il écrit les Éléments du dessin . Depuis lors des étudiants innombrables, amateurs et artistes de réputation ont lu ce manuel avec une égale admiration, et si l'auteur proclame avoir transmis la méthode de Leonardo de Vinci, Monet ou d'autres, il n'hésita pas à aÁ rmer que les neuf dixièmes de l'échafaudage théorique de l'impressionnisme étaient contenus dans ses pages. Ces pages, qui se présentent sous forme de lettres à un étudiant, prennent l'allure d'« exercices préliminaires » qui, sans négliger les aspects les plus pratiques - quel type de matériel à dessin acheter, comment étendre les grisé parfaitement et de manière uniforme -, donnent les moyens pour pouvoir a. ronter le « dessin » en vrai. Illustré d'une cinquantaine de croquis.

  • Les lys du jardin de la reine / par John Ruskin http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5523422n

  • Au mois de septembre 1845, un jeune homme de vingt-six ans arrivait à venise, portant un carton à dessins sous le bras.
    Il disparaissait dans l'ombre de saint-marc pendant de longues heures. sa silhouette d'extasié batailleur s'attachait à tous les piliers du palais ducal, comme un pic-vert à un tronc d'arbre. c'était ruskin, pour cet anglican austère et moraliste, venise fut une révélation. dans les pierres de venise, son texte le plus célèbre, qui a enchanté proust, il décrit les principaux monuments de venise. promenade splendide dans la cité des doges, les pierres de venise n'est pas seulement un traité d'esthétique passionné, il est plus encore : le merveilleux guide d'une ville.

  • La Vallée merveilleuse appartenait tout entière à trois frères : Schwartz, Hans et Gluck. Le petit Gluck était bon, on ne peut plus différent de ses deux cruels aînés. Un soir d'orage, il ouvrit la porte à un étrange visiteur tout trempé cherchant refuge. C'est par cette rencontre insolite que le destin de la vallée bascula.

empty