• La protectrice

    Keko

    Maître du récit fantastique, Keko s'attaque au Tour d'écrou (The Turn of the Screw, 1898), d'Henry James, peut-être l'histoire de fantômes la plus célèbre qui soit. Mais, contrairement à Guido Crepax qui en avait signé une adaptation, Keko n'adapte pas le roman : il en donne une suite !
    Souvenons-nous. Dans une vaste propriété de famille située dans la campagne anglaise, deux jeunes orphelins, Miles et Flora, sont placés sous la responsabilité d'une gouvernante, Miss Jessel. A la mort de celle-ci, une autre femme reprend ses fonctions, mais elle doit lutter contre les spectres de Miss Jessel et de son ancien amant, le valet Peter Quint. Le roman se terminait en laissant un certain nombre de questio ns ouvertes, dont s'est emparé avec délectation Keko,un dessinateur dont le thème principal a toujours été la folie.
    Une stupéfiante technique de hachurage associée à un usage savant des jeux de trames permet à Keko de jouer des niveaux de réalité, " comme autant de rideaux qu'il roule et déroule au gré de ses besoins ".

  • Plein les yeux

    Keko


    un homme se retrouve au commissariat de police pour un interrogatoire.
    un de ses collègues a été retrouvé mort dans des circonstances mystérieuses. lui-même a perdu son travail et connaît des difficultés d'argent. pourra-t-il reconstituer son emploi du temps et débrouiller des souvenirs que l'alcool rend confus ? ce polar à la trame simple et au traitement déroutant est signé par l'un des maîtres de la bande dessinée ibérique (l'album a reçu le prix de la meilleure oeuvre espagnole au salon de barcelone en 2003).
    keko recycle ou détourne toute l'imagerie populaire des années 50, plongeant le lecteur dans un bain visuel psychédélique et envoûtant.

  • Adrián Cuadrado est conseiller en communication du Parti Démocratique Populaire, force dominante de l'échiquier politique espagnol vouée à la corruption, aux magouilles financières, aux coups tordus, à la manipulation des consciences et des suffrages. Roi du storytelling, Adrián est l'un de ces spin doctors chargés de produire la lumière qui illuminera le meilleur profil d'un candidat, en fera un produit désirable pour les électeurs. Menteur par vocation, par profession et par nécessité conjugale, il est l'heureux détenteur d'une double vie, entre son épouse et ses deux enfants à Vitoria, et sa maîtresse torride à Madrid. Pour l'heure, sa mission est de faire entrer dans le grand bain national le jeune élu local Javier Morodo, dont l'homosexualité assumée offrira un gaywashing au Parti, trop longtemps accusé d'homophobie. Tâche élémentaire pour Adrián, que vient compliquer la découverte inopinée de trois têtes coupées de conseillers municipaux artistement conservées dans des bonbonnes en cristal. Qui est derrière ces meurtres baroques ? Quel lien les rattache à une opération autour des palais en ruine qui constellent la cité basque ? Soudain, la vie d'Adrián l'imposteur se détraque, menaçant de faire mentir sa devise, selon laquelle « le menteur est un dieu dont le verbe crée des mondes ».

    Avec ce tome ultime, la très sombre « Trilogie du Moi » acquiert sa dimension finale. Celle d'une ode lovecraftienne à la ville où l'auteur vit depuis des décennies, où tous les fils se nouent, toutes les trajectoires se recoupent, tous les conflits se terminent (mal le plus souvent) pour tracer le portrait d'une Vitoria noire, gothique, mythique. Celle aussi, majestueuse, d'une cathédrale de papier dédiée à nos modernités perturbées.

  • Moi, fou

    ,

    Après Moi, assassin, Grand Prix de la Critique ACBD 2015, le duo Altarriba-Keko poursuit sa « Trilogie du Moi » avec Moi, fou. Où le premier livre s'intéressait à l'imposture morale et artistique, celui-ci se penche sur l'imposture scientifique.

    Angel Molinos, docteur en psychologie et écrivain, basé à Vitoria comme le héros de Moi, assassin, travaille pour l'Observatoire des Troubles Mentaux (OTRAMENT), un centre de recherche affilié aux Laboratoires Pfizing de Houston, qui suit l'évolution des maladies mentales et teste de nouvelles molécules sur des patients affectés de symptomatologie atypique. La mission d'Angel est d'identifier de nouveaux profils « pathologisables » afin de créer des maladies inédites et d'aider Pfizing à élargir sa gamme de produits. Un jeu d'enfant pour un psychologue aux velléités littéraires. Il travaille actuellement sur le « syndrome de Thersite » (l'effroi de sa propre laideur) et le « syndrome de la Marâtre » définissant ceux qui se pensent les plus beaux.
    Récemment, les nuits d'Angel sont hantées de cauchemars terrifiants, qu'il consigne dans son « cahier de rêves » dans l'espoir de découvrir leur signification. Un message de son frère lui annonçant l'expulsion de leurs parents de la maison familiale aggrave les choses. Angel doit retourner dans son village natal, que des soupçons d'homosexualité l'ont obligé à quitter à l'âge 16 ans, trente-huit ans plus tôt. Il retrouve son père Alzheimer et renoue avec l'homme qui l'a initié à l'homoérotisme, devenu curé de la paroisse.
    Angel comprend que son métier est lié à ce trauma de jeunesse. Il crée des catégories d'« anormalité mentale » pour se venger de l'étiquette homosexuelle qui a bouleversé sa vie. Revenu à Vitoria, il décide de rallier la cause de son collègue Narciso Fuencisla, qui veut dénoncer les pratiques d'OTRAMENT. Mais Narciso a disparu sans laisser de trace.
    La main coupée dans un gant de cuir noir qu'Angel trouve devant sa porte n'arrange pas son état. Ses employeurs auraient-ils décidé de se débarrasser de lui ? L'inventeur de fausses folies serait-il en train de devenir fou lui-même ?
    Cette histoire de multinationales découpant nos vies et nos psychés pour optimiser leurs profits pourrait se dérouler n'importe où, mais ses tonalités politiques ajoutent un volet au portrait sans concession de son Espagne contemporaine qu'Altarriba trace de livre en livre. Et la mystérieuse ville basque de Vitoria, au centre de sa « Trilogie du Moi », devient pour lui ce que Dublin fut pour Joyce ou Providence pour Lovecraft, le lieu mythique d'où sourdent toutes les peurs, tous les fantasmes, toutes les hantises qui habitent ses héros.

  • Enrique Rodriguez Ramirez est professeur d'Histoire de l'Art à l'université du Pays Basque (où Altarriba a enseigné la littérature française). A S3 ans, il est à l'apogée de sa carrière.
    Sur le point de devenir le chef de son champ de recherches, en proie aux rivalités académiques, il dirige un groupe d'étude intitulé: "Chair souffrante, la représentation du supplice dans la peinture occidentale." Bruegel, Grünewald, Goya, Rops, Dix, Grosz, Ensor, Munch, Bacon sont ses compagnons de rêverie et la matière de son travail.
    Mais sa vraie passion, dans laquelle il s'investit à plein, est plus radicale : l'assassinat considéré comme un des Beaux-Arts. Enrique profite des congrès, concours, jurys, pour commettre des meurtres sans mobile, sans autre visée qu'esthétique. Chacun constitue une performance, inspirée d'une technique picturale particulière. Ils jalonnent une impeccable carrière d'artiste-assassin jamais inquiété par les autorités. Or, voici que cet homme au dessus de tout soupçon se trouve impliqué dans le meurtre d'un de ses principaux rivaux, inspiré d'un des Caprichos , la suite de gravures de Goya. Meurtre qu'il n'a bien sûr pas commis. Une partie difficile s'engage pour le serial-killer, dont l'imposant cursus de 34 morts doit impérativement être protégé des curiosités de la loi...

empty