La Lauze

  • Dessins mal élevés

    Marc Large

    • La lauze
    • 10 Juillet 2010

    « Régalez-vous avec Large. Lisez-le et relisez-le, à l'endroit, à l'envers, au lit, aux chiottes, en faisant le poirier ou les pieds au mur, le grand écart. en long et surtout en Large. » Siné « J'ai toujours eu une admiration sans borne teintée d'un peu de jalousie pour les dessinateurs humoristiques, surtout certains, ils arrivent en quelques traits et quelques bulles à décrypter le tordu et l'incompréhensible, Marc Large en fait partie.» Christophe Alévêque « Ce jeune (faut le dire vite !) peigne-cul a le sens du raccourci qui tue et de l'image qui fait sens, comme on dit chez les Va-de-la-gueule du Boulevard Saint-Germain. Il est surtout doté de la seule vraie grande qualité dont doit s'enorgueillir un dessinateur de presse indigne de ce nom (j'espère pour lui) : une totale et irrémissible mauvaise foi ! Bref, ce petit merdeux est un tout bon.» Didier Porte « Sa frappadingue gentillesse peut se transmuter en cinq sec en magnifique méchanceté, l'adorable Marco ayant tout du « mauvais camarade » contre lequel on nous prévenait au catéchisme : le vilain petit canard rigoleur versé dans l'art d'entraîner ses poteaux dans les pires péchés. Eh oui, s'il sait se fendre en 36 pour câliner ses bien-aimés, le pendard sait tout aussi bien fendre les crânes des puissants du jour et des salopards de toute farine avec ses magicolors.» Noël Godin « Marc, s'il te plaît, continue de regarder le monde comme s'il ressemblait à la peau bronzée des filles allongées sur la plage. »

  • Renaud comme un Gavroche dessiné sur la peau...
    Paris. Les rues pavées de ses débuts, les cafés et les potes. Ses compagnons d'inspiration, ses amis d'aventures.
    Sous les pavés, la plage, vient le temps des premières révoltes, puis les heures pleines d'engagement d'un artiste fidèle et sincère. Coeur tendre, armé de mots, combattant au sens large. Enfin, « ancien môme » plus qu'adulte. Des regrets en couleurs surgissent parfois de sa trousse à stylos. Parfums éteints de l'enfance, saveurs acidulées et papiers de bonbons plein les poches.
    Renaud des Gavroches n'est pas une biographie solennelle dépouillée d'affectif. Les auteurs y glissent paroles, poésies et dessins. Des parenthèses complices sous forme de clins d'oeil qui sont autant de pièces pour partager et flâner dans l'univers du chanteur.

  • « Merci Large et Liebig !Des petits dessins valent mieux que des longs discours de merde » Not' président Salengro

empty