Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • Le coup de crayon de 2020

    Marc Large

    L'histoire est contemporaine et se déroule dans la ville de Londres et sa grande banlieue, où les deux personnages principaux vivent, travaillent, et entrent en collision comme les électrons libres lancés à pleine vitesse.Lors d'une fête d'anciens élèves du lycée Old Quay, Andrew Wells, enquêteur de la Criminelle à Londres, croise le docteur Milton Montgomery, un psychiatre récemment embauché par son chef.
    Dès le premier regard remontent à la surface des souvenirs au goût de peur, de sang... et une attirance irrépressible qui l'avait brisé.

  • Dessins mal élevés

    Marc Large

    • La lauze
    • 10 Juillet 2010

    « Régalez-vous avec Large. Lisez-le et relisez-le, à l'endroit, à l'envers, au lit, aux chiottes, en faisant le poirier ou les pieds au mur, le grand écart. en long et surtout en Large. » Siné « J'ai toujours eu une admiration sans borne teintée d'un peu de jalousie pour les dessinateurs humoristiques, surtout certains, ils arrivent en quelques traits et quelques bulles à décrypter le tordu et l'incompréhensible, Marc Large en fait partie.» Christophe Alévêque « Ce jeune (faut le dire vite !) peigne-cul a le sens du raccourci qui tue et de l'image qui fait sens, comme on dit chez les Va-de-la-gueule du Boulevard Saint-Germain. Il est surtout doté de la seule vraie grande qualité dont doit s'enorgueillir un dessinateur de presse indigne de ce nom (j'espère pour lui) : une totale et irrémissible mauvaise foi ! Bref, ce petit merdeux est un tout bon.» Didier Porte « Sa frappadingue gentillesse peut se transmuter en cinq sec en magnifique méchanceté, l'adorable Marco ayant tout du « mauvais camarade » contre lequel on nous prévenait au catéchisme : le vilain petit canard rigoleur versé dans l'art d'entraîner ses poteaux dans les pires péchés. Eh oui, s'il sait se fendre en 36 pour câliner ses bien-aimés, le pendard sait tout aussi bien fendre les crânes des puissants du jour et des salopards de toute farine avec ses magicolors.» Noël Godin « Marc, s'il te plaît, continue de regarder le monde comme s'il ressemblait à la peau bronzée des filles allongées sur la plage. »

  • Nous, on avait voté pour un président pépère.
    Double menton, petit bidon, sourire niais.
    C'est vrai, on en avait marre de Rolexman.
    Celui-ci se disait normal, on voulait du normal.
    Et puis rien ne s'est passé comme prévu.
    Des courbes qui restent droites, des chômeurs qui chôment, des pauvres plus pauvres, du fric qui s'évade. Et puis du sang, de la mort qui pue la mort et des kalachnikov au lieu des roses.
    Marc Large et Guillaume Meurice ont eu peur comme nous, ont chialé comme nous, ont hurlé comme nous mais eux sont capables de gueuler plus fort qu'ils ne pleurent et rigoler pour continuer à vivre fort.

    Moi, cette méthode me va bien et de la première case à la dernière de leur album, j'ai voyagé, voyagé sans oublier.

    On ne se laissera plus bercer d'illusions normales.

    Etienne Liebig

  • « Merci Large et Liebig !Des petits dessins valent mieux que des longs discours de merde » Not' président Salengro

empty