• Comme tous les garçons de son âge, Tom Sawyer adore manquer l'école. Il préfère jouer aux pirates sur le Mississippi et faire les quatre cents coups avec son ami Huckleberry, le petit vagabond... Une nuit, lors d'une expédition dans le cimetière du village, Tom et Huck assistent à un crime abominable. Dès lors, ils n'ont plus qu'une idée en tête: retrouver l'assassin et s'emparer de son trésor. Un héros irrésistible, un chef-d'oeuvre du roman d'aventures.

  • La saga de Jeanne d'Arc

    Mark Twain

    Guerre de Cent Ans. Dans le petit village lorrain de Domrémy, une jeune enfant rêveuse et mystique prend les armes pour sauver la France. Elle s'appelle Jeanne, elle poursuivra sa destinée coûte que coûte. L'un de ses amis d'enfance et futur compagnon d'armes, Louis de Conte, prend la plume pour raconter son épopée. La légende de la Pucelle d'Orléans naît.
    Mark Twain rend un hommage vibrant et magique à cette héroïne, dont la courte vie fait se côtoyer le romanesque le plus puissant à un bouleversant courage.

  • «Cette maudite race humaine» regroupe cinq textes d'un recueil de courts essais de Mark Twain, écrits à la fin de sa vie, publiés de manière posthume en anglais et encore jamais traduits en français. Tendre satire sur « le complexe de supériorité » de l'homme, cette volée de flèches désopilante sur la tendance anthropo-centrée de l'homme, révèle - s'il en était encore besoin - la causticité irrévérencieuse de cet auteur culte. Avec une préface de Nancy Huston.

  • Pour échapper à un père toujours plus violent, Huckleberry Finn décide de disparaître. Se faisant passer pour mort, le jeune garçon croise la route du vieux Jim, un esclave évadé. Ensemble, les fugitifs vont descendre le Mississipi en radeau, affronter les bandits et un duo de redoutables escrocs. Mais un danger plus grand les menace : une prime est offerte pour la capture de Jim...

  • Huck Finn, le camarade vagabond de Tom Sawyer, est retenu prisonnier par son père ivrogne dans une cabane au fond des bois. Il s'échappe, se réfugie sur l'île Jackson, où il retrouve Jim, l'esclave en fuite de miss Watson. Avides d'aventures et de liberté, tous deux commencent à descendre le Mississippi sur un radeau. Mais à chaque étape du voyage, toutes sortes d'événements surviennent qui obligeront Huck à prendre de graves décisions.
    Sa découverte, en Jim, d'un être humain semblable à lui marque une date dans l'éveil de la conscience antiraciste américaine.

  • Le Far West comme si vous y étiez, par le maître de Faulkner, Hemingway, Dos Passos, Henry Miller, Steinbeck... Mark Twain nous conte ses aventures burlesques et tumultueuses lors de la ruée vers l'or, au cours desquelles il affrontera les Mormons, les Indiens, les coyotes, les tempêtes, les inondations, la neige, tâtera de la rude vie des pionniers dans les mines, connaîtra la griserie des grandes spéculations sur les concessions aurifères, et sera même millionnaire (potentiel) pendant dix jours !

  • L'oeuvre de Mark Twain (1835-1910) est considérable. À une anthologie rendant compte de sa diversité, on a préféré le remembrement, en quatre ouvrages, d'un territoire de l'imagination de l'auteur : son petit carré de terre natale, d'où il a tiré un monde d'histoires qui n'ont pas cessé d'enchanter, et des images d'une Amérique que nul n'avait montrée avant lui, une Amérique des lisières, celle de l'Ouest à demi-sauvage, qui se confondait presque entièrement avec celle du vieux Sud esclavagiste. Sont réunis ici quatre textes dans lesquels s'exprime l'inspiration mississippienne de l'écrivain : trois romans et un long récit, La Vie sur le Mississippi. Trois de ces oeuvres, Tom Sawyer, Huckleberry Finn et le récit consacré au Père des eaux, sont accompagnées de l'intégralité des illustrations qui figuraient dans les publications originales.
    Les origines de Twain lui donnent accès, en plein coeur de cet immense chantier politique, économique et culturel qu'est le XIXe siècle aux États-Unis, à un carrefour d'états et de conditions de la vie américaine, auxquels ses propres complexités intérieures sauront faire écho. Des aventures sensationnelles de Tom Sawyer dans un village digne d'un conte de fées, aux terreurs de l'esclavage qui entraînent une métisse et son fils dans une folie de destruction mutuelle (c'est la tragédie contée dans David Wilson), en passant par les splendeurs et le déclin de la batellerie du Mississippi, Twain aura fait le tour du propriétaire, haussant un monde d'expériences personnelles au rang de patrimoine national. Encore fallait-il qu'à un moment de sa vie et de son activité littéraire, il ressentît l'appel de son enfance perdue. Huckleberry Finn, son chef-d'oeuvre, donne la clef de ce retour amont en quatre temps vers la minuscule capitale de sa mémoire, où il met au jour quelques-unes des fondations de la société américaine. Le microcosme mississippien est le refuge des escrocs et imposteurs de tout poil ; le Sud esclavagiste, une mascarade tragique où ni le maître ni l'esclave ne sont ce qu'ils paraissent. L'identité, qu'est-ce précisément? une fiction? Qui est encore libre au pays de la déclaration d'Indépendance? C'est, au fond, la question qui hante Huckleberry Finn, roman écrit dans une langue neuve, inouïe - l'américain -, à laquelle l'éblouissante traduction de Philippe Jaworski rend pleinement justice.

  • Au cours d'une rixe, Hank Morgan, jeune et audacieux Américain originaire du Connecticut, reçoit un mauvais coup sur la tête. Alors qu'il reprend ses esprits, il découvre qu'il a atterri quelque mille trois cents années en arrière, à la cour du roi Arthur. Dès lors, quelle peut être la réaction de ce jeune homme impétueux, produit d'une époque qui met en avant le progrès technique et qui a foi en l'avenir, face à un Merlin l'Enchanteur « magicien de pacotille » ?
    Pétri de ses convictions modernes, Hank Morgan entreprend alors de faire de cette Grande- Bretagne pleine de légendes et de religion une terre de laïcité où il souhaite développer des industries. A la limite de l'uchronie et du steampunk, ce livre est une merveille d'humour qui en dit long sur les antagonismes entre conservatisme et progrès. Il a été adapté au cinéma par Tay Garnett en 1949.

  • « Quiconque a vécu assez longtemps pour découvrir ce que vivre veut dire sait pertinemment la dette de gratitude que nous avons envers Adam, le premier grand bienfaiteur de notre race. Il a apporté la mort au monde. » (Journal de Wilson Tête d'uf ) Si Twain, avec Wilson tête d'oeuf reprend les thèmes de l'échange - présent dans Le Prince et le pauvre - et de l'esclavagisme, au coeur de Hucklebbry Finn, il le fait à l'aune d'un nihilisme radical. L'échange qui s'accomplit ici entre un bébé « noir » et le fils de son maître ne conduit à aucun apprentissage. Sous couvert d'une farce, Twain nous parle d'un cauchemar : il pointe l'impossibilité pour tout Américain, quelle que soit sa couleur de peau, de sortir d'une culture obsédée par la race et d'esclavagisme.

  • Avec des notes et un carnet de lecture

  • L'insolence de Mark Twain (1835-1910) c'est celle de la jeunesse. Jeunesse d'une nation, jeunesse d'une langue qu'il aide à forger, jeunesse d'une culture qui conquiert son indépendance. Ce recueil, composé des textes « Comment raconter une histoire drôle », « Le moment crucial de ma vie », les « Journaux d'Adam » et « d'Ève », témoigne de l'expérience d'écriture de Twain avec toute son intelligence et son humour si caractéristique. L'auteur y dépeint ce monde de l'enfance où la langue s'invente et où Twain devient Twain. Ces textes courts, d'un humour mordant, forment une introduction originale à l'oeuvre de Mark Twain et tracent le portrait d'une Amérique en train de naître où tout est encore possible.

    Avec des extraits du "Journal d'Adam" et du "Journal d'Ève".
    />

  • Je crois que je commence à comprendre à quoi sert la semaine : à donner le temps nécessaire pour récupérer des grandes fatigues du dimanche. L'idée n'est pas mauvaise. Il a fallu qu'Ève grimpe à nouveau à cet arbre. Je l'en ai fait redescendre vite fait en lui balançant des mottes de terre. Elle a dit que personne ne l'avait vue. Apparemment, ça lui suffit comme justification pour courir tous les risques, même quand il y a danger. C'est ce que je lui ai dit. Le mot justification l'a remplie d'admiration - et l'a rendue aussi un peu envieuse, je pense. C'est un bon mot.

  • Anglais Tom Sawyer

    Mark Twain

    Envie de lire en anglais les plus grands classiques de la littérature ? Avec Harrap's, c'est facile, grâce à : un texte adapté et revu par des enseignants, de belles illustrations, pour suivre l'histoire, un lexique anglais-français en fin d'ouvrage, pour aider à bien comprendre le texte. Pour aller plus loin En suivant sur le livre, écoute la version audio et savoure toute la musicalité de l'anglais.
    Ecoute et répète chaque mot du lexique pour perfectionner ton accent et mémoriser le vocabulaire. A télécharger sur les éditions Larousse. Et pour les enseignants : une fiche pédagogique photocopiable destinée aux élèves, avec de nombreuses activités ludiques liées à l'histoire. A télécharger sur l'espace enseignant des éditions Larousse.

  • Si les hommes étaient réellement des hommes, comment un Tsar serait-il concevable ? Et comment serait-il concevable que la possibilité existe de celui que je suis ? Sauf que nous sommes effectivement concevables ; et même nous ne craignons rien ; et avec l'aide de Dieu, nous continuerons nos petites affaires depuis notre vieil étal. Et l'on s'apercevra que la race nous supportera, de cette même manière docile qui remonte à des temps immémoriaux. «De temps à autre, elle fera la grimace et parlera haut et fort, en dépit de quoi, elle continuera à rester à genoux.» Le Soliloque du roi Léopold, publié en 1905, est un pamphlet contre les exactions du régime colonial de Léopold II au Congo. Ce roi européen serait responsable de la mort de 10 millions de Congolais, soit 50 % de la population du pays. Avec ce soliloque satirique, Mark Twain imagine la réponse du monarque aux crimes dénoncés par la presse. Le souverain, cupide et sanguinaire, souligne notamment l'hypocrisie de la communauté internationale qui lui avait fait don de cette partie du Congo. Ce texte eut une véritable incidence sur l'opinion publique, laquelle forca Léopold II à céder le Congo à la Belgique, après en avoir été l'unique propriétaire durant 24 ans.

    Ce roman est accompagné de gravures de Sarah d'Haeyer.

  • "Le privilège de la tombe. Son occupant possède un privilège que n'exerce aucune personne vivante : la liberté de parole. Non pas que l'homme vivant en soit dépourvu, mais dans la mesure où il le possède qu'à titre formel et qu'il estime avoir mieux à faire que de s'en servir, il ne paraît pas sérieux de considérer qu'il est réellement en sa possession. En tant que privilège actif, il peut être rangé à côté de celui de commettre un meurtre : nous pouvons l'exercer si nous acceptons d'en assumer les conséquences." (Mark Twain) Plus d'un siècle après sa disparition, Mark Twain (1835-1910) n'a rien perdu de sa vivacité et de sa tonicité. Lire ce satiriste hors pair constitue un exercice intellectuel salutaire.

  • "Quand j'étais enfant, mes camarades et moi n'avions, dans notre village de la rive ouest du Mississippi, qu'un rêve proprement inaltérable : être marinier sur un bateau à vapeur. " Un rêve qui devient réalité pour le jeune Samuel Clemens lorsque Mr. Bixby, pilote chevronné, le prend sous son aile et lui confie : " Il n'existe qu'une manière de devenir pilote, c'est d'apprendre le fleuve tout entier par coeur.
    Tu dois le connaître comme ton alphabet".
    Un récit initiatique enchanteur et plein d'humour, par l'auteur des Aventures de Tom Sawyer.

  • L'art de mentir

    Mark Twain

    • L'herne
    • 9 Avril 2012

    Le mensonge est universel.
    Nous mentons tous. Nous devons tous mentir. Donc la sagesse consiste à nous entraîner soigneusement à mentir avec sagesse et à propos, à mentir dans un but louable, et non pas dans un nuisible, à mentir pour le bien d'autrui, non pour le nôtre, à mentir sainement, charitablement, humainement, non par cruauté, par méchanceté, par malice, à mentir aimablement et gracieusement, et non pas avec gaucherie et grossièreté, à mentir courageusement, franchement, carrément, la tête haute, et non pas d'une façon détournée et tortueuse, avec un air effrayé, comme si nous étions honteux de notre rôle cependant très noble.

  • J'ai conçu l'idée stupéfiante de réorganiser les climats du globe au gré des populations intéressées. C'est-à-dire que je leur fournirai des climats sur commande, contre bon argent ou bons négociables, en reprenant comme il se doit, avec une réduction substantielle, les anciens climats qui serviront d'acompte, là où ils sont encore en bon état et susceptibles d'être réparés, afin de les louer par la suite à de pauvres communautés lointaines ne disposant pas des moyens nécessaires pour s'offrir un climat digne de ce nom [.]. Je suis absolument convaincu que cela s'est d'ailleurs pratiqué par le passé ; dans la préhistoire par des civilisations aujourd'hui oubliées et disparues sans laisser de traces. Je trouve partout de vénérables preuves de manipulations climatiques artificielles en des temps lointains. Prenez la période glaciaire. Se serait-elle produite par accident ? Que non pas. Elle s'est faite contre paiement.

  • En 1878, un touriste pas comme les autres visite la Suisse et la Savoie : l'Américain Samuel Langhorne Clemens, alias Mark Twain. De Lucerne à Chamonix, l'auteur suit un itinéraire des plus classiques. Son récit de voyage, traduit pour la première fois en français, est tout à fait inattendu.
    Laissant libre cours à son humour satirique, le romancier pose un regard faussement candide sur la montagne et son folklore touristique. Des tyroliennes aux pendules à coucou, des edelweiss aux chamois, «petite bestiole qui hante par milliers les hôtels suisses» : rien ne résiste à sa critique loufoque. Ses deux personnages - Mark Twain en voyageur irascible flanqué de son servile compagnon Harris - tentent désespérément de comprendre la montagne. Ils se livrent à toutes sortes d'expériences saugrenues : faire bouillir un guide, prévenir les avalanches à l'aide d'un parapluie ou entreprendre une ascension en télescope...

  • Un long moment plus tard, à l'issue de maintes questions, Satan dit : « L'araignée tue la mouche et la mange ; l'oiseau tue l'araignée et la mange ; le chat sauvage tue l'oie ; le - finalement, ils s'entretuent tous les uns les autres. C'est du meurtre pur et simple sur toute la ligne. Voilà donc d'innombrables multitudes de créatures qui toutes tuent, tuent, tuent, qui toutes ne sont que des meurtrières. Et elles ne sauraient être blâmées en rien, Divin Unique ? - Elles ne sauraient effectivement être blâmées en rien. Car c'est la loi de leur nature. Et toujours la Loi de la nature est la Loi de Dieu. Maintenant, observez, contemplez ! Une créature nouvelle - LE chef-d'oeuvre ultime - l'Homme ! » Lettres de la Terre, correspondance de Satan adressée à Michel et Gabriel, est publié pour la première fois en français.

  • Publié aux États-Unis en 1916, six ans après la mort de Mark Twain, L'Étranger mystérieux est l'un des trois ouvrages que Twain écrivit à la fin de sa vie.
    Ces textes indépendants les uns des autres "Lettres de la Terre, L'Étranger mystérieux et Qu'est-ce que l'homme ? " composent néanmoins une « trilogie » nihiliste qui a marqué l'histoire littéraire américaine. L'Étranger mystérieux est inédit en France.

  • L'Homme, c'est quoi ?, dialogue platonicien annonçant le théâtre contemporain, interroge le propre de l'espèce humaine.
    Publié aux Etats-Unis en 1906, il compose avec Lettres de la Terre et L'Etranger mystérieux, une trilogie nihiliste qui a marqué l'histoire littéraire américaine. L'Homme, c'est quoi ? est présenté dans une nouvelle traduction intégrale de Freddy Michalski.

  • La collection Macmillan adventures (lectures Macmillan) est une série de quatre récits d'aventure totalement adaptés au niveau de vos élèves et accompagnés de ressources gratuites pour travailler la compréhension.
    The Adventures of Tom Sawyer : Tom Sawyer est un garçon du sud des États-Unis vivant sur la rive droite du Mississippi avant la guerre de Sécession. Ses frasques, ses pitreries et son goût pour l'école buissonnière sont le fil conducteur de ce roman d'aventure, classique de la littérature américaine

  • Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur, publié en 1889, est l'un des textes fondateurs du burlesque américain. Il conte les aventures d'un Américain du XIXe siècle qui se réveille au VIe siècle, en Angleterre. Devenant le conseiller du roi Arthur, il réforme le royaume selon une rationalité toute capitaliste. Au final, Mark Twain réalise ici l'une des premières histoires de voyage temporel, une satire des récits de la Table ronde, une critique radicale de la modernité et... le scénario du Sacré Graal des Monty Python... Ce roman, présenté pour la première fois dans une traduction intégrale de Freddy Michalski, est accompagné de 15 gravures de Sarah d'Haeyer. Cet ouvrage est publié avec le concours de la Région Île-de-France.

empty