• Les Français s'installent définitivement en Louisiane à partir de 1699. Vu l'état de sa trésorerie et ne pouvant trouver dans la colonie un intérêt immédiat, Louis XIV concède en 1712 le monopole du commerce de la Louisiane à Antoine Crozat. Il renonce à son entreprise début 1717. La Compagnie d'Occident, qui deviendra deux ans plus tard la Compagnie des Indes, doit désormais exercer le monopole du commerce de la Louisiane. Mais insatisfaite des résultats obtenus, elle la rétrocède à la monarchie en 1731... Que devient alors la Louisiane ? Est-elle dans l'impasse ?

  • Dans le but de la production de blé synthétique, des hybridations interspécifiques ont été réalisées entre 7 génotypes de blé cultivé en Tunisie (parent femelle) et 11 écotypes d'Aegilops tauschii, originaires du Pakistan, d'Afghanistan, d'Iran, du Turkménistan et de Syrie (parent mâle). La possibilité d'obtenir des plantes hybrides, avec et sans sauvetage d'embryon, a été étudiée. Le pollen d'Aegilops a induit la formation de 270 caryopses hybrides à partir de 5638 fleurs pollinisées. La moyenne des caryopses obtenus a été de l'ordre de 7 caryopses rencontrés sur chaque épi pollinisé. La variabilité du taux de régénération de plantes a été observée chez les génotypes de blé dur. Les hybrides présentent une dominance des traits morphologiques du parent femelle. Ces traits se manifestent au niveau de l'épi hybride. Les croisements effectués par les variétés de blé dur ; Jenah Khotifa, Chili, Mahmoudi ont permis la production de plantes avec et sans sauvetage d'embryon. Toutefois, la production de lignées synthétiques sans sauvetage d'embryon serait avantageuse en raison de sa simplicité par rapport au sauvetage d'embryon qui est une technique plus exigeante en technicité.

  • L'histoire économique du Maroc a connu depuis des millénaires, l'installation de comptoirs le long des côtes de la Méditerranée et de l'Océan Atlantique. Ces comptoirs ont accompli le rôle d'exutoire de marchandises tellement prisées par les négociants européens. L'activité des comptoirs marocains a acquis de l'importance grâce à la position stratégique du pays, entouré par la presqu'île ibérique, le Sahara, la mer méditerranée et l'Océan Atlantique. L'Océan devient une zone d'attraction grâce à la maîtrise des risques qu'avaient encourus les navires avant l'apparition des steamers. Le commerce transsaharien a battu en retraite face aux atouts du commerce maritime qui a pris dans les huit ports marocains, de plus en plus d'envergure dans la seconde moitié du 19e siècle. Ce commerce adjugera au Maroc la place de fournisseur potentiel de produits bruts pour les manufactures européennes. Ce pôle d'attraction séduit les négociants de renommée internationale dont les entreprises sont des plus influentes sur l'économie de la fin du 20e siècle. Le commerce extérieur était exercé par des négociants marocains et étrangers ayant les atouts pour édifier des assises économiques solides.

empty