• Ces lettres incomparables - des récits, des aveux, des appels - sont nécessaires pour découvrir le vrai Van Gogh devenu mythe... Il n'est pas un peintre fou. Au contraire, solitaire, déchiré, malade, affamé, il ne cesse d'écrire, lucide, comme il traque la lumière.

  • Vincent van Gogh est né eb 1853 à Groot-Zundert aux Pays-Bas et mort en 1890 à Auvers-sur-Oise.
    Paroles d'artiste est une collection de format poche pour découvrir ou redécouvrir les grands maître de l'art ancien, moderne et contemporain.
    Cette série d'ouvrages monographiques permet d'envisager l'univers d'un artiste à travers une sélection de trente reproductions représentatives de l'ensemble de son oeuvre. Chaque reproduction est associée à une citation extraite d'un entretien, d'une correspondance ou d'un écrit de l'artiste lui-même.
    Afin de rendre accessible cette collection aux très nombreux visiteurs étrangers de nos musées et collections publiques françaises, Paroles d'artiste est bilingue anglais-français.
    En 64 pages, 31 reproductions et pour seulement 6,50 €, le lecteur se retrouve immergé dans l'esprit et l'oeuvre de Vincent van Gogh.
    L'oeuvre de Vincent van Gogh est représenté dans de nombreux musées français et étrangers, et plus particulièrement :
    - Amsterdam, Van Gogh Museum - Paris, musée d'Orsay Exposition - Les dessins de Van Gogh, Fondation Vincent van Gogh, Arles, 12 juin-20 septembre 2015

  • Dans Folioplus classiques, le texte, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :
    Mouvement esthétique : L'artiste de l'avenir : entre communauté et solitude
    Genre et registre : Van Gogh, homme de « lettres »
    L'écrivain à sa table de travail : La Lettre : entre lignes de fuite et variations d'intensité
    Groupement de textes : Lettres de peintres
    Chronologie : Vincent Van Gogh et son temps
    Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.

  • "Voici la découverte la plus révolutionnaire de toute l'histoire de l'oeuvre de Van Gogh. Non pas un dessin, ni dix, ni même cinquante, mais soixante-cinq !" Ronald Pickvance.

    Du livre de comptes, autrement appelé "brouillard", offert par monsieur et madame Ginoux, les propriétaires du Café de la Gare à Arles, Vincent Van Gogh a fait un carnet de dessins qu'il a emporté avec lui pendant deux années cruciales, dans ses pérégrinations en Provence, entre février 1888 et mai 1890, pour réaliser des paysages, des esquisses, quelques portraits, dont celui de Gauguin, et son autoportrait, de face, saisissant. On découvre ainsi toute la gamme du génie dans les derniers mois de sa vie, juste avant la remontée fatale vers Auvers-sur-Oise.
    />
    Ce document d'une valeur historique et esthétique inestimable a traversé plus de cent vingt ans d'oubli pour ressurgir aujourd'hui comme un trésor intact, dont l'analyse détaillée de Bogomila Welsh-Ovcharov permet de saisir toute la mesure et le retentissement. Elle raconte l'histoire passionnante de ce "brouillard", et resitue chaque dessin dans le contexte de l'oeuvre de Van Gogh et de son séjour à Arles puis à Saint-Rémy-de-Provence.

    Ce livre est l'acte de divulgation d'un carnet enfin retrouvé, et porté à la jouissance de chacun.

  • La rencontre de Van Gogh avec Anthon G.A. Van Rappard se situe à l'aube de l'oeuvre du peintre, et ces lettres sont le reflet de ses années d'apprentissage. Les Lettres à van Rappard, qui constituent l'indispensable complément aux Lettres à son frère Théo nous révèlent le fond du caractère de Van Gogh. Elles nous parlent des difficultés matérielles et morales auxquelles il a dû faire face, des luttes qu'il a dû soutenir, de ses aspirations, de sa ténacité, de l'évolution de son génie.

  • C'est le printemps, la saison des migrations. Van Gogh se sent comme un oiseau en cage. Il écrit à son frère:
    «De grâce, la liberté!».
    Les lettres de Vincent Van Gogh à son frère sont un témoignage de ses conditions de vie, de son travail, de ses aspirations. Javier Zabala, illustrateur madrilène, en a choisi parmi les plus émouvantes pour réaliser ce petit chef-d'oeuvre.

  • Lettres

    Vincent Van Gogh

    La correspondance conservée de Vincent Van Gogh (1853-1890) débute en 1872 et s'achève en 1890. Elle comprend neuf cent trois lettres, dont cette anthologie propose une large sélection.
    De son vivant, Van Gogh n'était connu que par un cercle étroit d'artistes et de critiques d'avant-garde. Peu après sa mort, la popularité croissante de ses tableaux coïncida avec un intérêt grandissant pour ses lettres. Ceux qui eurent sous les yeux ces écrits exceptionnels prirent immédiatement conscience qu'ils ne livraient pas seulement une image détaillée de la vie de l'artiste et de l'exécution de ses oeuvres, mais affirmaient un regard pénétrant en même temps qu'un remarquable talent d'écrivain. Plus encore, ils apportaient un éclairage inestimable sur les convictions et les intentions de l'artiste.
    Pour tous les lecteurs désireux de se plonger dans la pensée d'un artiste hors du commun, qui fut et demeure aujourd'hui encore l'un des pionniers de l'art moderne, ce témoignage humain représente l'un des sommets de la littérature épistolaire.

    Cette anthologie constitue la version abrégée de Vincent Van Gogh. Les Lettres, édition critique intégrale et illustrée, en six volumes, sous la direction de Leo Jansen, Hans Luijten et Nienke Bakker, publiée en 2009 par le Van Gogh Museum (Amsterdam), le Huygens Instituut voor Nederlandse Geschiedenis - knaw, Académie royale néerlandaise des sciences (La Haye), et les éditions Actes Sud (Arles).

  • Lettres à Théo

    Vincent Van Gogh

    Quand Vincent Van Gogh se suicide en juillet 1890, il laisse une oeuvre considérable, pas moins de 879 peintures, gravures et dessins.
    Mais il laisse aussi une correspondance capitale comprenant plus de 800 lettres, écrites entre 1872 et sa mort. 668 sont adressées à son frère Théo, son confident, son ange gardien éternellement présent, qui a toujours cru en sa peinture et l'a soutenu matériellement et moralement jusqu'à sa mort. Les lettres sélectionnées ici témoignent de toute la vie d'adulte de Vincent depuis sa quête de Dieu aux Pays-Bas jusqu'à la dernière étape d'Auvers-sur-Oise.

  • De 1872 à sa mort, Vincent Van Gogh (1853-1890) ne cessera jamais de correspondre avec Théo, son frère cadet, Misère matérielle, déceptions affectives, vocation contrariée de prédicateur évangéliste, passion naissante pour le dessin, admiration pour Millet et Rubens, lecture enthousiaste de Dickens et Zola, enchantement des couleurs : rien, de la vie douloureuse et exaltée du peintre, n'est caché dans cette correspondance, en grande partie rédigée en français.
    Ses dernières lettres, écrites à Auvers-sur-Oise juste avant son suicide, constituent une sorte de journal de ses derniers mois de création, un véritable testament artistique. Et le plus émouvant des autoportraits.

  • Vincent Van Gogh séjourne vingt-sept mois en Provence, de février 1888 à mai 1890.
    Il adresse principalement ses lettres à son frère Théo. Au jour le jour, elles expriment ses pensées sur l'Art, parlent de son travail de peintre. Un travail forcené : en deux ans il peint 200 tableaux et 100 croquis.
    Tout comme ses tableaux, sa correspondance, une des plus intéressante de l'histoire de l'Art, exalte les couleurs, décrit les paysages, raconte Arles, Saint-Rémy, ses visites aux Saintes-Maries-de-la-Mer ou à Montpellier...
    À travers le temps, dans sa gloire devenue universelle, Vincent, ce fulgurant génie méconnu et incompris de son vivant se confie à nous comme il se confiait à Théo, comme un frère à ses frères humains.

  • Van Gogh

    Vincent Van Gogh

    Vincent van Gogh´s life and work are so intertwined that it is hardly possible to observe one without thinking of the other. Van Gogh has indeed become the incarnation of the suffering, misunderstood martyr of modern art, the emblem of the artist as an outsider. An article, published in 1890, gave details about van Gogh´s illness. The author of the article saw the painter as "a terrible and demented genius, often sublime, sometimes grotesque, always at the brink of the pathological." Very little is known about Vincent´s childhood. At the age of eleven he had to leave "the human nest", as he called it himself, for various boarding schools. The first portrait shows us van Gogh as an earnest nineteen year old. At that time he had already been at work for three years in The Hague and, later, in London in the gallery Goupil & Co. In 1874 his love for Ursula Loyer ended in disaster and a year later he was transferred to Paris, against his will. After a particularly heated argument during Christmas holidays in 1881, his father, a pastor, ordered Vincent to leave. With this final break, he abandoned his family name and signed his canvases simply "Vincent". He left for Paris and never returned to Holland. In Paris he came to know Paul Gauguin, whose paintings he greatly admired. The self-portrait was the main subject of Vincent´s work from 1886c88. In February 1888 Vincent left Paris for Arles and tried to persuade Gauguin to join him. The months of waiting for Gauguin were the most productive time in van Gogh´s life. He wanted to show his friend as many pictures as possible and decorate the Yellow House. But Gauguin did not share his views on art and finally returned to Paris. On 7 January, 1889, fourteen days after his famous self-mutilation, Vincent left the hospital where he was convalescing. Although he hoped to recover from and to forget his madness, but he actually came back twice more in the same year. During his last stay in hospital, Vincent painted landscapes in which he recreated the world of his childhood. It is said that Vincent van Gogh shot himself in the side in a field but decided to return to the inn and went to bed. The landlord informed Dr Gachet and his brother Theo, who described the last moments of his life which ended on 29 July, 1890: "I wanted to die. While I was sitting next to him promising that we would try to heal him. [...], he answered, `La tristesse durera toujours (The sadness will last forever).´"

empty