Vie pratique & Loisirs

  • Les manades d'Antan

    Jacky Toureau

    C'est durant plus d'un siècle, qu'environ 150 fournisseurs de taureaux ou manades ont été recensés jusqu'en 1930. A travers cet ouvrage, si on perçoit l'évolution des spectacles jusqu'à nos jours, on peut se rendre compte également de l'énergie et du sang versés par nos anciens pour assister à leur spectacle favori dans leur région. « Les libertés méridionales étaient menacées, chaque fois que l'autorité s'y opposait. » Depuis un siècle, le doute est permis pour savoir s'il existe encore du taureau Camargue dans nos contrées. Le lecteur pourra affiner son jugement ! Du Paré au Sanglier, en passant par le Prouvenço, toutes les époques sont évoquées avec la sincérité que méritent les « afeciouna ». Jacky Tourreau

  • Il s'agit des portraits de Manadières, réalisés par le photographe Didier Leclerc. Avec ces témoignages, nous sommes au plus près pour écouter leurs réflexions sur leur métier, sur les traditions taurines prises dans leur complexité d'aujourd'hui, sur leurs craintes et satisfactions, ou plutôt leur ferté de continuer un héritage de plusieurs générations. De cette approche surgit une suite d'histoires de vies, émouvantes et soutenues par un dynamisme vital, rassurante pour le futur de ce territoire. Cette nouvelle édition est enrichie de nouveaux entretiens.

    «Ce reportage « les manadières », est né de ma curiosité de photographe, à savoir, quelles étaient les héritières de Fanfonne Guillierme ? Simple question, mais réponses complexes !
    - réaliser des portraits, suivant un protocole établi, - enregistrer un entretien, sur leur parcours personnel et singulier.
    Pour avoir des regards décalés sur les élevages et leur histoire, j'ai rencontré également, plusieurs personnalités qui, de par le statut de leur témoignage, viennent s'articuler aux interviews des manadières. Apparaissaient, au fur et à mesure des rencontres, des parcours de vie, construits sur des dynamiques et des volontés bien trempées. J'ai voulu garder, la forme et la tonalité de l'entretien semi-directif que nous avons réalisés, avec, parfois, les saveurs de l'oralité, quelquefois avec ses méandres, souvent avec ses appuis répétés, aux carrefours de la pensée. Nous nous sommes plongés, directement dans la mémoire vive de leur cheminement, de leur relation intime à ces territoires, que sont la Camargue au sens large, et le berceau de la race du biou. La complexité, la diversité, les dynamiques du nouveau en train d'émerger, venaient perturber les images toutes faites, c'est-à-dire des clichés, généralement accolées à ce territoire.
    A toutes ces femmes rencontrées, à la tête de leur manade, je dédie ce présent travail. Elles ont témoigné avec générosité et ferveur.» Didier Leclerc, photographe auteur et plasticien.

  • Dans cet ouvrage, le lecteur trouvera un grand nombre d'illustrations qui, avec le texte, lui permettront de mieux comprendre les origines de la selle Camarguaise et en particulier depuis qu'elle a pris la forme que nous lui connaissons, mais aussi quelle place était la sienne dans la société des gens de mas.
    Chaque partie de la selle est observée en détail sans oublier les autres formes de harnachement utilisées par les gardians en Camargue et Languedoc avec leurs accessoires (brides, mors, ...) de même que la sellerie des « dames ».
    Le lecteur fera également connaissance avec les artisans selliers les plus célèbres qui ont très largement contribué - par la qualité de leur travail - au renom et au maintien de ce bel harnachement menacé de disparition à plus ou moins brève échéance si la condition de « sellier » en Camargue et en Languedoc ne s'améliore pas.
    La préface de ce livre a été confi ée à Monsieur Charles Galtier, éminent spécialiste d'éthnographie provençale.

  • Accueilli sur la barque des jouteurs, Jacques Villière nous invite à découvrir ce qu'on ne voit jamais, nous spectateurs du bord du canal. Avec la conscience de son privilège, le photographe nous livre une vision émerveillée d'un monde où la terre a disparu métamorphosant ces hommes en guerriers fantastiques tels des dieux de l'Olympe entre ciel et eau. « Je sens le regard du jouteur fixé sur un objectif, je lis dans ses yeux le respect de l'autre, la crainte, l'espoir, le plaisir de profiter d'un instant fugace qui se perpétue depuis des siècles. Je sens les muscles tendus, prêts à frapper, prêts à encaisser le choc, les pieds cherchant à accrocher la tintaine à tout prix. J'entends le bruit des lances contre les pavois, des pavois qui se frappent, des corps qui s'entrechoquent. Je frémis face à cette violence pacifique, face aux risques qu'ils prennent. » Jacques Villière.

  • Le Lez est le plus petit fleuve côtier de France. Il se situe dans le département de l'Hérault. Il a la particularité d'abriter une espèce de poisson endémique, unique au monde : Le Chabot du Lez. Découvert officiellement en 1964, cet habitant des fonds caillouteux du Lez est classé parmi les 15 espèces menacées d'extinction en France. Il est donc inscrit dans la Convention Internationale « Natura 2000 » qui oeuvre pour la protection des espèces animales et végétales d'intérêt communautaire, et des zones qui les abritent. À quelques mètres de la source du Lez, sous les arches du vieux pont, vous pourrez peut-être apercevoir le petit Chabot. Mais qui aujourd'hui connait sa véritable origine ? Pagès, le berger des Cévennes, lui, a une petite idée sur le sujet, voici ce qu'il m'a raconté ...


    Les es lo flume costièr pus pichòt de França. S'atròba dins lo departament d'Erau. Çò qu'a de particular es de recaptar una espècia endemica de peis, unic au mond : lo cabòt de Les. Oficialament descobèrt en 1964, aquel estatjant dels fons codolós de Les es classat demièg las quinze espècias amenaçadas d'extincion en França. Es donc marcat dins la Convencion Internacionala « Natura 2000 » qu'òbra per l'aparament de las espècias animalas e vegetalas d'interès comunautari e de las zònas que las recaptan. A quauques mètres de la font de Les, jot las arcas dau pont vièlh, podretz benlèu avisar lo pichòt Cabòt. Mas quau conois uòi son origina vertadièira ? Pagés, lo pastre de las Cevenas, eu, a una pichòta idèa sus lo sicut. Vaquí çò que me contèt...
    "

  • Ce livre raconte l'histoire de la Camargue et de ses traditions à travers le patrimoine photographique de la dynastie George.
    Les éditions Sansouire ont souhaité publier une partie de cette collection afi n que ce trésor puisse être révélé à tous avant que le temps ne le détruise.
    Les photographies ont été minutieusement sélectionnées en tenant compte de leur valeur historique, mais aussi de leur valeur artistique, considérant que le nom de George est avant tout la signature d'un auteur.
    La plupart sont présentées dans leur état, en respect des techniques de l'époque, amenant le lecteur dans une certaine «atmosphère». Certaines de ces photographies ont fait l'objet d'un travail de restauration, les plaques de verre et les négatifs ayant subi de grosses détériorations avec le temps, la retouche nous a permis de faire réapparaitre des détails importants notamment sur des tirages recadrés à l'origine sur le sujet pour les besoins de la presse. Ces clichés restaurés font preuve du talent du photographe et de la dimension intemporelle de son oeuvre.
    Par cet ouvrage, nous espérons surtout offrir aux amoureux de la Camargue un voyage dans le passé de leur propre culture et à ceux qui ne connaissent pas le désir de la découvrir en redonnant à ces photographies légendaires une place dans l'histoire de notre région.

  • Lorsqu'on parle tauromachie en Provence et Languedoc, on cite inévitablement le nom de GEORGE. D'innombrables clichés signés de ce nom ont illustré et illustrent encore les journaux, livres, encyclopédies ...
    Ce que l'on ignore souvent, c'est que le nom de GEORGE couvre une véritable dynastie de photographes qui, du début du siècle à nos jours, nous a laissé le témoignage sans prix de nos traditions : folklore, bouvino, corrida ...
    Les éditions SANSOUIRE propose dans ce premier tome consacré à la corrida, en France dans les années 1950-80, une sélection d'une partie des clichés (aux formats : 9x12 et 6x6) de la collection GEORGE.

empty