Poitou-Charentes

  • Une barque qui avance sur l'eau, une Venise Verte qui attire les visiteurs dans son labyrinthe de canaux... Telle est l'image de carte postale généralement utilisée pour caractériser le Marais poitevin. Et pourtant, il est bien plus que cela.Celui qui pousse le regard plus loin que l'image d'Epinal, saisit très vite la diversité et la richesse des paysages et du fonctionnement d'un environnement aussi particulier, largement façonné par l'homme. L'on prend d'abord de la hauteur depuis les anciennes îles du golfe des Pictons, où se concentrent les bourgs. Puis l'on descend dans les marais, « mouillés » tout d'abord, en suivant le cours souvent lent et doux de la Sèvre Niortaise, de ses affluents et de l'enchevêtrement de conches et de fossés. Viennent ensuite les marais desséchés, à l'abri derrière leurs digues, transpercés par un cadrillage de canaux rectilignes qui évacuent l'eau jusqu'à la mer.

  • Cordouan

    ,

    • Geste
    • 12 Mai 2020

    En 2020, le phare de Cordouan fera l'objet d'un dépot auprès de l'UNESCO. C'est l'occasion pour ces deux spécialistes du patrimoine charentais de revenir sur sa formidable histoire. L'histoire de la construction du phare de Cordouan ainsi que sa valeur culturelle et touristique sont ici mises en avant. Prouesse technique bâtie en pleine mer, le phare est construit entre 1584 et 1611. L'un des plus beaux phares du monde, édifice hors du commun, au centre d'un ouvrage inédit. Chaque caractéristique de ce monument est photographiée et expliquée afin d'en comprendre tous les secrets et d'en apprécier la beauté.
    Yann Werdefroy, photographe et auteur, sillonne l'île de Ré de long en large. Journaliste pour la presse locale durant une dizaine d'années, il a également publié plusieurs livres consacrés à l'esthétique et au patrimoine de ce territoire. L'un de ces ouvrages a été primé en 2017 lors du salon du livre rétais. Installé à Sainte-Marie-de-Ré, il travaille pour des maisons d'édition, magazines et agences de communication en France et en Europe.
    Jacques Péret est professeur émérite d'histoire moderne à l'université de Poitiers. Il est déjà auteur chez La Geste éditions de quatre ouvrages : Cordouan, sentinelle de l'estuaire, avec Christophe Gauriaud en 2007, Les Paysans de Gâtine au xviiie siècle en 1998, Naufrages et pilleurs d'épaves sur les côtes charentaises, en 2004 et Les Corsaires de l'Atlantique en 2012.

  • Petite histoire de l'Aunis

    Patrice Even

    • Geste
    • 30 Avril 2021

    Redécouvrez l'histoire de l'Aunis sous la plume d'un spécialiste de cette région ! Le livre aborde toutes les périodes historiques, des premiers siècles à nos jours. Des invasions barbares à la guerre de Cent Ans, l'auteur retrace l'histoire de cette région de ses origines jusqu'à aujourd'hui. Les informations sont fragmentées en courts paragraphes thématiques, ce qui facilite la lecture et la compréhension. De nombreuses gravures, en noir et blanc, vous feront plonger dans le passé également par l'image... En fin d'ouvrage, une bibliographie vous invite à aller plus loin.Avec ce livre vous saurez tout sur l'Aunis.

  • Un livre de mémoire composé de dizaines de témoignagnes sur la Résistance en Vendée. Michel Gautier rend ici compte d'une histoire encore récente, faisant partie de l'identité des Vendéens. Il fait le portrait des hommes et des femmes qui ont franchi avec courage le pas de la Résistance, dans le contexte fidèlement retranscrit d'une Vendée occupée, où la majorité voyait en Pétain le restaurateur de l'ordre ancien. 1943 fut l'année terrible de la Résistance vendéenne, la prise des armes, les combats jusqu'au 8 mai 1945, la violence des arrestations et des déportations. L'occupation et la résistance en Vendée, comme dans le reste de la France, sont illustrées par l'héroïsme de certains et les brutalités d'autres. Sans condamner ni juger, l'auteur permet de découvrir comment les Vendéens ont secouru ou dénoncé des Juifs, comment certaines victimes ont été tondues et d'autres exécutées dans ce lieu, et enfin comment, malgré ces instabilités coupables, beaucoup ont essayé de vivre leur vie.
    Michel Gautier est né dans une famille paysanne de Vendée. Il a enseigné les lettres classiques. Son activité éditoriale et associative est consacrée à la promotion de la langue et de la culture régionales. Collecteur de la tradition orale, il a notamment publié Mémoire populaire des Vendéens (Geste éditions, 2005). Il a réalisé avec Bruneau Faivre de Canal 15 une série de quarante émissions Histoires de pays, dont cinq émissions sur la Résistance.

  • Avant de repérer les principaux acteurs de la légitimité, les faits recueillis rendent compte d'une opposition multiforme qui trouve une expression politique. Ensuite, l'objectif est de montrer comment les « insoumis » à l'armée et des ruraux se sont mêlés à l'épopée de la duchesse de Berry, dont l'échec était prévisible avant même la tentative de soulèvement de juin 1832. A partir du début du mois de juin 1832, la répression s'accentue dans le cadre de l'état de siège, puis elle trouve une nouvelle orientation sous la responsabilité de Paulze d'lvoy, préfet de la Vendée de 1833 à 1841. Durant cette période, l'autorité préfectorale s'est affermie. Les actes de la « chouannerie » deviennent de plus en plus rares. Quelques « insoumis » à l'armée échappent à la répression. Ils ne vivent pas isolés. Ils sont soutenus par la famille, les voisins, les nobles locaux mais aussi par les réseaux clandestins. Les années 1835-1836 marquent alors un tournant. La violence disparaît progressivement. Les autorités n'envisagent plus avec sévérité les actions isolées. La répression s'estompe. Les mesures de clémence judiciaire permettent d'envisager une forme de réconciliation. Les crises économiques et politiques des années 1839-1840, en France, n'affectent pas la Vendée. Aucun trouble sérieux n'apparaît. Mais le département n'est pas pour autant pacifié. Les autorités restent vigilantes. Au moindre incident, l'imaginaire répressif l'emporte. Cette fin de décennie permet cependant d'envisager la pacification. Mais le légitimisme reste une valeur. Toutefois les ruraux ne prennent plus les armes et la noblesse légitimiste trouve une autre voie d'opposition dans l'écriture pour justifier l'échec de 1832 et commence à s'impliquer dans le domaine économique, afin de rentrer en compétition avec les libéraux.
    Laurent Morival est docteur en histoire contemporaire de l'Université de Nantes, enseignant dans le secondaire et membre associé au laboratoire TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), CNRS FRE 2015, Université d'Angers, Bretagne Sud et Le Mans. Il vit à Les Clouzeaux en Vendée.

  • Voici l'histoire bouleversante d'une famille, et, derrière elle, d'une communauté qui voulait vivre sa foi. À la fin du XVIIe siècle, Louis XIV règne. La liberté qu'Henri IV avait accordée aux protestants par l'édit de Nantes en 1598 a été peu à peu remise en question. Par trois fois, Jean Migault et sa famille subiront leurs assauts des Dragons, soldats qui ont tous les droits pour contrer le protestantisme. Il relate ces batailles dans son journal.

  • Né à Chavagnes-en-Paillers, Donatien Vigneron est un jeune homme aux origines modestes, un instituteur profondément croyant, pétri d'humanisme et que la vie, trop courte, a mené sous d'autres latitudes, bien loin de sa Vendée natale. Mobilisé en?1920 dans l'Armée Française d'Orient, il rejoint Constantinople dans un après-guerre qui voit mourir les grands empires. Libéré de ses obligations militaires, il reste sur les rives du Bosphore jusqu'en?1924, y enseignant la littérature.
    Suivant les traces des auteurs romantiques et orientalistes tels Pierre Loti ou Claude Farrère, Donatien Vigneron met à profit ses moindres instants et ses grandes qualités d'écriture pour rédiger son journal intime et plusieurs poèmes, tous restés inédits depuis lors et ici sortis de l'oubli. Sous sa plume, l'on part à la découverte de la cité levantine, de ses senteurs et de ses couleurs. Un témoignage intime, aussi lumineux et émouvant que fut brève la vie de cet instituteur-écrivain vendéen.

  • Redécouvrez l'histoire de l'île de Ré sous la plume d'un spécialiste de cette région ! De ses origines jusqu'à nos jours, en passant par la construction de son célèbre pont en 1988, cet ouvrage retrace l'histoire mouvementée de ce territoire, entre terre et mer. Avec plus de 200 illustrations, (re)découvrez le passé de l'île de Ré, la fondation de l'abbaye des Châteliers, les Seigneurs de Ré et de ses fortifications, mais également sa culture, son économie et le tourisme qui ont fait la richesse de l'île. Avec ce livre vous saurez tout sur l'île de Ré.
    David Canard est, depuis son enfance, un amoureux de l'île de Ré. Prix des Mouettes en 2005 (Partir au bagne), Prix du salon L'Ile aux livres (Se souvenir de l'île de Ré) en 2006, il a publié 7 ouvrages sur l'histoire de ce territoire. Correspondant de presse locale pendant 10 ans, il est toujours en recherche, pour mieux connaître l'île de Ré. www.davidcanard.com

  • En août 1914, le département de la Charente-Maritime - appelée alors Charente-Inférieure - paraît bien éloigné de la ligne de front. Et pourtant, dès les premiers mois, il s'avère tout proche du théâtre des opérations, car la guerre ne se joue pas que dans les tranchées ; elle se joue aussi sur mer. La Charente-Maritime, avec son littoral et ses ports (Rochefort, La Rochelle-La Pallice), ainsi que son arrière-pays agricole et industriel, tient un rôle stratégique de premier plan. Pendant plus de quatre ans, elle participe à l'approvisionnement des troupes en vivres, en munitions, en matériel militaire. Elle prend part à la guerre maritime. Ses ports servent de plate-formes de débarquement pour des vagues ininterrompues de combattants et de victimes : réfugiés, blessés, prisonniers, soldats en transit - Français mais aussi étrangers de toute l'Europe, d'Afrique, d'Extrême-Orient et d'Amérique. Ils contribuent également à l'approvisionnement du territoire français en matières premières, en produits manufacturés et en denrées alimentaires. Mais ce sont aussi les communes de l'intérieur qui sont affectées en accueillant sinistrés des zones de conflit, militaires en convalescence ou prisonniers de guerre assignés à des tâches d'intérêt collectif. La société traditionnelle est bouleversée par la durée et la violence du conflit, les réquisitions, les privations, la présence massive d'étrangers, l'absence des mobilisés que remplacent épouses, prisonniers et travailleurs étrangers. L'économie est orientée vers l'effort de guerre : la production agricole est destinée aux combattants ; les usines sont reconverties pour la livraison d'équipements militaires, les hôtels transformés en hôpitaux. Dès 1917, le département accueille des bases américaines qui contribuent à sécuriser le littoral face aux sous-marins allemands... et à faire connaître le jazz en France.

  • 100 monuments expliqués et photographiés dans un ouvrage essentiel. D'Ars-en-Ré à La Couarde, de Saint-Martin-de-Ré à Rivedoux-Plage, Loix ou encore Saint-Clément-les Baleines, Stéphanie Le Lay photographie et explique l'histoire d'une centaine de monuments de l'île de Ré - églises, tours, phares, chapelles, monuments aux morts, hôtels ou encore vieilles maisons. Un ouvrage structuré en dictionnaire, par commune, indispensable pour comprendre l'histoire des bâtiments et de l'architecture de Ré.
    Originaire du Tarn, Stéphanie Le Lay est diplômée d'un double cursus en histoire et en histoire de l'art. Spécialiste en histoire médiévale, elle fait ses premières armes en Ile de-France, à Étampes, où elle met en place un programme de valorisation d'une architecture d'exception. Responsable du Service du patrimoine à la Communauté de communes de l'île de Ré, Pays d'art et d'histoire, elle mène aujourd'hui de nouveaux projets d'étude, de protection et de mise en valeur du patrimoine rétais. Animée par l'envie de transmettre, elle intervient également à l'Université de La Rochelle dans le cadre des formations aux Métiers du Patrimoine.

  • Inspecteur des monuments historiques pendant 25 ans, Prosper Mérimée a très largement participé à la sauvegarde du patrimoine français. C'est à lui que nous devons la restauration de nombre de monuments. Son action a particulièrement bénéficié au Poitou puisque c'est grâce à son engagement et son travail que des monuments comme la tour de Saint-Porchaire de Poitiers, les fresques de Saint-Savin et les églises de Airvault et Melle font encore aujourd'hui la fierté du patrimoine français. Ce bel ouvrage est un important travail de mémoire, en hommage à cet homme et aux édifices de la région.
    Jean-Noël Delétang vit à Tours depuis vingt ans où il a enseigné l'histoire et l'histoire des arts. Désormais, c'est l'écriture qui occupe son temps : textes historiques, nouvelles... Aujourd'hui le polar lui procure un vrai plaisir et ancre dans le paysage de la Touraine les aventures de son héros, fan comme lui de chanson française et particulièrement de Brassens.

  • Fin août, début septembre 1944, le Sud-Ouest semble totalement libéré. En réalité, près de 30 000 soldats allemands se sont enfermés dans plusieurs ports de l'Atlantique, notamment la Rochelle.
    L'ouvrage revient sur la stratégie militaire de l'occupant, la vie à La Rochelle pendant cette période, les pourparlers franco-allemands, la Résistance et l'action des forces françaises et enfin l'opération Mousquetaire.
    Le propos est illustré par de très nombreux documents d'époque : photographies, cartes et plans, etc.

  • Le fort Boyard est bâti sur un banc de sable, la Longe de Boyard. Au XVIIe siècle Vauban affirma qu'« il serait plus facile de saisir la lune avec les dents » que de bâtir sur la Longe. C'est Napoléon qui se lança dans ce pari insensé. Mission impossible au temps de la pierre et de la voile, le chantier fut interrompu durant 30 ans. Il aura fallu attendre 1990 et la création du jeu télévisé, pour qu'il trouve enfin un rôle à sa mesure. Malgré tout, le fort reste le jouet des flots qui ferment son accès aux touristes et de l'érosion qui affecte implacablement le sable sur lequel il est bâti.

    À fort Boyard, l'homme n'a sans doute remporté qu'une victoire bien provisoire.

  • Le Marais poitevin, encore riche d'une incomparable biodiversité, témoigne pourtant de l'emprise permanente de l'homme sur un milieu qu'il entend façonner à sa guise.

    Depuis le Moyen Âge, autour du difficile partage de la maîtrise de l'eau, cette volonté est marquée par la mise en oeuvre d'aménagements précaires perpétuellement menacés, tout comme le fragile équilibre qui en résulte.

    Atout pour les uns, contrainte pour les autres, facteur de cohésion ou source de conflits, l'eau qu'il faut partager et qui impose une stratégie de gestion collective est au coeur de cette (petite) histoire...

  • L'île d'Oléron, « l'île aux mimosas», est baignée d'un micro­climat si clément qu'ici pousse le gélif mimosa. Deuxième île de France par sa superficie (après la Corse), elle bénéficie d'un paysage varié où alternent longues plages, marais, dunes, grandes forêts domaniales ... Les anciens marais salants ont été transformés en claires où pousse la fameuse huître, tandis que l'estran est sillonné de bateaux ostréicoles. D'autres bateaux constituent la flottille de La Cotinière, petit village agricole qui évolue vers un important port de pêche dans le der­nier tiers du XIXe siècle. Richesse naturelle, mais aussi richesse historique constituent ce « petit continent»: citadelle du Château du XVIIe siècle, Fort Boyard com­mencé sous l'Empire, château de Bonnemie du XIVe siècle ... Dans cet ouvrage, illustré de nombreuses photographies contem­poraines et ponctué de cartes postales anciennes, l'auteur brosse un résumé à la fois historique et actuel de l'île d'Oléron. Le petit patrimoine vernaculaire n'est pas oublié : puits, maisons à escalier extérieur... « Être «dans l'île», être déjà un peu séparé du reste du monde ... », affirmait !'écrivain Pierre Loti à propos de l'île Oléron, terre de ses ancêtres.

  • Les parcours à pied ou à vélo ont été choisis pour arpenter tous les sentiers : des côtes de sable aux monuments historiques, des parcs naturels aux ports de plaisance, sans oublier tous les villages.
    Depuis plus de 25 ans, lorsqu'elle voyage, Élisabeth Masset reproduit par l'aquarelle ce qu'elle découvre. Ingénieure de formation, exerçant le métier de directrice des finances dans le secteur public, le dessin est sa passion. L'île de Ré est devenue une source d'inspiration pour construire des itinéraires qu'elle veut partager par le dessin. Élisabeth Masset expose à Paris, à Charenton, à Créteil et à Niort, où elle réside.

  • De la Charente préhistorique, en passant par la romanisation et la Renaissance pour arriver à nos jours, c'est une histoire à la fois universelle et locale que retrace Laurent Maurin. On peut y découvrir les plus récentes découvertes archéologiques et historiques, illustrées de près de 300 documents : plans, documents anciens, reproductions d'oeuvres, photos de monuments et de sites emblématiques... Ces découvertes sont ainsi mises en lumière, et permettent de découvrir ou redécouvrir le département de la Charente et son histoire en comprenant son évolution au fil des siècles.

  • Féminine, insoumise, altière, La Rochelle ne s'offre qu'aux audacieux. Les conquérants, les voyageurs. Ceux qui ont inscrit leur nom dans les livres d'histoire ou de géographie et y ont appris le respect des cultures, des religions. Quand on veut la forcer, la violer, La Rochelle se rebelle, se défend jusqu'au bout de ses forces vitales, de ses remparts de pierres ou de sang. C'est l'âme rochelaise forgée par les siècles. Est-elle encore d'actualité ? Sous forme d'abécédaire, ce livre se propose de répondre à cette question, de présenter La Rochelle dans toute son intimité. Vue de l'intérieur. La Rochelle décodée, échographiée, psychanalysée. Des personnalités importantes ou insolites, certaines même inventées, des anecdotes, des légendes, des lieux, des liens, des petites histoires, des grands événements : tout ou presque ce qui fait la vie rochelaise aujourd'hui comme hier. De A comme abdication à Z comme Zarafa en passant par P comme politique, R comme rugby ou T comme Tintin, la ville se dessine comme un puzzle de lettres. Ce puzzle qui inspira Georges Pérec dans La vie mode d'emploi. Voici donc La Rochelle mode d'emploi avec juste ce qu'il faut de subjectivité pour que l'affectif l'emporte sur la froideur objective. Un livre c'est aussi une déclaration d'amour.

  • L'ouvrage débute par une contextualisation intéressante : comment, au-delà de Royan seulement, se sont constituées les poches allemandes sur l'ensemble du littoral Atlantique.
    Royan se retrouve, quant à elle, promue au rang de forteresse dès le mois de février 1944. Afin de faire face aux allemands, le général de Gaulle crée, le 14 octobre 1944, le commandement des forces françaises de l'Ouest (FFO). Le livre explique comment se sont organisées les forces françaises pour mener une véritable guerre de position. L'ouvrage revient également sur le terrible bombardement qui eut lieu dans le nuit du 4 au 5 janvier 1945 et sur les opérations Vénérable et Jupiter. Enfin, vous découvrirez le parcours de trois grandes figures de la Résistance française :
    /> Henri Adeline, Édouard Corniglion-Molinier et Edgar de Larminat.

  • Revenu en France, et peut-être bientôt en Poitou, objet d'âpres controverses, le loup s'est aussi transformé en important sujet d'études au carrefour de plusieurs sciences : éthologie, zoologie, histoire et ethnologie notamment. Cet ouvrage a pour but de donner des aperçus historiques et ethnologiques de sa présence en Poitou, sur la longue durée. S'il a, certes, toujours été considéré comme dangereux pour les animaux domestiques et les hommes, s'il a aussi été diabolisé au Moyen Âge, nous vivons encore en partie sur des faits et des représentations du loup qui prennent racine pendant les Temps modernes et le début de l'époque contemporaine. Mais notre canidé sauvage est aussi au coeur de très nombreux contes, légendes, rumeurs, chansons et faits-divers.

  • L' Ordre du Temple fut fondé à Jérusalem vers 1119 pour défendre les pèlerins du Saint-Sépulcre. En Occident, les dons affluèrent et permirent aux Templiers de fonder sur place de grandes exploitations agricoles plus tard appelées « commanderies » et qui fournissaient les biens nécessaires à l'activité de l'Ordre en Terre sainte. Poitiers était siège d'une vaste province templière du sud-ouest de la France. La partie nord de ce territoire était gérée par la « baillie » d'Auzon, aux portes de Châtellerault. La rencontre des Templiers poitevins avec les grands seigneurs de leur province nous entraînera jusqu'en Terre sainte où nous assisterons en direct à l'agonie glorieuse de Guillaume de Sonay, jeune précepteur de la baillie d'Auzon devenu un prestigieux grand maître du Temple, mort dans les rangs de l'armée de Saint Louis lors de la septième croisade en Égypte.

  • Voilà un petit livre bien insolite ! À côté de la « grande » histoire, une autre, plus anecdotique, fourmille de faits bien souvent méconnus. Saviez-vous qu'Henri IV failli se noyer dans le port ? Que Mirabeau a tué un homme à La Rochelle ? Que la première expérience réussie de télévision au monde a eu lieu rue du Minage ? Non ? Alors sans plus attendre, allez à la découverte de ces petites histoires à consommer sans modération !

  • La Charente-Maritime, mélange de soleil, de mer et de terre habilement tissé par les Aunisiens et les Saintongeais, est devenue une destination touristique privilégiée. Ce livre n'est pas un guide supplémentaire, il est plutôt une invitation à parcourir le département autrement. Le caractère insolite des étapes de leur voyage aussi bien que les facettes secrètes des lieux traversés permettent à Angèle Koster et Pierre Rullier d'explorer une Charente-Maritime étonnante, et même passionnante. Irez-vous admirer les délicats fils d'or brodés à Rochefort ? Saurez-vous percer le mystère du bois cassé à Saint-Jean-d'Angély ? À quoi peut bien servir cette immense croix de galets à l'issue de la Passe-aux-Boeufs ? Quels sont ces étranges caissons sculptés à Dampierre ? Et quelle heure est-il éternellement à l'île d'Aix ? Autant de questions, autant de visites à prévoir, autant de petits secrets à découvrir...

  • L'histoire de l'île d'Oléron est passionnante. D'une partie du continent, elle devient une petite île en possession du duc d'Aquitaine. Plus tard, décor des guerres de religion, elle est à feu et à sang. La Révolution française, l'arrivée du premier réseau routier, permettront aux habitants de l'île, de progresser dans leur quête de liberté.
    Grâce à cet ouvrage, vous pourrez apprendre les faits marquants de l'histoire oléronaise, avec ses périodes calmes mais aussi les périodes fondatrices de cette île fortifiée.

empty