Fermeture exceptionnelle : les livres papiers ne peuvent être achetés en librairie

La princesse  Casamassima

La princesse Casamassima (traduction conjointe par Annick Duperray)

Traduction FRANCOIS-RENE DAILLIE  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Londres, années 1870-1880. Le héros, Hyacinth Robinson, est un jeune homme d'origine modeste, engagé politiquement dans les milieux anarchistes. Un soir où il se rend au théâtre avec sa fiancée, il rencontre la belle princesse Casamassima, une aristocrate qui a tourné le dos à son milieu d'origine, vit séparée de son mari et fréquente désormais les radicaux. Il en tombe amoureux. Au même moment, il se retrouve impliqué dans un complot terroriste. Il est alors face à un dilemme : doit-il se consacrer à son amour pour la princesse, ou aller jusqu'au bout de son engagement politique et commettre l'assassinat politique qu'il projette ?

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Œuvres classiques

  • EAN

    9782072700293

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    904 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    4 cm

  • Poids

    464 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Henry James

Né à New York en 1843, mort à Londres en 1916, Henry James qui prit la nationalité anglaise un an avant sa mort, est l'écrivain qui a dépeint le plus finement la distance, qui n'a cessé depuis de s'élargir, entre l'esprit européen et la sensibilité américaine. C'est à Londres où il s'établit à partir de 1876 qu'il écrit ses plus grands chefs-d'oeuvre. Une série d'études sur la femme américaine dans un milieu européen fut inaugurée par Daisy Miller (1878). Le thème opposant innocence américaine et sophistication européenne se retrouve dans Les Européens (1878), Washington Square (1880), Les Bostoniennes (1885) et « Reverberator » (1888) et atteint sa conclusion avec Les Ambassadeurs (1903) où la civilisation est définie comme « la tradition ininterrompue de culture que l'Europe occidentale hérita du monde antique ».ÿLa Différence a publié en poche dans « Minos » : « Reverberator », Une vie à Londres, L'Autre Maison, Heures italiennes, Esquisses parisiennes, Le Sens du passé et La Scène américaine.

empty