Résolutions pour quand je vieillirai et autres pensées sur divers sujets

Résolutions pour quand je vieillirai et autres pensées sur divers sujets (édition, traduction et préface d'Emile Pons)

Résumé

«Ne pas épouser une jeune femme. Ne pas rechercher la compagnie des jeunes à moins qu'ils ne le désirent réellement. Ne pas être acariâtre, morose ou soupçonneux. Ne pas parler beaucoup ni surtout de moi-même. Ne pas vouloir passer pour un homme qui observe toutes ces règles, de peur de n'en observer aucune.». Des formules emplies d'une sagesse légère aux tours pascaliens, inscrites dans une profonde réflexion centrée sur l'homme, sa folie, sa sottise, sa misère.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782072779862
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 82 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 65 g
  • Distributeur Sodis

Rayon(s) : Littérature générale > Littérature argumentative > Pamphlet, Maximes, Pensées, Portraits

Jonathan Swift

Jonathan Swift ne fut pas uniquement l'auteur mondialement connu des Voyages de Gulliver. Né en 1667 à Dublin, il fut tour à tour secrétaire d'un diplomate, docteur, doyen de la cathédrale de Saint Patrick de Dublin, précepteur d'une jeune fille, Esther Johnson, à qui il adressa le Journal à Stella... Avec ses amis John Gay, Alexander Pope, lord Bolingbroke et John Arbuthnot, l'écrivain irlandais fonde « le Scriblerus Club », attelé à vilipender la société de l'époque sous la forme de pamphlets, publiés sous le pseudonyme de Martin Scriblerus. Engagé dans les luttes littéraires, religieuses et politiques de son temps, Swift est satiriste à la mesure de sa misanthropie. Isolement qui ne l'empêche pas d'entretenir une profonde amitié avec d'éminents esprits de l'Angleterre du XVIIIe siècle, révélée dans sa Correspondance avec le Scriblerus Club (Allia, 2005). Il meurt en 1745 à Dublin.

empty