À propos

9 JUILLET 1914«- Je veux que la femme moderne puisse marcher à grands pas, courir, jouer au tennis, monter à cheval, en voiture ou dans un wagon de chemin de fer sans l'assistance de personne. Et pourquoi pas dans un avion? Un jour, cela viendra, vous verrez. En choisissant des tissus simples, des formes simples, j'espère créer une nouvelle élégance:celle de la ligne.»De Deauville à Paris en passant par Biarritz, l'ascension fulgurante de Gabrielle Chanel et sa vie mouvementée, racontées par une jeune ouvrière de son atelier. Le portrait d'une créatrice libre et combattive devenue une légende dont la mode s'inspire toujours aujourd'hui.


Rayons : Jeunesse > Littérature Enfants > Romans


  • Auteur(s)

    Christine Féret-Fleury

  • Éditeur

    GALLIMARD-JEUNESSE

  • Distributeur

    SODIS

  • Date de parution

    13/01/2022

  • Collection

    Mon Histoire

  • EAN

    9782075147200

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    306 g

  • Lectorat

    à partir de 9 ANS

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Christine Féret-Fleury

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Christine Féret-Fleury est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages pour la jeunesse, mais aussi de romans pour les adultes et d'anthologies. Dans la collection Mon Histoire, elle a publié SOS Titanic. " L'époque de la Commune, si proche et si lointaine à la fois de la nôtre, a été l'occasion pour moi de découvertes passionnantes. Les photographies prises de Paris en 1870-1871 sont particulièrement émouvantes car elles nous restituent un passé souvent réduit à quelques lignes dans les manuels d'histoire... Je tiens à remercier Marc Séassau, qui m'a indiqué des sites où consulter d'anciens plans de la capitale et m'a prêté un ouvrage essentiel, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, de Maxime Du Camp. Dans un ancien " livre de prix " trouvé dans la bibliothèque de ma grand-mère, Paris sous les obus, j'ai déniché des anecdotes intéressantes, notamment celle du " traître " dont le couteau sentait l'oignon ! Enfin, plusieurs phrases attribuées à Louise Michel dans ce roman sont directement tirées de ses Mémoires (La Commune, histoire et souvenirs). "

empty