Traité des vertus t.2 ; les vertus et l'amour t.2 Traité des vertus t.2 ; les vertus et l'amour t.2
Traité des vertus t.2 ; les vertus et l'amour t.2
Traité des vertus t.2 ; les vertus et l'amour t.2

Traité des vertus t.2 ; les vertus et l'amour t.2

À propos

Le tome II du Traité des vertus, intitulé Les Vertus et l'Amour, est consacré à la description des « vertus », depuis celle du commencement (le courage) jusqu'à celle de la terminaison (la charité), en passant par celles de la continuation et de la conservation (la fidélité, la justice). Il distingue en outre deux plans tout à fait hétérogènes : celui des vertus de l'intervalles (fidélité, patience, modestie, amitié), que l'homme peut « posséder » et « garder », mais qui, à peine acquises, tournent en mécanique vertueuse, radotage, complaisance pharisienne et hypocrisie ; et les vertus de pointe (humilité, générosité, sacrifice) que l'homme ne possède jamais, qu'il effleure seulement, d'une tangence impondérable, le temps d'une étincelle et d'une « apparition saisissante ». Vaut-il mieux être, au premier sens, un rentier de la vertu et un vertueux gredin, ou, au sens métempirique, le saint ou le héros d'un instant ? L'amour résout peutêtre, dans une certaine mesure, cette alternative, qui est aussi celle du bonheur et de la joie.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782081252394

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    360 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Vladimir Jankelevitch

Vladimir Jankélévitch (1903-1985), dont les parents russes ont immigré
en France suite aux campagnes anti-juives, a obtenu son agrégation de
philosophie à la première place en 1926, après avoir été reçu à l'Ecole
Normale Supérieure. De 1927 à 1932, il enseigne à l'Institut français de
Prague et termine sa thèse de doctorat sur Schelling. Il débute sa carrière
universitaire à Toulouse, puis à Lille, perd sous l'Occupation, en même temps
que sa nationalité française, son poste d'enseignant, et se voit enfin offrir à
la Sorbonne la chaire de philosophie morale, qu'il occupera de 1951 à 1979.
Musicien et musicologue, sa réflexion est tant philosophique qu'esthétique.
C'est l'une des originalités de son œuvre qui se distingue également par
les thèmes abordés. Disciple de Bergson, à qui il a consacré son premier
ouvrage, Vladimir Jankélévitch a également développé une réflexion sur
l'existence de la conscience dans le temps.

empty