À propos

Hindouisme et bouddhisme s'inscrit dans la série des grandes études de sociologie des religions que Max Weber consacra successivement au protestantisme, au confucianisme et au taoïsme, et au judaïsme. Paru en 1916-1917, ce texte constitue une oeuvre majeure du point de vue de la connaissance des religions, de la sociologie et de l'anthropologie de l'Inde. Cent ans après sa publication, il révèle une puissance de synthèse et une pertinence de vues que l'évolution de la recherche n'a souvent fait que confirmer. Hindouisme et bouddhisme décrit une société dominée par les savants et les religieux, et analyse les relations qu'ils entretiennent avec les puissances temporelles et économiques. Une présentation et une annotation précises viennent soutenir la lecture de ce texte essentiel pour la connaissance de l'Inde et des pays d'Asie, mais aussi, plus largement, pour celle de la fonction sociale des intellectuels.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la sociologie


  • Auteur(s)

    Weber Max

  • Traducteur

    ISABELLE KALINOWSKI

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    08/04/2015

  • Collection

    Champs Classiques

  • EAN

    9782081307711

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    640 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    2.6 cm

  • Poids

    432 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Max Weber

Max Weber (1864-1920), après des études de droit, se spécialise dans la sociologie des religions. S'émancipant de l'influence de Marx, ses travaux s'appuient sur une méthode compréhensive qui situe l'expérience singulière dans le cadre des grandes tendances historiques. "Économie et société", publiée après sa mort, est son ?uvre capitale ; décrivant l'organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l'économie, elle éclaire d'un jour nouveau nos civilisations.

empty