Traité 31 ; sur la beauté intelligible (introduction et commentaires Anne-Lise Darras-Worms)

Traduit du GREC ANCIEN par ANNE-LISE DARRAS-WORMS

À propos

Le Traité 31 (V, 8) est, après le Traité 1 (I, 6), le second écrit que Plotin consacre à la question de la Beauté. Il constitue vraisemblablement aussi la deuxième partie d'un écrit unique, composé des traités 30 à 33, dont l'objectif principal est de réfuter les doctrines des Gnostiques et que l'on a coutume d'appeler la « tétralogie anti-gnostique ». Les arguments développés dans le Traité 31 jouent en effet un rôle décisif au sein du débat avec les Gnostiques : face à leur mépris du monde sensible, il s'agit pour Plotin d'affirmer, en s'appuyant en particulier sur la lecture du Timée de Platon, que le monde sensible est beau en ce qu'il est l'image nécessairement belle d'un modèle intelligible qui est la Beauté même. La thèse centrale du Traité 31 est en effet que l'Intellect est Beauté. Afin d'en convaincre et persuader son lecteur, Plotin a recours tantôt à la méthode argumentative et dialectique, tantôt à des procédés rhétoriques mais aussi à des expériences de contemplation pure et absolue. Le traité peut ainsi se lire tout entier comme un exercice spirituel de grande ampleur, destiné à nous faire percevoir de façon plus claire la véritable nature du « lieu intelligible » évoqué par Platon dans le Phèdre.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie antique > Philosophie antique autre


  • Auteur(s)

    Plotin

  • Traducteur

    ANNE-LISE DARRAS-WORMS

  • Éditeur

    Vrin

  • Distributeur

    Vrin

  • Date de parution

    04/09/2018

  • Collection

    Bibliotheque Des Textes Philosophiques

  • EAN

    9782711628230

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    296 Pages

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    12.5 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    347 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Plotin

Plotin (205-270), né en Égypte et formé à Alexandrie par Ammonius Saccas, est considéré comme le fondateur du néoplatonisme. Il inaugura à Rome une école ou un cercle philosophique qui compta dans ses rangs notamment Amélius et le célèbre Porphyre, lequel rédigea sur lui une biographie (Vita Plotini) et contribua grandement par son édition des écrits de Plotin (Ennéades) à le faire connaître. C'est à Plotin et à son « École de Rome », que se rattache plus lointainement le néoplatonisme tardif, via l'« École d'Athènes » (Proclus) et l'« École d'Alexandrie » (Simplicius).

empty