Le monde de Lloyd Llewellyn

Le monde de Lloyd Llewellyn

Résumé

Daniel Clowes envoie sa première histoire de Lloyd Llewellyn en 1985 à Fantagraphics, qui s'est lancé dans l'édition de bande dessinée au début des années 80 avec Love & Rockets des frères Hernandez. Clowes ne s'attendait certainement pas à ce qu'on lui propose de publier un magazine avec son personnage de détective privé playboy, Lloyd Llewellyn, sur le même modèle : grand format noir & blanc, couverture couleur et auteur unique, alors qu'il n'a réalisé qu'une seule histoire. La formule ayant trouvé son public, Fantagraphics renouvelle l'expérience avec lui en 1986. L'éditeur a dû sentir son potentiel : l'univers de Clowes avec son joyeux enthousiasme pour les « détritus de la pop culture des années 50 & 60 » (S.F., films noirs, mauvais romans policiers, Russ Meyer, etc.) est en phase avec leur ligne éditoriale. On sent l'influence des grands du récit court aussi bien graphiquement que dans les thématiques : du Spirit d'Eisner aux EC comics, sans oublier un alter ego, Phil Perfect de S. Clerc. Avec Lloyd Llewellyn, qui passe d'histoires noires, délirantes et décalées à des rencontres improbables avec des extra-terrestres ou la Reine de Vénus, dans lesquelles se dessinent les futures ambiances d'Eightball, Clowes était en avance sur bien des modes artistiques populaires des décennies suivantes.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782844560919
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 265 Pages
  • Longueur 33 cm
  • Largeur 25 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes

Daniel Clowes

Né en 1961 à Chicago, Daniel Clowes apprend à lire dans les comics des années 50 hérités d'un frère aîné. Au terme d'une enfance timide et solitaire, des études d'art au Pratt Institute de New York achèvent de le démoraliser. Il publie en 1989 chez Fantagraphics le premier numéro de Eightball, que Chris Ware considère aujourd'hui comme le plus grand comic-book de la fin du XX°siècle. La jeunesse des années 90 se reconnaît dans David Boring ou Ghost World, récits d'aliénation, misanthropes et mélancoliques, et leurs personnages que tourmentent le mal être adolescent et la difficulté du passage à l'âge adulte dans une Amérique suburbaine à la banalité mortifère. Le succès public vient avec l'adaptation de Ghost World au cinéma en 2001. Sacré romancier graphique, le Robert Crumb de la Génération X dessine notamment pour le très sérieux New York Times Magazine.

empty