Variations Artaud

Résumé

Artaud. Antonin Artaud. Qu'il s'agisse de ma fascination pour les écritures de la parole, de l'éblouissement qu'a pu susciter en moi la découverte du théâtre balinais ou de la combustion déclenchée par les ciels tourbillonnants de Van Gogh, je retrouve encore et toujours la présence d'Artaud, son ombre incantatoire, au coeur de mon propre parcours. Nous avons tous été, à des degrés divers, sonnés par la lecture d'Artaud, comme si celui-ci ne cessait jamais de soulever le lecteur hors de son lieu, littéralement de le transfigurer. Il était temps pour moi de dire un peu de ma dette - une dette d'esprit. Voici donc ces Variations Artaud comme une déclaration de beauté violente, un récit-poème entêtant qui ferait feu de tout bois, revendiquant ellipses et courts-circuits. Pas sur Artaud, mais avec Artaud. Une fugue qu'on voudra bien lire comme un exercice d'exaltation sereine.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782847910742
  • Disponibilité Disponible
  • Longueur 24 cm
  • Largeur 17 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

Zéno Bianu

Zéno BIANU est né à Paris, en 1950. Du Manifeste électrique (Soleil Noir, 1971) au Désespoir n'existe pas (Gallimard, 2010), il compose une ?uvre multiforme, forte d'une quarantaine d'ouvrages, qui interroge la poésie, le jazz, le théâtre et l'Orient. Ses poèmes ont notamment été publiés par Gallimard et Fata Morgana. Ses pièces et adaptations, éditées chez Actes Sud-Papiers, ont été représentées au festival d'Avignon (Cour d'Honneur), au Festival d'Automne et à l'Odéon-Théâtre de l'Europe, notamment L'Idiot, dernière nuit, avec Denis Lavant, et Un Magicien, avec Robin Renucci. Familier des poétiques orientales, il a publié deux anthologies de haikus remarquées (Poésie/Gallimard). Il a reçu le prix international de poésie francophone Yvan Goll en 2003 pour Le Battement du monde (Lettres Vives), le prix de poésie Maïse Ploquin-Caunan de l'Académie française pour Chet Baker (déploration) (Le Castor Astral) en 2009, le prix Omar Khayyam pour Le Désespoir n'existe pas (Gallimard) en 2011.

empty