J'ai cru que c'était un homme ; Alain, les religions, la laïcité, l'antisémitisme J'ai cru que c'était un homme ; Alain, les religions, la laïcité, l'antisémitisme
J'ai cru que c'était un homme ; Alain, les religions, la laïcité, l'antisémitisme
J'ai cru que c'était un homme ; Alain, les religions, la laïcité, l'antisémitisme

J'ai cru que c'était un homme ; Alain, les religions, la laïcité, l'antisémitisme

À propos

Alain, philosophe athée, s'intéressait passionnément aux religions. C'est qu'il y voyait comme des miroirs, où l'humanité, qui les a produites, se projette et se reconnaît. Aussi en parle-t-il avec empathie et profondeur : je n'ai rien lu de plus beau sur les religions de la nature (« Pan »), de l'homme (« Jupiter ») ou de l'esprit (judaïsme, christianisme). Et rien de plus juste, sur la laïcité. Mais comment celui qui écrivait qu' « il n'est permis d'adorer que l'homme » put-il tomber - tout en se le reprochant - dans l'antisémitisme que révèle son Journal inédit ? C'est ce que j'ai voulu essayer de comprendre.



Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9791031902630

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Longueur

    16.5 cm

  • Largeur

    11.2 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    118 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

André Comte-Sponville

Philosophe et enseignant français, né en 1952, André Comte-Sponville est l'auteur de nombreux ouvrages qui, par leur clarté et leur pédagogie, mettent la philosophie à la portée de tous. Philosophe humaniste, il a remis la recherche de la sagesse au goût du jour et a écrit sur beaucoup des thèmes classiques traités par les philosophes antiques ou des siècles passés, y compris sur la philosophie politique. Dans la "Sagesse des modernes", ouvrage co-signé avec Luc Ferry, les deux philosophes confrontent leurs visions respectives sur des thèmes fondamentaux comme la quête de sens, la liberté, la sagesse... André Comte-Sponville a eu la foi jusqu'à 18 ans : "L'une des rares choses dont je suis sûr en ce domaine, c'est que Dieu ne m'a jamais rien dit". Il se définit comme un athée fidèle car il se reconnaît dans une certaine tradition et histoire des valeurs gréco-judéo-chrétiennes. Il pense que l'homme peut se passer de religion, la philosophie en étant l'un des moyens.

empty